John M. Ford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John M. Ford

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de John M. Ford en 2000

Activités Écrivain
Naissance 10 avril 1957
East Chicago, Indiana, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 25 septembre 2006 (à 49 ans)
Minneapolis, Minnesota, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Science-fiction, fantasy
Distinctions Prix World Fantasy
Prix Origins
Prix Philip K. Dick

John Milo Ford ou Dr Mike, né le 10 avril 1957 et décédé le 25 septembre 2006 (à 49 ans), est un auteur américain de science-fiction et de fantasy, également auteur de jeux de rôles et poète.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Ford est né à East Chicago dans l’Indiana, et a grandi à Whiting dans le même État[1]. Dans le milieu des années 1970, il étudie à l’université d’Indiana. Il publie sa première nouvelle, This, Too, We Reconcile, dans Analog en mai 1976.

Ford s’installe à New York pour travailler au nouvellement fondé Asimov's Science Fiction[1], où, à partir du milieu de l’année 1978, il publie de la poésie, des fictions, des articles, et commente des jeux ; il est le dixième plus gros contributeur à ce magazine sur la période 1977–2002, bien que n’ayant plus publié que des fictions après septembre 1981[2]. Vers 1990, il s’installe à Minneapolis[1]. En plus d’écrire, il travaille en tant que consultant en informatique, relecteur, aide-soignant dans un hôpital, et secrétaire de rédaction[3].

Ford a souffert de complications liées à son diabète dès son enfance, et avait également un dysfonctionnement du rein exigeant une dialyse ; en 2000, il subit une transplantation rénale. Il est retrouvé mort de causes naturelles à son domicile à Minneapolis le 25 septembre 2006[4] par son épouse depuis le milieu des années 1990, Elise Matthesen (en)[1], essayiste, journaliste et poète.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les titres donnés sont les titres originaux.

Livres[modifier | modifier le code]

Jeux[modifier | modifier le code]

Ford a également écrit des manuels pour le jeu de rôle Star Trek (en)[5], et plusieurs articles consacrés au jeu de rôle, dans Autoduel Quarterly, Pyramid, Roleplayer, Space Gamer, et Journal of the Travellers' Aid Society. Dans The Final Reflection, il décrit un jeu proche des échecs joués par les Klingons, le « klin zha ».

Récompenses[modifier | modifier le code]

John M. Ford à la 38e Minicon (en) en 2003.

Prix obtenus[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Tad Vezner, « Crafters of sci-fi attend obscure writer's eulogy: Peers laud Minneapolis author for his unpredictable works », St. Paul Pioneer Press (en),‎ 2006-10-28 (lire en ligne) (Discussion sur l’article avec relevé de quelques erreurs.)
  2. James Patrick Kelly, On the Net: Frequent Fliers, Asimov's 4/2003. See also Ford's entries in the Asimov's index.
  3. (en) « Ford's comment at a "four things" meme blogpost », Making Light,‎ 25 décembre 2005.
  4. (en) Elise Matthesen, « John M. Ford, 1957-2006 », Making Light,‎ 25 septembre 2006.
  5. (en) « Against Entropy »,‎ 20 janvier 2007.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « John M. Ford » (voir la liste des auteurs).