John Wilkes Booth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Booth et Wilkes.

John Wilkes Booth

alt=Description de l'image Jwbooth.jpeg.
Naissance 10 mai 1838
Bel Air (Maryland Maryland, Drapeau des États-Unis États-Unis)
Décès 26 avril 1865 (à 26 ans)
Port Royal (Virginie Virginie, Drapeau des États-Unis États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Acteur

John Wilkes Booth (10 mai 183826 avril 1865) était un acteur de théâtre américain et sympathisant des Confédérés qui a assassiné Abraham Lincoln, seizième président des États-Unis, au théâtre Ford de Washington le 14 avril 1865. Lincoln, qui avait reçu de Booth une balle dans la nuque, mourut le lendemain, devenant le premier président de l'histoire des États-Unis à être assassiné.

Booth avait rencontré le succès dans le Maryland où il était acteur de théâtre et membre d'une famille d'acteurs. Il éprouvait un profond mécontentement à la suite de la défaite des Sudistes, à l'issue de la guerre de Sécession (18611865) ; il était notamment fermement opposé à la décision de Lincoln d'étendre le droit de vote aux esclaves récemment émancipés.

Booth constitua un groupe de conspirateurs dont le but était de tuer Abraham Lincoln et d'autres personnalités, comme le vice-président, Andrew Johnson, le secrétaire d'État, William Seward, et le secrétaire à la Guerre, Edwin Stanton, dans une tentative désespérée de venir en aide à un Sud vacillant. Bien que l'armée de Virginie du Nord, menée par le général Lee, eût capitulé quatre jours plus tôt, Booth pensait que la guerre n'était toujours pas terminée dans la mesure où l'armée du général confédéré Joseph Johnston affrontait toujours l'armée de l'Union, conduite par le général Sherman. De tous les conspirateurs, Booth fut le seul à atteindre son objectif.

Après l'attentat contre Lincoln, Booth s'enfuit à cheval vers le sud du Maryland et s'abrita dans une ferme du nord de la Virginie, où il fut repéré et abattu par des soldats de l'Union deux semaines plus tard. Plusieurs autres conspirateurs furent jugés et pendus peu de temps après[1].

Contexte et premières années de Booth[modifier | modifier le code]

Ses parents, le célèbre acteur shakespearien Junius Brutus Booth et sa maîtresse l'actrice Mary Ann Holmes, émigrèrent d'Angleterre aux États-Unis en 1821 et achetèrent une ferme près de Bel Air, dans le comté de Harford (Maryland), où John Wilkes Booth vit le jour le 10 mai 1838[2],[3]. Il devait son prénom au révolutionnaire britannique John Wilkes, dont la famille se disait cousine[4].

Booth fut éduqué par la littérature classique et notamment Shakespeare. Il suivit les cours de l'académie de Bel Air, dont le proviseur le décrivait comme un jeune homme « non déficient en intelligence mais réticent à profiter des opportunités éducatives qui lui étaient offertes. Chaque jour il venait de sa ferme à cheval, prêtant plus d'attention à ce qui se passait sur la route qu'au fait d'arriver à l'heure en classe »[5].

En 1850-1851, il étudia à la Boarding School de Milton, une école pour garçons située à Sparks, dans le Maryland[6]. Comme le racontait la sœur de Booth, Asia Booth Clarke, dans son livre The Unlocked Book, le futur acteur rencontra une vieille femme gitane dans les bois près de l'école ; celle-ci lui prédit des moments difficiles et lui dit qu'il mourrait jeune[7]. En 1851, à l'âge de 13 ans, Booth était à Saint Timothy's Hall, l'académie militaire de Catonsville, dans le Maryland. Marchant sur les traces de leur père qui était mort en 1852, Booth et ses frères, Edwin et Junius Brutus Jr. devinrent des acteurs très renommés pour le milieu du XIXe siècle[8].

Carrière théâtrale et Guerre civile[modifier | modifier le code]

John Wilkes Booth, Edwin Booth et Junius Brutus Booth Jr. jouant dans le Jules César de Shakespeare en 1864.

À l'âge de 17 ans, Booth joua le comte de Richmond dans le Richard III de Shakespeare, mais il ne joua plus jusqu'en 1857, lorsqu'il rejoignit la compagnie du théâtre d'Arch Street, à Philadelphie. À sa demande, il figurait au générique sous le nom de « J.B. Wilkes », un pseudonyme qu'il avait choisi pour faire oublier le nom célèbre qu'il portait. En 1858, il fut accepté comme membre de la compagnie du théâtre de Richmond (Virginie), et devint extrêmement populaire. Certains critiques l'avaient même élu « plus bel homme d'Amérique ». Il mesurait 1,73 m, avait des cheveux de jais et était fin et athlétique. Il était excellent escrimeur. Nombre d'observateurs contemporains notaient ses performances physiques et acrobatiques[9]. Une actrice qui le côtoyait se souvient qu'il s'était un jour coupé avec sa propre épée.

Le 2 décembre 1859, Booth assista à la pendaison du militant abolitionniste John Brown, exécuté pour sa prise de l'arsenal de Harpers Ferry, en Virginie (aujourd'hui en Virginie-Occidentale)[9]. Booth acheta un uniforme à un soldat de la milice des Gris[10] de Richmond, qui allait à Charles Town, et rejoignit les soldats confédérés qui assuraient la surveillance du procès de Brown. Lorsque Brown fut pendu, Booth s'avança jusqu'au pied de l'échafaud[2].

Abraham Lincoln fut élu président le 6 novembre 1860 et le mois suivant Booth écrivit un long discours condamnant l'abolitionnisme du Nord et dénotant son soutien franc au Sud et à son système d'esclavagisme. Le 12 avril 1861, la Guerre civile éclata et onze États du Sud firent sécession de l'Union. La famille de Booth était originaire du Maryland, un État frontière qui demeura dans l'Union durant la guerre, en dépit d'une partie importante de la population favorable à l'Armée confédérée. Comme le Maryland avait une frontière commune avec le district de Columbia (Washington), Lincoln y instaura la loi martiale et ordonna l'emprisonnement des leaders politiques du Maryland pro-sécession au fort McHenry afin de prévenir la sécession de cet État. Beaucoup, dont Booth, jugèrent cet acte anticonstitutionnel[11].

Bien que Booth fût en faveur des Confédérés, sa famille, comme beaucoup de gens du Maryland, était divisée. Afin de préserver l'harmonie parmi ses frères, Booth promit à sa mère qu'il ne s'engagerait pas dans l'Armée confédérée. Sa carrière d'acteur l'obligeait à voyager beaucoup, au nord comme au sud, et jusqu'à La Nouvelle-Orléans, à l'ouest[9]. Fidèle à ses convictions pro-sudistes et anti-Lincoln, Booth fut arrêté au début de l'année 1862 par un prévôt de Saint-Louis pour avoir parlé contre le gouvernement.

Booth et Lincoln se croisèrent à plusieurs reprises. Lincoln était un grand amateur de théâtre et aimait particulièrement Shakespeare. Le 9 novembre 1863, il assista à une représentation du Cœur de marbre de Charles Selby, au théâtre Ford de Washington, dans laquelle Booth interprétait le rôle de Raphaël. À un moment de la pièce, Booth aurait pointé le doigt en direction de Lincoln en déclamant une tirade. Lincoln était alors assis dans la tribune présidentielle où il serait plus tard assassiné[2].

La dernière apparition de Booth sur la scène du théâtre Ford eut lieu le 18 mars 1865, dans le rôle du duc Pescara, dans L'Apostat. Ce fut la dernière interprétation de sa carrière. Sa famille était amie de longue date avec John Thomson Ford, le propriétaire du théâtre, et Booth y avait ses habitudes. Il s'y faisait même livrer son courrier[9]. Il avait donc la possibilité de pénétrer dans le théâtre à sa guise, de jour comme de nuit.

Complot pour l'enlèvement de Lincoln[modifier | modifier le code]

Booth avait décidé d'enlever Lincoln dans la vieille Maison des Soldats.

En 1864, la guerre tournait à la faveur du Nord. Celui-ci bloqua les échanges de prisonniers afin de tenter de diminuer la taille de l'Armée confédérée et parce que les Confédérés refusaient d'échanger des prisonniers afro-américains. Booth commença à échafauder un plan pour enlever Lincoln dans sa résidence d'été, la Vieille Maison des Soldats (Old Soldiers Home), située à 5 km de la Maison-Blanche, et lui faire traverser le Potomac pour Richmond. Il aurait été échangé contre environ 10 000 soldats sudistes retenus dans les geôles du Nord. Il parvint à recruter de vieux amis comme complices : Samuel Arnold et Michael O'Laughlen[12].

Durant l'été 1864, Booth rencontra plusieurs sympathisants bien connus des Confédérés à la Maison Parker, à Boston (Massachusetts). En octobre 1864, il fit sans raison apparente un voyage à Montréal. Montréal était alors un centre réputé pour héberger clandestinement des activistes pro-Confédérés. Il y resta dix jours et séjourna un temps à Saint-Lawrence Hall, un lieu de réunion des services secrets confédérés et y rencontra au moins un forceur de blocus. Il est vraisemblable que c'est en cette circonstance qu'il rencontra aussi le directeur des services secrets confédérés, James Dunwoody Bulloch, ainsi que George Nicholas Sanders, jadis ambassadeur des États-Unis en Grande-Bretagne. Booth aurait été un membre actif des « Chevaliers du Cercle d'or », décrit comme un « nid d'espions secesh » (c'est-à-dire pro-sécessioniste)[2].

Portrait de John Wilkes Booth.

Des chercheurs en histoire se sont interrogés sur les motivations du voyage de Booth à Montréal et ce qu'il y a fait. Aucune preuve solide liant la tentative d'enlèvement ou d'assassinat de Lincoln au gouvernement confédéré n'a pu être établie, bien que cette éventualité ait été longuement développée dans deux ouvrages : (en) Spying For America, de Nathan Miller, et (en) Come Retribution: the Confederate Secret Service and the Assassination of Lincoln, de William Tidwell.

Booth commença à consacrer de plus en plus d'énergie et d'argent à mettre au point son plan d'enlèvement d'Abraham Lincoln après sa réelection début novembre 1864. Il rassembla une bande de sympathisants sudistes, dont David Herold, George Atzerodt, John Surratt et Lewis Powell (aussi connu sous le nom de Lewis Payne). Ils commencèrent à se rencontrer à la pension de la mère de Surratt, Mme Mary Surratt.

Le 25 novembre 1864, John Wilkes monta sur scène la première et unique fois accompagné de ses deux frères, Edwin et Junius, dans une représentation unique de Jules César de Shakespeare, au théâtre de Winter Garden à New York[13]. La représentation fut interrompue par une tentative avortée d'agents confédérés clandestins de mettre le feu à plusieurs hôtels et, partant, à toute la ville de New York, par le moyen d'un feu grégeois. Un de ces hôtels se trouvait à côté du théâtre, mais le feu fut rapidement maîtrisé. Le lendemain matin, en compagnie de son frère Edwin, Booth se montrait très amer contre Lincoln et la guerre.

Lucy Hale, fiancée de Booth en 1865.

Trois mois plus tard, le 4 mars 1865, Booth assistait à une inauguration publique à laquelle participait Lincoln. Booth avait été invité par sa fiancée secrète, Lucy Hale[14]. Dans la foule se trouvaient Powell, Atzerodt et Herold. Il ne semble pourtant pas y avoir eu à cette occasion de tentative d'enlèvement ou d'assassinat contre Lincoln. Plus tard, Booth remarquera la « chance extraordinaire » qu'il aurait eu là de tuer le président, s'il l'avait voulu[2].

Le 17 mars, Booth apprit à la dernière minute que Lincoln allait assister à une représentation de la pièce de théâtre Still Waters Run Deep dans un hôpital près de la Maison des Soldats. Il rassembla son équipe sur une portion de route près de la Maison des Soldats, dans le but d'enlever Lincoln sur le trajet vers l'hôpital. Le président ne vint jamais. Booth apprendra plus tard que Lincoln avait changé ses plans au dernier moment pour assister à une réception au National Hotel de Washington, où, ironiquement, Booth séjournait alors[2].

L'assassinat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Assassinat d'Abraham Lincoln.
Illustration de l'assassinat de Lincoln. De gauche à droite : le major Rathbone, Clara Harris, Mary Todd Lincoln, Abraham Lincoln et Booth.

Le 10 avril, ayant appris que le général Lee avait abandonné le village d'Appomattox Court House, Booth dit à Louis J. Weichmann, ami de John Surratt en pension chez Mary Surratt, qu'il en avait fini de la scène et que la seule représentation qu'il accepterait de faire désormais serait Venise sauvée, de Thomas Otway. Bien que Weichmann ne comprît pas l'allusion, Venise sauvée a pour thème une conjuration menant à un assassinat.

Le lendemain, Booth assistait, à l'extérieur de la Maison-Blanche, à un discours impromptu de Lincoln depuis sa fenêtre. Lorsque Lincoln déclara qu'il était favorable au droit de vote pour les anciens esclaves, Booth affirma que ce serait le dernier discours du président[2]. « Notre cause est presque perdue, écrivit-il dans son journal. Il faut faire une chose décisive et grande[15]. »

Le matin du 14 avril 1865, jour de vendredi saint, Booth apprit que le président et son épouse assisteraient à la représentation de la pièce Notre cousin américain, au théâtre Ford. Il élabora immédiatement un plan pour l'assassiner, plan qui incluait la présence d'un cheval à l'extérieur pour lui permettre de s'échapper ainsi qu'un itinéraire soigneusement établi. Booth informa Powell, Herold et Atzerodt de son intention de tuer Lincoln. Il chargea Powell d'assassiner le secrétaire d'État Seward et Atzerodt le vice-président Johnson. Herold les assisterait dans leur évasion vers la Virginie[9].

Avis de recherche de Booth, Surratt et Herold.

En visant le président et ses deux successeurs immédiats, Booth cherchait semble-t-il à décapiter le gouvernement de l'Union et le jeter dans un état de panique et de confusion. Booth planifia aussi l'assassinat du général commandant l'Union, Ulysses Grant ; néanmoins, l'épouse de Grant ayant promis de rendre visite à sa famille, le couple était parti pour le New Jersey. Booth espérait que les assassinats créeraient le chaos au cœur de l'Union et permettrait au gouvernement confédéré de se réorganiser et de poursuivre la guerre.

En tant qu'acteur célèbre et populaire, Booth était l'ami du propriétaire du théâtre Ford, John Thomson Ford, et avait à ce titre libre accès à toutes les parties du théâtre. Installant un judas dans le box présidentiel le matin de la représentation, l'assassin pouvait voir si sa future victime était arrivée. Ce soir-là, aux alentours de 22 h 00, alors que la pièce était en cours de représentation, John Wilkes Booth s'introduisit dans le box de Lincoln et lui tira une balle de Derringer calibre 44 dans la nuque. La retraite de Booth fut empêchée par le major Henry Rathbone, qui était présent au moment de l'attentat, ainsi que Mme Lincoln[9].

Booth sauta de la tribune présidentielle et tomba sur la scène, et se blessa à la jambe en s'accrochant avec un drapeau de l'U.S. Treasury Guard, utilisé comme élément de décoration[16]. Des témoins l'entendirent s'exclamer sur la scène : « Sic semper tyrannis » (devise de l'État de Virginie signifiant : « ainsi en est-il toujours des tyrans »), alors que d'autres dirent qu'il avait ajouté : « Le Sud est vengé[1],[15] ».

Poursuite et mort[modifier | modifier le code]

Dans la confusion à l'intérieur du théâtre Ford, Booth s'enfuit par l'entrée des artistes qui donnait sur une allée où un cheval l'attendait. Galopant vers le sud du Maryland, il arriva avant l'aube du 15 avril à la maison du docteur Samuel Mudd, qui soigna sa jambe blessée[17].

Un détachement de vingt-cinq soldats de l'Union, du 16e régiment de cavalerie de New York, commandés par le lieutenant Edward P. Doherty et accompagnés par le détective Everton Conger, poursuivirent Booth dans le sud du Maryland et à travers les rivières Potomac et Rappahannock jusqu'à la ferme de Richard Garrett, juste au sud de Port Royal, en Virginie. Booth et son compagnon, David Herold, avaient été menés à la ferme par William S. Jett, ancien soldat du 9e de cavalerie de Virginie Cavalry, qu'ils avaient rencontré avant de traverser le Rappahannock[18].

Booth fut surpris du peu de sympathie dont il fut l'objet pour son acte et écrivit son désarroi dans son journal à la date du 21 avril, juste avant sa traversée du Potomac et son arrivée en Virginie : « La main de chaque homme contre moi, je suis ici désespéré. Et pour quoi ? Pour avoir fait une chose dont Brutus avait été honoré... Et encore, alors que j'ai abattu un tyran plus grand qu'aucun autre, on me regarde comme un vulgaire meurtrier[19]. »

Porche de la ferme de Garrett, où Booth fut abattu en 1865.

Le détective Conger suivit Jett et, l'interrogeant, apprit que Booth se trouvait à la ferme de Garrett. De grand matin, le 26 avril 1865, les soldats y rattrapèrent Booth. Enfermé dans la grange à tabac, David Herold se rendit. Booth, lui, refusa de se rendre et les soldats mirent le feu à la grange[1].

Le sergent Boston Corbett fit feu sur Booth — alors qu'aucun ordre de tirer explicite n'avait été donné — et le toucha mortellement au cou. Booth fut tiré de la grange et mourut trois heures plus tard sur le porche de la ferme. Il avait 26 ans. La balle avait tranché sa colonne vertébrale, le paralysant totalement. Ses dernières paroles furent : « Inutile, inutile » (Useless, useless)[18],[20].

Le corps de Booth fut placé environ 36 heures[21] sur le cuirassé USS Montauk, à quai au Washington Navy Yard, afin de l'identifier et de l'autopsier. Le secrétaire d'État à la guerre, Edwin Stanton, ordonna l'enterrement du corps dans un lieu où il ne pourrait être visité : « Mettez-le à un endroit où il ne dérangera pas, jusqu'à ce que Gabriel sonne de sa dernière trompette[21] ». Le corps fut donc discrètement embarqué sur un bateau, ce qui laissa courir la rumeur que les autorités avaient l'intention de le couler dans le Potomac[21]. Il n'en fut rien. Le transport se fit sans embûche et le corps de Booth finit enterré dans une zone de stockage du vieux pénitencier de l'arsenal de Washington. Quand la prison fut rasée en 1867, il fut transféré dans un entrepôt sur un terrain de l'arsenal. En 1869, les restes furent identifiés une fois de plus avant d'être remis à la famille Booth, qui l'inhuma dans le caveau familial au cimetière de Greenmount Cemetery, à Baltimore[22].

Théories sur l'évasion de Booth[modifier | modifier le code]

Panneau historique situé à la ferme de Garrett, près de Port Royal.

Un des auteurs ayant popularisé la théorie d'une évasion de Booth est Finis Langdon Bates (1848 - 1923), qui affirme avoir rencontré Booth à Granbury, au Texas, dans les années 1870 et plus tard avoir pris possession du corps de Booth après son suicide à Enid, dans l'Oklahoma, en 1903. Il exposa le corps momifié lors de tournées et écrivit The Escape and Suicide of John Wilkes Booth (« L'Évasion et le Suicide de John Wilkes Booth »), en 1907 dans le but d'authentifier la momie.

Certains ont prétendu que ce n'était pas Booth qui fut capturé à la ferme de Garrett, mais un double agent qui lui ressemblait, James William Boyd, qui mourut à sa place. Selon ce scénario, le gouvernement aurait eu toutes les peines du monde à couvrir cette bavure. Ces théories sont considérées par la plupart des historiens comme vides de substance. The Lincoln Conspiracy[23], livre écrit par David Balsiger and Charles Sellier en 1977, décrit l'assassinat en détail, le complot de Boyd et la fuite de Booth dans les marais.

The Curse of Cain: The Untold Story of John Wilkes Booth[24], de Theodore Nottingham (1997), affirme lui aussi que Booth s'est échappé. Selon l'auteur, il a ensuite trouvé refuge au Japon et a fini par revenir aux États-Unis, où il est mort en 1903, à Enid, dans l'Oklahoma. Une autre personne affirme que Booth a vécu jusque dans les années 1900 dans le Missouri.

Plus récemment, une action en justice tenta de faire autoriser une exhumation des restes présumés de Booth afin de réaliser une étude de superposition photographique. Cette action fut empêchée par le juge Joseph H. H. Kaplan, de Baltimore, qui cita, entre autres, « la faiblesse de la théorie moins que convaincante sur l'évasion et la disparition de Booth ». Cette phrase joua un rôle important dans la décision. La cour d'appel du Maryland confirma la décision[25]. Les archives du FBI rendues publiques n'ont, depuis, apporté aucun élément pouvant confirmer la théorie de l'évasion[26],[27].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Douglas Linder, « Biographic Sketch of John Wilkes Booth », University of Missouri–Kansas City,‎ 2002 (consulté le 01/01/2008)
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) Joseph Geringer, John Wilkes Booth: A Brutus of His Age, Crime Library. Court TV.
  3. La maison de la famille Booth, le « Tudor Hall », avait été construite en 1847 et est toujours debout de nos jours. Le comté de Harford en a fait l'acquisition en 2006 dans le but d'en faire un musée ouvert au public.
  4. L'oncle de Booth, Algernon Sydney Booth, est l'arrière-arrière-arrière-grand-père de Cherie Blair (née Booth), l'épouse de l'ancien Premier ministre du Royaume-Uni Tony Blair. – Phil Westwood, « The Lincoln-Blair Affair ».
  5. (en) Stanley Kimmel, The Mad Booths of Maryland, Bobbs-Merrill, Indianapolis, 1940.
  6. Le bâtiment de la Boarding School de Milton, à Sparks, existe toujours. C'est aujourd'hui un restaurant, nommé la Milton Inn.
  7. Asia Booth Clarke, The Unlocked Book (1938).
  8. On fait souvent le lien entre Booth et l'assassin de Jules César, Marcus Junius Brutus, dont le père de Booth portait d'ailleurs le prénom. Le 25 novembre 1864, Booth jouait, dans une version du Jules César de Shakespeare, le rôle de Marc Antoine. Son frère Edwin jouait le rôle principal, celui de Brutus. – R.J. Norton, « John Wilkes Booth »
  9. a, b, c, d, e et f (en) George Alfred Townsend, The Life, Crime and Capture of John Wilkes Booth, New York, éd. Dick & Fitzgerald, 1865. (ISBN 978-0976480532).
  10. Surnom donné aux soldats confédérés du Nord, en raison de la couleur de leur uniforme.
  11. (en) M. Kauffman, American Brutus: John Wilkes Booth and the Lincoln Conspiracies, 2004, p. 104-114.
  12. (en) Benjamin P. Thomas, Abraham Lincoln, a Biography, New York, éd. Random House, 1952.
  13. Les recettes permirent l'érection d'uns statue de William Shakespeare à Central Park, monument toujours debout.
  14. Le père de Lucy, John P. Hale, était ministre de Lincoln en Espagne.
  15. a et b (en) David Herbert Donald, Lincoln, New York, Simon & Schuster, 1995 (ISBN 0-684-80846-3).
  16. Un historien, Michael W. Kauffman, dans son livre (en) American Brutus: John Wilkes Booth and the Lincoln Conspiracies (ISBN 0-375-75974-3) (2004), affirme que Booth s'est cassé la jambe lors de sa fuite, quand son cheval lui tomba dessus, et que, lorsque son journal affirme que ce fut en sautant sur la scène du théâtre Ford, il faut y voir une dramatisation typiquement « boothienne ».
  17. Samuel Mudd fut accusé de conspiration par une cour martiale et condamné à la prison à perpétuité à Fort Jefferson dans les Dry Tortugas, à l'ouest de Key West, en Floride. Il fut gracié en 1869.
  18. a et b « John Wilkes Booth's Escape Route », Ford's Theatre, National Historic Site, National Park Service,‎ 22 décembre 2004 (consulté le 01/01/2008).
  19. Douglas Linder, « Last Diary Entry of John Wilkes Booth », University of Missouri–Kansas City,‎ 2002 (consulté le 01/01/2008).
  20. (en) James L. Swanson, Manhunt: The 12-day chase for Abraham Lincoln's Killer. (ISBN 0-7499-5134-6).
  21. a, b et c (en) Herndon's Lincoln. The True Story of a Great Life, William Henry Herndon, 1999.
  22. (en) M. Kauffman, Fort Lesley McNair and the Lincoln Conspirators, Lincoln Herald 80 , 1978, p. 176-188.
  23. (ISBN 1-56849-531-5).
  24. (ISBN 1-58006-021-8).
  25. (en) Francis Gorman, « Exposing the Myth that John Wilkes Booth Escaped ».
  26. Kauffman, M."Historians Oppose Opening of Booth Grave", Civil War Times, May-June 1995.
  27. (en) Virginia Eleanor Humbrecht Kline and Lois White Rathbun v. Green Mount Cemetery, Case no. 94297044/CE187741, Baltimore City Circuit Court, 1995.
  28. (en) R. J. Norton, « "A Booth Saves A Lincoln" »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]