John Radcliffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Radcliffe.

John Radcliffe (1652-1714) était un médecin anglais et un philanthrope. Plusieurs bâtiments célèbres de la ville d'Oxford, dont la Radcliffe Camera et l'observatoire Radcliffe, lui doivent leur nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Wakefield, dans le Yorkshire, John Radcliffe fit ses études à la Queen Elizabeth Grammar School. Il obtint ses diplômes à l'université d'Oxford, où ses résultats brillants à University College lui valurent une bourse grâce à laquelle il put devenir Fellow de Lincoln College. Docteur en médecine en 1682, il partit peu après pour Londres.

Très vite célèbre dans la capitale, il devint le médecin personnel du roi Guillaume et de la reine Marie. En 1713 il fut élu député de Buckingham.

Après sa mort, l'année suivante, ses biens furent répartis, selon sa volonté, entre plusieurs destinataires : St Bartholomew's Hospital et University College, son ancien collège, dont la grande cour, le Radcliffe Quad, porte son nom, mais aussi l'observatoire Radcliffe et la Radcliffe Camera, à laquelle il avait légué sa bibliothèque scientifique, ainsi que la Radcliffe Infirmary et le John Radcliffe Hospital.

Une anecdote[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses singularités du docteur Radcliffe, on le disait incapable de quitter la table lorsqu'il se trouvait à dîner, fût-ce pour céder aux instances de personnes du plus haut rang. Un jour qu'il se livrait à des libations dans une taverne, un grenadier vint le chercher en lui demandant de le suivre sur-le-champ afin d'aller prêter assistance à son colonel. Prières, supplications, rien n'y fit : le disciple d'Esculape refusa d'interrompre son sacrifice à Bacchus.

« Monsieur, dit alors le soldat, j'ai ordre de vous emmener. »
Sur ces mots, le robuste militaire saisit le médecin à bras-le-corps et le traîna de force hors de la taverne. Après avoir traversé quelques ruelles insalubres, le praticien et son escorte parvinrent à l'entrée d'une venelle sordide.
« Diantre, s'écria Radcliffe, votre colonel ne vit tout de même pas dans cet endroit ? »

« Non, répondit le grenadier, mais mon camarade, lui, habite ici. Et il en vaut bien deux comme notre colonel. Morbleu, je vous donne ma parole que si vous ne faites pas de votre mieux, docteur, c'est le pire qui vous va arriver [1] ! »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Campbell R. Hone, The Life of Dr. John Radcliffe 1652-1714, Faber and Faber, 1950.

Sources[modifier | modifier le code]