John Kricfalusi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Kricfalusi

Description de cette image, également commentée ci-après

Kricfalusi au Castro Theatre, juillet 2006.

Nom de naissance Michael John Kricfalusi
Alias
Raymond Spüm
John K.
Raymond S.
Naissance 9 septembre 1955 (58 ans)
Chicoutimi, Québec, Canada
Nationalité Canadien

John Kricfalusi, mieux connu sous le surnom de John K. (né le 9 septembre 1955 à Chicoutimi, au Québec, Canada) est un cartooniste, doubleur, et producteur canadien. Il est le créateur de la série télévisée d'animation Ren et Stimpy et de sa série dérivée Ren & Stimpy "Adult Party Cartoon", de la série d'animation The Ripping Friends (en), et de Weekend Pussy Hunt (en), qui a été nommé comme le « premier cartoon interactif créé sur le web ». Il est également le fondateur des studios Spümcø.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au Canada, John Kricfalusi passe sa jeunesse en Allemagne et en Belgique, son père servant à cette époque pour les forces aériennes. À l'âge de sept ans, il retourne dans son pays d'origine, le Canada. Il emménage en plein milieu de sa scolarité et passe la plupart de son temps chez lui, à regarder des dessins-animés Hanna-Barbera et à les dessiner. L'intérêt de Kricfalusi pour l'âge d'or de l'animation se manifeste très fortement alors qu'il étudiait au Sheridan College (en), ; il assiste à la projection hebdomadaire de vieux films et dessins-animés au Innis College, dont ceux de Bob Clampett et Tex Avery, ce qui a profondément marqué Kricfalusi. Il quitte le Sheridan College et emménage à Los Angeles pour devenir animateur[1],[2],[3],[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Premier départ dans l'animation[modifier | modifier le code]

Après avoir emménagé à Los Angeles, Kricfalusi est présenté par Bob Clampett à Milt Gray, qui suggère ce dernier à l'intégrer dans sa classe d'animation. Gray travaillait à cette époque pour Filmation, endroit dans lequel Kricfalusi trouve par la suite du travail[5]. Son premier cartoon indépendant s'intitule Ted Bakes One, qu'il a produit aux côtés de Bill Wray (en) en 1979 pour une chaîne de télévision[3]. De 1979 au milieu des années 1980, Kricfalusi est employé chez Filmation et plus tard chez Hanna-Barbera sur de nombreuses émissions qu'il qualifie de « pires animations de tous les temps[4],[6]. » Il prétend avoir été « sauvé » de ces projets de cartoon par le réalisateur Ralph Bakshi, qui a travaillé à ses côtés en 1981 et 1982[7],[8]. Ils débutent ensemble sur le film Bobby's Girl, qui s'est vendu chez Tri-Star mais qui a plus été annulé[8],[9],[10]. Sous la direction de Bakshi, Kricfalusi a animé le vidéoclip des Rolling Stone en 1986 intitulé Harlem Shuffle.

Mighty Mouse[modifier | modifier le code]

Le héros original Mighty Mouse des studios Terrytoons a inspiré la nouvelle série Mighty Mouse: The New Adventures (en) de Bakshi et Kricfalusi.

Le projet de Bakshi et Kricfalusi ayant obtenu le plus du succès s'intitule Mighty Mouse: The New Adventures (en) diffusé sur la chaîne CBS, basé sur le personnage originaire des studios Terrytoons. La série a bien été accueilli et considéré comme l'un des cartoons qui a fait connaître Kricfalusi dans l'industrie de l'animation[11],[12]. Kricfalusi a réalisé huit à trente-six épisodes et supervisé la série[13]. Au début de la deuxième saison, Kricfalusi et Bakshi ont une dispute, ce qui a mené Kricfalusi à quitter la série. La production de Mighty Mouse était différente des autres cartoons à cette période, avec une animation créative et artistique inspirée de la série Pee-wee's Playhouse (en) diffusée sur CBS un an plus tôt. Les animateurs innovent dans l'animation, grâce au système de production de Kricfalusi[14].

Mighty Mouse est finalement annulé suite à des controverses liées à la cocaïne. Ralph Bakshi maintient que ni lui ni Kricfalusi ont animé le personnage sniffant de la cocaïne, mais qu'il reniflait en réalité des pétales de fleurs broyées, ce qui a été montré lors d'une scène précédente dans le cartoon[15],[16],[17].

Beany and Cecil[modifier | modifier le code]

Kricfalusi quitte le studio de Bakshi pour travailler sur un nouveau projet The New Adventures of Beany and Cecil (en) prochainement diffusé sur la chaîne ABC, là où il rencontrera d'autres animateurs qui l'aideront plus tard à former le projet Ren et Stimpy[18]. ABC a tenté de négocier la production de la série avec la famille de Clampett, cette dernière ayant insisté pour que Kricfalusi face partie de la production. Ces fructueuses négociations ont retardé le commencement de la production jusqu'à mi-juillet, et les animateurs ont dû se presser pour finir à temps avant septembre. Des tensions se font sentir entre Kricfalusi et ABC concernant la tournure que prend l'émission. Plus ABC tentait de censurer la série, plus Kricfalusi réalisait des scènes choquantes et offensives. La famille de Clampett n'appréciant pas la tournure de la série, encourage Kricfalusi à aller plus loin[14]. ABC annule l'émission après six épisodes, pour cause des scènes sans humour qui ne conviennent pas aux enfants[4].

Ren & Stimpy[modifier | modifier le code]

Kricfalusi fonde le studio d'animation Spümcø en compagnie de Jim Smith, Bob Camp (en) et Lynne Naylor (en)[19]. Il débute sur un épisode pilote originellement intitulé The Ren & Stimpy Show durant sa période sur la chaîne Nickelodeon, après que la productrice de Nickelodeon Vanessa Coffey ait acceptée la réalisation d'un dessin-animé basé sur les deux personnages éponymes qui ont été présentés par Kricfalusi. L'épisode pilote a bien été accueilli, et a donc mené à la réalisation de treize nouveaux épisodes[20]. L'émission atteignait une très forte audience sur Nickelodeon[1],[19],[21] mais la chaîne désapprouvait la direction de Kricfalusi et de ses délais tardifs[22]. La mésentente entre Kricfalusi et Nickelodeon se démarque lors de la réalisation de l'épisode Man's Best Friend, dans lequel Ren agresse brutalement George Liquor (en)[23]. L'un des épisodes, Nurse Stimpy, n'était pas approuvé par Kricfalusi, et ce dernier change de surnom pour Raymond Spum[6],[24],[25]. Nickelodeon licencie Kricfalusi de la production en fin septembre 1992, laissant la production de la série aux mains des Games Animation de Nickelodeon, et qui ont continué pendant trois saisons avant d'annuler l'émission[26].

Après Ren et Stimpy[modifier | modifier le code]

Kricfalusi et d'autres animateurs du studio Spümcø ont travaillé sur la série de Donovan Cook (en) intitulée Bêtes comme chien, produite par Fred Seibert. En 1994, la nouvelle division des studios Hanna-Barbera, Cartoon Network Studios, est créée et réalise l'émission What a Cartoon!, également connue sous le titre de World Premiere Toons. L'émission débute en 1995, diffusant des courts-métrages innovateurs des studios Hanna-Barbera et d'autres animateurs indépendants. Pour la chaîne, il s'agissait d'un « retour aux bon vieux temps » à l'époque des cartoons classiques, avec un haut budget, un contrôle total des séries par les animateurs, et aucune animation limitée. Cartoon Network engage Siebert pour peaufiner le projet, et donne quelques conseils à Kricfalusi parmi d'autres animateurs (David Feiss et Tom Minton)[27],[28].

Kricfalusi réalise le vidéoclip de Björk intitulé I Miss You en 1995[29],[30], montrant Björk et le personnage Jimmy the Idiot Boy (en). Jack Black de Tenacious D vient à Kricfalusi lui demandant de réaliser un vidéoclip du titre Fuck Her Gently extrait de leur premier album en 2001[31]. Black ayant consulté le site web de Kricfalusi puis aperçu les vidéos de Ren et Stimpy, il lui demande de réaliser un vidéoclip. Le coût de production est de $40 000[32]. À l'origine, Sony Music ne souhaitait pas charger la vidéo sur le site de Tenacious D et le charge donc sur le site de Grand Royal, mais il est plus tard supprimé[31].

Kricfalusi contribue à de nombreux articles en 1993 et 1994 aux magazines Film Threat (en) et Wild Cartoon Kingdom (en) sous de nombreux surnoms[33],[34]. Il crée des cartoons exclusivement sur web dont Weekend Pussy Hunt (en) en 1996 pour le site MSN, et qui a été nommé comme le « premier cartoon interactif créé sur le web. » La production sur MSN s'achève[35],[36],[37]. Entre 1998 et 2001, il travaille sur de nombreux cartoons Hanna-Barbera sur la chaîne Cartoon Network : trois épisodes de Yogi l'ours qu'il a réalisé et animé, Boo Boo and the Man (en), A Day in the Life of Ranger Smith (en) et Boo Boo Runs Wild (en), ainsi que deux épisodes des Jetson qu'il a produit[6].

The Ripping Friends[modifier | modifier le code]

Fox Kids débute sa diffusion de The Ripping Friends (en) en 2001, créé par Kricfalusi et Jim Smith. Kricfalusi s'aperçoit que les superviseurs avaient un problème avec le style d'animation Spümcø, la direction de la série leur étant déplaisante[38]. Il ne s'implique pas pleinement dans la série jusqu'à la moitié de la saison, et considère comme « expérimentaux » les épisodes sur lesquels il a travaillé[39].

Ren & Stimpy "Adult Party Cartoon"[modifier | modifier le code]

En 2003, Spike TV produit une nouvelle série de Ren & Stimpy, écrit et réalisé par Kricfalusi. Les trois premiers épisodes se sont basés sur des idées et scénarios de fans et qui ont été rejeté par Nickelodeon[7]. Selon Kricfalusi, Spike voulait pousser la nouvelle série sous le thème de South Park. Il critique cette nouvelle émission pour son humeur déplacé notamment[40],[41],[42]. Seuls trois épisodes ont été diffusés avant que l'animation entière ne soit « mise en attente » par Spike[43]; la série complète ayant été commercialisé sur DVD en 2006, dont trois épisodes exclusifs.

Depuis 2006[modifier | modifier le code]

Kricfalusi commente les cartoons réalisés par Bob Clampett et Chuck Jones dans les volumes des 2, 3 et 5 des DVD Looney Tunes Golden Collection[44],[45],[46]. for cartoons directed by Bob Clampett and Chuck Jones. Le 13 février 2006, Kricfalusi fonde son propre weblog, John K Stuff. Le site est originellement conçu pour les animateurs débutants, et en particulier d'autres cartoonistes[47]. Cette même année, il anime deux vidéoclips : Close but No Cigar de "Weird Al" Yankovic, commercialisé en septembre 2006 sur le DVD Straight Outta Lynwood (en)[48],[49] et Classico de Tenacious D[50],[51],[52]. Kricfalusi anime le gag du canapé dans l'épisode L'important, c'est les Roosevelt de la série Les Simpson diffusé aux États-Unis en octobre 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tim Lawson et Alisa Persons, The magic behind the voices: a who's who of cartoon voice actors, Univ. Press of Mississippi,‎ 2004 (ISBN 978-1-57806-696-4, lire en ligne), p. 197–204
  2. (en) Dan Persons, « This is your life, John Kricfalusi », Cinefantastique Vol 24 #1,‎ 1993 (consulté en 18 février 2010)
  3. a et b (en) Jason Rivera, « An interview with John »,‎ 2000 (consulté en 30 août 2010)
  4. a, b et c (en) Joey Anuff, « The Nearly Invisible Animation Genius », Spin volume 14 number 11 pp. 99-106,‎ 1998 (consulté le 18 septembre 2010)
  5. (en) Martin Goodman, « An Interview with John Kricfalusi », Animation World Magazine,‎ 2003 (consulté le 8 janvier 2011)
  6. a, b et c (en) « John Kricfalusi », IMDB.com (consulté le 28 janvier 2007)
  7. a et b (en) Nick Digilio, « John K interview », WGN Radio (consulté le 17 janvier 2010)
  8. a et b (en) Tasha Robinson, « John Kricfalusi, interview », The AV Club, Onion inc,‎ 2001 (consulté le 17 janvier 2010)
  9. (en) Lewis Beale, « Animator Bakshi Enjoys Film Satire », Ocala Star-Banner,‎ 1987 (consulté le 27 avril 2010)
  10. (en) Ralph Bakshi, « Your Project with John K. », The Official Ralph Bakshi Website (consulté le 27 avril 2010)
  11. (en) Warren Clements, « A trail-blazing rodent », The Globe and Mail,‎ 2009 (consulté en 30 août 2010)
  12. (en) Jerry Beck, « Mighty Mouse DVD update », Cartoon Brew,‎ 2009 (consulté le 17 janvier 2010)
  13. (en) Jeff Lenburg, Who's who in animated cartoons, Hal Leonard Corporation,‎ 2006 (ISBN 1-55783-671-X, lire en ligne)
  14. a et b (en) Eric Nolen-Weathington, Modern Masters Volume 3: Bruce Timm, TwoMorrows Publishing,‎ 2004 (ISBN 1-893905-30-6, lire en ligne), p. 26–32
  15. (en) Craig Wolff, « Mighty Mouse Flying High On Flowers? », The New York Times,‎ 1988 (consulté le 5 janvier 2010)
  16. (en) « Mighty Mouse accused of sniffing cocaine », Chicago Sun-Times,‎ 1988 (consulté en 27 décembre 2009)
  17. (en) Tasha Robinson, « Ralph Bakshi, Interview », The AV Club, Onion inc,‎ 2000 (consulté en 27 décembre 2009)
  18. (en) « Beany and Cecil (1988) full credits », IMDB.com (consulté le 17 janvier 2010)
  19. a et b (en) Andy Meisler, « Ren and Stimpy's Triumphant Return », The New York Times,‎ 1992 (consulté en 26 décembre 2009)
  20. (en) Charles S. Novinskie, « Bill Wray, interview », David Anthony Kraft's Comics Interview issue 122 (consulté en 30 août 2010)
  21. (en) Stefan Kanfer, « Loonier Toon Tales », Time,‎ 1992 (lire en ligne)
  22. (en) John Staton, « New 'Ren & Stimpy' director ready to take control », The Daily Tarheel, Omnibus,‎ 1992 (consulté en 27 décembre 2009)
  23. (en) Martin Goodman, « Dr. Toon interviews John Kricfalusi », Animation World Magazine,‎ 2004 (consulté le 19 mai 2007)
  24. (en) Jon Drukman, « Interview with Chris Savino », X MAGAZINE Issue 10,‎ 1992 (consulté en 30 août 2010)
  25. (en) « Nerdist Podcast: John K. »,‎ 2012 (consulté en 31 août 2012)
  26. (en) Michael Mackenzie, « The Ren & Stimpy Show: Seasons Three and a Half-ish », DVDTimes.co.uk,‎ 03 (consulté le 19 mai 2007)
  27. (en) Joe Strike, « The Fred Seibert Interview — Part 1 », Animation World Network,‎ 2003 (consulté le 2 janvier 2013)
  28. (en) Jason Mittell, Genre and Television: From Cop Shows to Cartoons in American Culture, Routledge,‎ 2004 (ISBN 978-0-415-96903-1, lire en ligne)
  29. (en) « Björk: Volumen, full cast and crew », IMDB.com (consulté le 18 janvier 2010)
  30. (en) « music videos: Björk », bjork.com (consulté le 18 janvier 2010)
  31. a et b (en) Chris Willman, « Black Lash », Entertainment Weekly,‎ 2001 (lire en ligne)
  32. (en) Chay Woodman, « Tenacious D Interview », Virtual Festivals,‎ 2003 (lire en ligne)
  33. (en) Chris Gore, « The Death of Ren & Stimpy », Wild Cartoon Kingdom issue 1 (consulté en 18 février 2010)
  34. (en) Pat Wechsler, « Ren & Stimpy Man Needles Nickelodeon », New York Magazine vol. 27 no 18,‎ 1994 (consulté le 18 septembre 2010)
  35. (en) Aaron Simpson, « John K's Guide to Surviving the End of Television », Cold Hard Flash,‎ 2007 (consulté le 17 janvier 2010)
  36. (en) Bill Predmore, « How I Learned to Stop Worrying and Love RealFlash », Animation World Magazine, Issue 2.12,‎ 1998 (consulté en 27 décembre 2009)
  37. (en) Stephen Worth, « Untold Spumco history », John K Stuff,‎ 2006 (consulté en 27 décembre 2009)
  38. (en) John Kricfalusi, « Maintaining Guts from Department to department », John K Stuff,‎ 2007 (consulté en 27 décembre 2009)
  39. (en) Scott Goodins, « The Strange World of John K »,‎ 2001
  40. (en) Michael Barrier, « An Exchange with John K. », michaelbarrier.com,‎ 2004 (consulté le 17 janvier 2010)
  41. (en) Brandon Kosters, « 10 Questions with John Kricfalusi », fnewsmagazine.com,‎ 2009 (consulté en 27 décembre 2009)
  42. (en) Daniel Robert Epstein, « John Kricfalusi, interview », SuicideGirls,‎ 2004 (consulté le 1 mars 2011)
  43. (en) James Hibberd, « Spike Retooling Its Toon Strategy », TelevisionWeek,‎ 2003 (consulté en 21 décembre 2010)
  44. (en) Charles Solomon, « Looney Tunes - Golden Collection, Volume Two », Tower.com (consulté en 30 août 2010)
  45. (en) Donald Liebenson, « Looney Tunes Golden Collection - Vol. 3 », Barnesandnoble.com llc (consulté en 30 août 2010)
  46. (en) Ken Shallcross, « Review: Looney Tunes Golden Collection: Volume 5 », DVDFanatic.com (consulté en 30 août 2010)
  47. (en) John Kricfalusi, « it's been a whole year so thanks! »,‎ 2007 (consulté le 18 janvier 2010)
  48. (en) « "Weird Al" unleashes his new album », Ain't It Cool News,‎ 2006 (lire en ligne)
  49. (en) « Straight Outta Lynwood », Barnes & Noble, barnesandnoble.com (consulté le 18 janvier 2010)
  50. (en) Ryan Ball, « John K. Gets Cartoony at L.A. Gallery », Animation Magazine Inc,‎ 2006 (consulté le 17 janvier 2010)
  51. (en) « Pick of Destiny full credits », IMDB.com (consulté en 27</ref décembre 2009)
  52. (en) « Tenacious D "Classico" », tenaciousd.com (consulté le 18 janvier 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]