John Joubert (criminel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Joubert et Joubert.
John Joubert
Information
Naissance 2 juillet 1963
Lawrence, Massachusetts (États-Unis)
Décès 17 juillet 1996 (à 33 ans)
Nebraska, États-Unis
Cause du décès Électrocution
Sentence Chaise électrique
Meurtres
Nombre de victimes 3
Période 22 août 1982 - 2 décembre 1982
Pays États-Unis
États Nebraska, Maine

John Joubert (2 juillet 1963 - 17 juillet 1996) était un tueur en série exécuté dans le Nebraska, aux États-Unis. Il avait été condamné pour le meurtre de trois garçons dans le Maine et le Nebraska.

Enfance[modifier | modifier le code]

Les parents de John Joubert divorcent quand il a six ans. Il part alors vivre avec sa mère à Lawrence dans le Massachusetts. Sa mère ne l'autorise pas à rendre visite à son père, ce qui nourrira la haine de John Joubert pour celle-ci. En 1974, sa mère décide de déménager à Portland dans le Maine.

Lorsqu'il a treize ans, il poignarde une jeune fille avec un stylo et en éprouve une stimulation sexuelle lorsqu'elle hurle de douleur. Le jour suivant, il prend une lame de rasoir et entaille une autre fille. Il n'a jamais été arrêté pour ces agressions. Lors d'un autre incident, il frappe et tente d'étrangler un jeune garçon. Il continue alors à agresser d'autre personnes.

Meurtres[modifier | modifier le code]

Le 22 août 1982, un jeune garçon de onze ans, Richard « Ricky » Stetson fait son jogging à Portland dans le Maine. Ses parents, ne le voyant pas rentrer le soir, appellent la police. Le jour suivant un motard aperçoit le corps du jeune garçon à proximité de la route Interstate 295. Un couple racontera avoir aperçu un jeune homme blanc le suivre à vélo. Cet homme s'appelait John Joubert.

Il semble que l’agresseur ait tenté de le déshabiller avant de le poignarder et de l’étrangler. Un suspect fut arrêté mais ses dents ne correspondaient pas à l’empreinte dentaire laissée sur le corps du jeune garçon. Il fut relâché après une année et demie de détention. Aucune autre piste ne sera révélée avant janvier 1984.

Danny Joe Eberle disparaît alors qu’il distribue le journal Omaha World-Herald le dimanche 18 septembre 1983 à Bellevue dans le Nebraska. Son frère qui distribue aussi le journal ne l'a pas vu lors de sa tournée mais se souvient avoir vu un homme blanc le suivre dans une voiture de couleur foncée les jours précédents. Il apparut qu'Eberle ne distribua que 3 de ses 70 journaux. Au quatrième point de livraison, sa bicyclette fut retrouvée ainsi que le reste des journaux. Il semble n’y avoir aucune trace de lutte. Joubert dira plus tard comment il a approché Eberle, confectionné le couteau et couvert la bouche du garçon avec sa main. Il obligea alors le garçon à monter dans son véhicule avant de l’emmener hors de la ville.

Après trois jours de recherche, son corps est finalement découvert à approximativement six kilomètres de l’endroit où son vélo fut retrouvé. Ses sous vêtements lui ont été arrachés, ses pieds et ses mains liés, sa bouche recouverte par un ruban adhésif chirurgical. Joubert l’a poignardé neuf fois. S’agissant d’un enlèvement, le crime relevait de la juridiction fédérale, le FBI fut donc contacté.

Les investigations ont suivi plusieurs pistes, dont celle d’un jeune homme arrêté pour avoir molesté deux jeunes garçons environ une semaine avant le crime. Celui-ci échoua au test du détecteur de mensonge et avait un faux alibi, cependant il ne correspondait pas au profil dressé par le FBI. Il fut relâché faute de preuves. D’autres pédophiles du secteur furent interrogés mais l’enquête piétinait à cause du manque d’indices.

Le 2 décembre, Christopher Walden disparaissait à Papillion dans le Nebraska à approximativement cinq kilomètres de l’endroit où le corps du jeune Eberle fut retrouvé. Les témoins déclarèrent à nouveau avoir vu un homme dans une voiture de couleur foncée. Joubert dit qu’il s’avança jusqu'au niveau de Walden, lui montra la gaine de son couteau alors qu’il marchait et lui ordonna de monter dans sa voiture. Après avoir conduit jusqu'à des lignes de chemin de fer hors de la ville, il ordonna à Walden de se déshabiller, ce qu’il fit. Cependant il refusa se s’allonger. Après une brève lutte, Joubert le maîtrisa et le poignarda. Joubert trancha la gorge de Walden, si profondément qu’il était presque décapité. Le corps de Walden fut retrouvé deux jours plus tard à huit kilomètres de la ville. Bien que les crimes soient similaires, il y avait des différences. Walden n’avait pas été attaché, son corps était mieux dissimulé, et semblait avoir été tué très rapidement après l’enlèvement.

Arrestation[modifier | modifier le code]

Le 11 janvier 1984, une enseignante d’école maternelle qui se trouvait dans le secteur appela la police pour dire qu’elle avait vu un jeune au volant d’une voiture. Il y a des versions contradictoires sur ce qui se passa exactement, certaines disant que la voiture traînait, d’autres que la voiture tournait en rond. Lorsque le conducteur vit que l’enseignante écrivait son numéro de plaque, il s’arrêta et la menaça avant de s’échapper. La voiture n’était pas foncée, mais fut tout de même recherchée. La voiture avait été louée par John Joubert, un technicien de la base « Offutt Air Force ».

Un avis de recherche fut lancé. Une corde similaire à celle utilisée pour Danny Joe Eberle fut découverte dans sa chambre. Le FBI découvrit que cette corde inhabituelle avait été faite pour l’armée américaine en Corée du Sud. Lors de l’interrogatoire, Joubert avoua qu’il s’était procuré cette corde par le chef scout du groupe dont il faisait partie et dans lequel il était assistant. Robert Ressler, le chef des profileurs à cette époque, eut immédiatement accès aux informations concernant les deux jeunes garçons du Nebraska et travailla sur un profil. Joubert correspondait à ce profil en tous points. Alors qu’il présentait le cas des deux garçons à une classe en formation à l’académie du FBI, à Quantico, une officier de Portland, dans le Maine, releva les similarités avec un cas dans sa juridiction alors que Joubert vivait là à cette époque et contacta alors l’Air Force. Les empreintes dentaires démontrèrent que Joubert était responsable du meurtre dans le Maine en plus de ceux du Nebraska. Ressler et les enquêteurs du Maine pensèrent que Joubert joignit l’Air Force pour partir du Maine après le meurtre de Stetson.

Des investigations plus poussées dans le Maine révélèrent deux crimes entre les agressions au stylo de la fille de neuf ans au Nebraska et le meurtre de Stetson en 1982. En 1980, les investigations de Ressler révélèrent que Joubert avait entaillé un jeune garçon de neuf ans ainsi qu’une enseignante alors qu’il avait environ vingt ans. Toutes les deux avaient sérieusement été entaillés, et avaient eu de la chance de survivre.

Procès et appels[modifier | modifier le code]

Joubert avoua alors avoir tué les deux garçons, le 12 janvier il fut inculpé de leurs meurtres. Après avoir plaidé non coupable dans un premier temps, il plaida ensuite coupable. Plusieurs évaluations psychiatriques furent faites sur Joubert. L’une d’elles le définit comme ayant des troubles obsessionnels compulsifs et des tendances sadiques ainsi qu’une personnalité schizoïde.

Il apparut qu’il n’avait pas de troubles psychotiques aux moment des crimes. Un panel de trois juges le condamnèrent à mort pour deux des meurtres. Joubert fut aussi condamné à l’emprisonnement à vie dans le Maine (où il n’y a pas de peine de mort) en 1990 pour le meurtre de Ricky Stetson, ses empreintes dentaires correspondant aux marques relevées sur le corps.

En 1995, Joubert écrivit un habeas corpus aux tribunaux fédéraux au sujet de la peine de mort. Ses avocats argumentèrent que la circonstance aggravante d’exceptionnelle dépravation était inconstitutionnellement vague. Le tribunal reconnut cela et l’État de Nebraska fit appel auprès de l’ United States District Court for the District of Nebraska. Elle rejeta cet appel, disant qu’il avait montré un comportement sadique en torturant Eberle et Walden.

Joubert fut exécuté le 17 juillet 1996 par l’État du Nebraska sur la chaise électrique.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]