John Whitaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Whitaker Hulke et Whitaker.
Pix.gif John Whitaker Equestrian pictogram.svg
px
Discipline Saut d'obstacles (CSO)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Naissance 5 août 1955 (59 ans)
Lieu Huddersfield (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Monture
Milton
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1984 (équipe)
Championnat du monde de saut d'obstacles 1986 (équipe) 1990 (individuel) 1982 (équipe) 1990 (équipe) 1998 (équipe)
Finale de la Coupe du monde de saut d'obstacles 1990 1991
Championnat d'Europe de saut d'obstacles 1987 (équipe) 1989 (individuel et équipe) 1983 (individuel et équipe) 1985 (équipe) 1987 (individuel) 1991 (équipe) 1993 (équipe) 1995 (équipe) 1985 (individuel) 1997 (équipe) 2007 (équipe) 2011 (équipe)
* Dernière mise à jour: année 2009

John Whitaker est un cavalier britannique de saut d'obstacles, né le 5 août 1955 à Huddersfield dans le Yorkshire en Angleterre. Il est le frère de Michael Whitaker, lui aussi cavalier international.

John Whitaker a été médiatiquement et personnellement marqué par le cheval légendaire Milton, mais il a aussi été le cavalier de Ryan's Son et Gammon avec qui il a remporté de nombreuses médailles en championnats internationaux.

Il a trois enfants, Joanne, Louise et Robert. Robert Whitaker est aujourd'hui cavalier de haut niveau. La nièce de John, Ellen, est également une cavalière de saut d'obstacles prometteuse. Sa femme, Clare organise ses participations aux compétitions et s'occupe de l'administration de ses installations sportives et de leur entreprise, John Whitaker International, qui vend du matériel pour chevaux.

John Whitaker a été victime d'un accident vasculaire cérébral en 2000 qui l'a tenu éloigné des terrains de compétitions plusieurs mois avant qu'il revienne à la compétition au meilleur niveau[1].

Palmarès mondial[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Matin, quotidien suisse, du 26/08/2008 [1], page consultée le 4 septembre 2011