John Sedgwick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Sedgwick
Image illustrative de l'article John Sedgwick

Surnom Uncle John
Naissance 13 septembre 1813
Cornwall
Décès 9 mai 1864 (à 50 ans)
Bataille de Spotsylvania
Mort au combat
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance Union
Grade Major Général
Conflits Guerres indiennes
Guerre américano-mexicaine
Guerre de l'Utah
Guerre de Sécession
Commandement VI Corps de l'armée de l'Union
Autres fonctions professeur

John Sedgwick (13 septembre 1813 - 9 mai 1864) est un professeur, officier de carrière de l'armée des États-unis d'Amérique, qui a servi dans l'armée de l'Union au cours de la guerre de Sécession. Sa mort lors de la bataille de Spotsylvania est souvent considérée comme un épisode ironique.

Avant la guerre civile[modifier | modifier le code]

Sedgwick est né à Cornwall dans le Connecticut. Ses parents lui donnent le nom de son grand-père, John Sedgwick (le frère de Theodore Sedgwick), un général de la guerre d'Indépendance qui avait servi aux côtés de George Washington. Après avoir enseigné pendant deux années, il intègre l'académie militaire. Il en sort, en 1837, 24e (sur 50) de sa promotion, et est nommé second lieutenant dans l'artillerie. Il combat lors des guerres séminoles et lors de la Guerre américano-mexicaine. Il est nommé capitaine à la suite des batailles de Contreras et de Churubusco, puis major après celle de Chapultepec. Il est ensuite transféré dans la cavalerie et sert au Kansas au cours de la guerre de l'Utah. En 1857, il participe à une expédition punitive contre les Cheyennes[1].

Au cours de l'été 1860 Sedgwick commande une expédition un nouveau fort à Platte River dans le nouvel état du Colorado. Il est grandement handicapé par le faible ravitaillement, qui doit être amené en chariot depuis le fort le plus proche situé au Kansas, mais réussi à établir un campement confortable pour lui et ses hommes. Ses bâtiments sont principalement construits en pierre et en bois pour le toit et les portes. À cette époque, il n'y avait pas de chemin de fer à l'Ouest du Mississippi et les communications avec Saint Louis et Kansas City devaient se faire par bateau, à cheval ou en chariot[2].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre, Sedgwick a le grade de colonel. Il est Inspecteur général assistant au Département militaire de Washington. Il ne peut pas participer à la première bataille de Bull Run car il est atteint par le choléra. Promu au grade de Brigadier général le 31 août 1861, il prend le commandement de la 2nd brigade de la division du Major Général Samuel P. Heintzelman au sein de l'armée du Potomac. Il participe à la campagne Péninsulaire. En Virginie, il combat à la bataille de Yorktown et à celle de Seven Pines. Il est blessé au bras et à la jambe lors de la bataille de Glendale. Il est promu major général le 4 juillet 1862.

le général Sedgwick (à droite) avec les colonels Albert V. Colburn et Delos B. Sackett à Harrison's Landing (Virginie), pendant la campagne Péninsulaire de 1862.

Au cours de la bataille d'Antietam, le Major Général Edwin V. Sumner, commandant du II Corps ordonne à la division de Sedgwick de mener un assaut massif et impulsif sans faire de reconnaissance. Il engage le combat avec les forces confédérées de Stonewall Jackson sur trois fronts, perdant 2 200 hommes. Sedgwick lui-même est touché par trois balles, au poignet, à la jambe et à l'épaule, et ne peut combattre lors de la bataille de Fredericksburg.

Le 26 décembre 1862, il dirige brièvement le II Corps puis le IX Corps, avant de prendre finalement le commandement du VI Corps de l'armée du Potomac, qu'il commandera jusqu'à sa mort en 1864. Au cours de la bataille de Chancellorsville, ses troupes font face à Fredericksburg. Elles sont initialement chargées de soutenir l'action des quatre corps du major général Joseph Hooker qui attaquent le flanc gauche de l'armée de Robert E. Lee. Il entre dans la bataille avec retard, mais passe finalement la rivière Rappahannock et repousse les faibles forces de Jubal Early à Marye's Heights. Il se déplace ensuite lentement vers l'Ouest pour rejoindre Hooker ce qui permet à Lee de couper son armée en deux. Il est arrêté par le Second Corps de Lee (sous le commandement du Major Général J.E.B. Stuart, après la blessure de Jackson) lors de la bataille de Salem Church. Il fait ensuite retraite au nord de la rivière Rappahannock.

Lors de la bataille de Gettysburg, ses troupes arrivent au soir du 2 juillet et seules quelques-unes de ses unités participent à la contre-attaque de Wheatfield. Au cours de l'Overland Campaign, le VI Corps est situé sur le flanc droit lors de la bataille de la Wilderness et fait face aux assauts du Second Corps du Lieutenant-général Richard S. Ewell.

Mort[modifier | modifier le code]

Suite à une succession d'évènements assez ironiques, Sedgwick meurt au début de la bataille de Spotsylvania, le 9 mai 1864. Avec ses troupes, il menait une reconnaissance sur le flanc gauche des confédérés et dirigeait le positionnement de l'artillerie. Des tireurs embusqués adverses étaient situés à environ 900 m et leurs tirs incitaient les membres de son état-major et les artilleurs à se mettre à couvert. Sedgwick, pour sa part, marchait à découvert en disant: « What ? Men dodging this way for single bullets ? What will you do when they open fire along the whole line ? I am ashamed of you. They couldn't hit an elephant at this distance. »[3],[4] Bien que honteux, ses hommes tressaillaient toujours et il répéta: « I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance. »[5],[4] Quelques secondes plus tard, il tomba au sol, frappé par une balle au-dessus de l'œil gauche.

Sedgwick fut l'officier de plus haut rang de l'armée de l'Union tué au combat au cours de la guerre. En effet, bien que James B. McPherson ait été à la tête d'une armée au moment de sa mort, alors que Sedgwick dirigeait un corps, ce dernier était le plus ancien de tous les major general tués. Lorsqu'il apprit sa mort le lieutenant général Ulysses S. Grant fut choqué par la nouvelle et demanda à plusieurs reprises: « Est-il vraiment mort ? »[6].

Héritage[modifier | modifier le code]

Sedgwick avait le réputation d'être un général solide et sûr bien que peu agressif. Il était aimé de ses soldats qui le surnommait affectueusement "Uncle John". Sa mort provoqua une grande tristesse. Robert Lee lui-même fut attristé par son destin tragique. George G. Meade pleura en apprenant la nouvelle. Ulysses S. Grant désigna Sedgwick comme celui « qui ne manquait jamais à l'appel lorsqu'il fallait faire un travail sérieux » et il affirma à son état-major que cette perte était plus grave que celle de toute une division.

John Sedgwick est enterré à Cornwall Hollow dans le Connecticut. Une statue équestre lui rend hommage, ainsi qu'au VI Corps, dans le Parc militaire national de Gettysburg.

Un monument représentant le général Sedgwick se trouve à West Point. Selon la légende, un cadet qui tourne les éperons de la statue à minuit alors qu'il est en tenue de soirée réussira son examen final.

Plusieurs villes et écoles portent son nom pour honorer sa mémoire.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « John Sedgwick » (voir la liste des auteurs)

  1. Berthrong, pp. 133-40; Grinnell, pp. 111-21.
  2. Sedgwick genealogy site
  3. Comment ? Mes hommes se cachent pour esquiver quelques balles ? Que ferez-vous lorsque toute la ligne ouvrira le feu ? Vous me faites honte. Ils ne pourraient pas toucher un éléphant à cette distance.
  4. a et b Foote, p. 203.
  5. Vous me faites honte à vous esquiver comme ça. Ils ne pourraient pas toucher un éléphant à cette distance.
  6. Rhea, p. 95.