John Fulton (torero)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Fulton et Fulton.
John Fulton Short
{{#if:
Présentation
Nom de naissance John Fulton Short
Apodo John Fulton
Naissance 25 mai 1933
Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis
Décès 28 février 1998
Séville
Nationalité Américain
Carrière
Alternative 18 juillet 1963 à Séville
Parrain, José María Montilla, témoin, César Faraco
Confirmation d'alternative 12 octobre 1967 à Madrid
Fin de carrière 2 avril 1994

John Fulton Short, plus connu sous le nom de « John Fulton », né le 25 mai 1933 à Philadelphie (États-Unis, État de Pennsylvanie), mort à Séville (Espagne) le 28 février 1998, est un matador américain.

Présentation[modifier | modifier le code]

Né dans un quartier pauvre de Philadelphie, le jeune garçon, inspiré par la performance de Tyrone Power dans le film Arènes sanglantes tiré du roman de Vicente Blasco Ibáñez, va s'entraîner dans des fincas mexicaines. Puis il part pour l'Espagne en 1956, « terre promise des toreros » où les matadors américains apparaissent comme une curiosité[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Le 29 juin 1958, il paraît dans sa première novillada et reste cantonné dans des spectacles de second ordre jusqu'en 1961, année où il connaît premier succès à El Puerto de Santa María avec une sortie a hombros [2], ce qui l'encourage à se présenter à Madrid. Malheureusement, sa performance madrilène est un échec. Mais des "figuras" comme Antonio Ordóñez, Jaime Ostos et même l'ancien matador Juan Belmonte l'encouragent, et il prend l alternative le 18 juillet 1963 à Séville avec pour parrain José María Montilla, et pour témoin César Faraco devant des taureaux de la ganadería de Félix Moreno Ardanuy. Il devient ainsi le troisième matador yankee après Harper B. Lee et Sidney Franklin. Il confirme son alternative à Madrid le 12 octobre 1967. Mais, alors qu'il est relativement reconnu en Espagne, il se heurte au Mexique à une forte opposition du "mundillo" et il ne pourra pas confirmer son alternative à Mexico[3]

Pourtant il met fin à sa carrière triomphalement le 2 avril 1994 à San Miguel de Allende (Mexique) en affrontant des taureaux de la race Casablancas (équivalent mexicain des Miuras). Il coupe deux oreilles ce jour là[4].

Le 20 février 1998, alors qu'il était retourné à Séville, il est victime d'une crise cardiaque. Le maire de la ville ordonne pour lui des funérailles de matador sévillan : ses cendres font une vuelta al ruedo des arènes de la Real Maestranza de Caballería de Séville[5].

Autres talents[modifier | modifier le code]

John Fulton était aussi illustrateur, créateur d'habit de lumières, galerie[6]. La « John Fulton Society » a créé un musée à sa mémoire avec des illustrations, photographies, projections de films[7]. Il a publié plusieurs ouvrages parmi lesquels : Lament for the Death of a Matador : Four Paintings Based on the Poem Llanto Por Ignacio Sanchez Mejias by Gabriel Garcia Lorca, et un traité de tauromachie : :Bullfighting, éditions E P Dutton, 1971.

Il a aussi entraîné et encouragé des novices qui, comme lui peinaient à se faire reconnaitre dans le mundillo. C'est le cas notamment du japonais Atsuhiro Shimoyana « El Niño del Sol Naciente[6]»

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lynn Sherwood, Yankees in the afternoon, une histoire illustrée des toreros américains, Jefferson, Caroline du Nord, Mac Farland,‎ 2001 (ISBN 2-86665-034-4) préface de Barnaby Conrad, réédition 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]