John Montacute (3e comte de Salisbury)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Montagu.

John Montacute (v. 1350 – 5 janvier 1400), 3e comte de Salisbury, est un noble anglais faisant partie des rares à rester fidèles à Richard II d’Angleterre après qu’Henri IV a pris le pouvoir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

John Montacute est le fils de John Montacute et Margaret de Monthemer. Son père est le frère cadet de William Montacute. Sa mère est la fille de Thomas de Monthermer et la petit-fille de Ralph de Monthermer et de Jeanne d’Acre[1]. Jeune, Montacute se distingue au cours de la Guerre de Cent Ans, puis en partant combattre les païens en Prusse, probablement dans l’expédition mené par Henri Bolingbroke, futur roi Henri IV d'Angleterre.

John Montacute est convoqué au parlement en 1391 en tant que baron Montacute. Il est un favori du roi depuis le début du règne de celui-ci, et l’accompagne au cours de son expédition en Irlande en 1394 et 1395. En tant que conseiller privé, il soutient le mariage de Richard avec Isabelle de Valois. Au cours des voyages en France en vue du mariage, il rencontre et encourage Christine de Pisan, dont le fils est éduqué à la maison des Montacute. Montacute est un Lollard, et le roi lui fait des remontrances à ce sujet.

Lorsque sa mère meurt à cette époque, John hérite de la baronnie de Monthermer et de ses propriétés. En 1397, il devient comte de Salisbury à la mort de son oncle et hérite du manoir de Bisham et d’autres propriétés. Il reste toujours un des majeurs appui aristocratique du roi Richard II, le protégeant de Thomas de Woodstock et de Thomas de Beauchamp. Il persuade le roi d’épargner la vie de ce dernier. Il reçoit une partie des propriétés confisquées à Thomas de Beauchamp, et est fait chevalier de la Jarretière en 1399.

Au début de l’année 1399, il mène avec succès une mission en France pour éviter le mariage entre Henri Bolingbroke et la fille du duc de Berry. En mai, il accompagne une nouvelle fois le roi dans une expédition en Irlande. Quand les nouvelles du retour de Bolingbroke en Angleterre parviennent jusqu’à eux, il revient immédiatement au Pays de Galles pour lever une armée. Quand celle-ci déserte, il conseille au roi de s’enfuir vers Bordeaux. Au lieu de ça, Richard est emprisonné, Henri prend place sur le trône, et en octobre Montacute est arrêté avec d’autres conseillers de Richard et enfermé dans la tour de Londres.

Mort[modifier | modifier le code]

Montacute doit répondre de l’arrestation et de la mort de Thomas de Woodstock en 1397. Il est finalement relâché suite à l’intervention de la sœur du roi Henri, Élisabeth, comtesse de Hutingdon. Peu de temps après, Montacute est impliqué avec Jean Holland, comte de Huntingdon, et d’autres dans la révolte de l’épiphanie, un complot visant à tuer le roi Henri IV et restaurer Richard II. Après l’échec complot, il est pris à Cirenster et exécuté. Son fils aîné, Thomas Montacute récupère finalement le comté.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Douglas Richardson, Kimball G. Everingham, Magna Carta Ancestry: A Study in Colonial and Medieval Families (2005), p. 576.