John Ridley Stroop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stroop et Ridley.

John Ridley Stroop (21 mars, 1897-1er septembre 1973) était un psychologue américain.

Stroop est né dans le comté de Rutherford dans le Tennessee. Il développa un exercice reposant sur des mots en couleur, qui mit en évidence des interférences dans la perception du cerveau humain, qu'on appela par la suite l'effet Stroop).

Après l'obtention de son PhD au George Peabody College, il délaissa la psychologie, pour devenir professeur en études bibliques à la David Lipscomb University de Nashville, Tennessee.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1897 dans une petite communauté agricole du Tennessee, John Ridley Stroop fut un enfant fragile qui fut dispensé des travaux à la ferme familiale. Après des études au College de Nashville puis à l'université, il a obtenu le Ph.D. en psychologie expérimentale alors qu'il enseignait en même temps pour financer ses études et nourrir sa femme et ses enfants. Il a également travaillé comme concierge et comme bibliothécaire. Après des recherches pour la Commission du Tennessee pour l'éducation, il est devenu instructeur spécial en psychologie et éducation à l'Institut polytechnique du Tennessee à Cookeville, avant de présider le département de psychologie de son College pendant 16 ans. Connu pour sa profonde conviction religieuse, il l'était aussi pour son sens de l'humour et son penchant pour les jeux de mots. En fin de carrière, il a été professeur émérite d'études bibliques jusqu'à sa mort en 1973 à l'âge de 76 ans.

Ses idées et ses convictions[modifier | modifier le code]

Chrétien pratiquant, ses convictions religieuses étaient très présentes dans sa vie. À l'époque où il enseignait au Collège de Nashville, il allait prêcher chaque dimanche à la campagne. Il a également donné un cours sur la façon de vivre selon la Bible. Les livres qu'il a écrit sont en rapport avec la religion, comme "la trilogie du Plan de Dieu et moi" et sont utilisés comme textes dans les écoles chrétiennes, dans les classes d'enseignement de la Bible, dans les congrégations, et dans les classes de formation des enseignants.

Par ailleurs, sa thèse d'université a eu une influence en psychologie.

Ses travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Il a effectué la synthèse des idées et des procédures de la littérature psychologique et a mis au pont un exercice qui consiste à lire des noms de couleur imprimés à l’encre de couleur pour montrer que le cerveau humain regarde d’abord la couleur avant le sens du mot. Il existe donc « des interférences dans la perception du cerveau humain, qu'on appela par la suite l'effet Stroop). »

Influence sur la psychologie cognitive[modifier | modifier le code]

Les influences de Stroop dans le domaine de la psychologie cognitive se sont exercées pour les recherches sur l’attention et l’indice linguistique. Stroop a montré que certains mécanismes, comme la lecture, sont automatiques et que tous les processus ne sont pas effectués à la même vitesse, ce qui a donné lieu à des recherches pour tenter d’expliquer les effets inhibiteurs.

Les recherches sur le traitement de l’information en psychologie cognitive à partir des années 1960 ont remis à l’ordre du jour la thèse de Stroop qui permettait d’expliquer les étapes des processus mentaux à l’aide des temps de réponse.

Impact de l'effet Stroop[modifier | modifier le code]

L’effet Stroop a toute sa place dans les travaux de recherche actuels pour essayer de comprendre le fonctionnement de l’attention dans la théorie de la cognition. Les travaux de Stroop apparaissent comme déterminants en termes d’outils de recherche en psychologie expérimentale[1].

Utilisation du protocole Stroop dans le domaine de l'attention sélective[modifier | modifier le code]

Après trois années de recherche sur la tâche Stroop en matière d’attention sélective, il apparait que l’effet Stroop expliquerait en fait que l’action de nommer une couleur présuppose l’activation d’un processus d’attente et d’apprentissage davantage que la primauté d’un processus de lecture automatique sur l’action de nommer une couleur[2].

Les travaux de Stroop constituent toujours des thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Dans les années récentes, les travaux de Stoop ont notamment donné lieu à des recherches en neuropsychologie[3], en neurologie spécialisée pour enfants[4], de même que, par exemple, des tests par application assistée sur ordinateur pour mesurer la capacité d’inhibition de réponses « surapprises »utilisés lors de tests de performance[5].

Lien pour tester sa capacité à diriger l'attention selon l'effet Stroop[modifier | modifier le code]

http://snre.umich.edu/eplab/demos/st0/stroopdesc.html

Lien pour un test sur l'effet Stroop[modifier | modifier le code]

http://ophtasurf.free.fr/vue/test_2.htm

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://arts.uwaterloo.ca/~cmacleod/Research/Stroopbiog.htm
  2. http://www.in-cognito.net/new/images/article/lemercier22.pdf
  3. http://nca.recherche.univ-lille3.fr/uploads/File/f-SV%20_Bayard%20Erkes%20Moroni%20-%20nov09_%20Manuel.pdf
  4. http://faculty.washington.edu/chudler/words.html
  5. http://www.schuhfried.fr/vienna-test-system-vts/tous-les-tests-de-a-a-z/test/stroop-test-dinterference-selon-stroop/

Liens externes[modifier | modifier le code]