John Flanagan (graveur-médailleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Flanagan.

John Flanagan

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait photographique
reproduit dans Cosmopolitan[1] (mai 1900).

Nom de naissance John F. Flanagan
Naissance 1865
Newark
Décès
New York
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis d'Amérique
Activités Sculpteur, graveur-médailleur
Formation Cooper Union, Art Students League
Maîtres Augustus Saint-Gaudens

John F. Flanagan, né en 1865[2] à Newark et mort le à New York, est un sculpteur et graveur-médailleur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de George Flanagan[3], sculpteur sur marbre avec lequel il apprend à manier le ciseau[4], John Flanagan, entre 1880 et 1882, suit en tant qu'étudiant des cours à la New York Cooper Union. Il y apprend à modeler des ornementations architecturales, et travaille pour la Perth Amboy Terra Cotta Company (en) et pour les ateliers d'Ellin & Kitson (en).

Il devient ensuite l'assistant de Paul Wayland Bartlett (en) (1865-1925) à Boston, puis en 1885, l'assistant du « Michel Ange américain », Augustus Saint-Gaudens, à New York, durant trois ans. Il suit également les cours du soir de l'Art Students League, et fréquente l'atelier de Georges de Forest Brush (en)[5].

Par Saint-Gaudens, qui avait été l'élève de Jules Dalou, Flanagan hérite du style français et fait donc partie de cette génération de sculpteurs qui le promeut aux États-Unis : les deux hommes resteront très proches, puisque Flanagan termina certains bustes du « maître » laissés inachevés après les années 1905-1907.

Vers 1888-1890, il fait un séjour à Paris où Saint-Gaudens a des nombreux amis. Flanagan suit les cours de l'Académie Julian, de l'Académie Colarossi, puis fréquente l'atelier d'Alexandre Falguière aux Beaux-arts de Paris[2],[6]. Il expose au Salon.

Revenu à New York, il assiste Frederick William MacMonnies en 1891 pour l'élaboration de la Columbian Fountain destinée à orner la pièce d'eau de l'exposition universelle de 1893 à Chicago. Très vite, Flanagan reçoit sa première commande : la Librairie du Congrès le choisit pour une horloge monumentale en bronze qu'il achève en 1896 ; elle est toujours visible dans le Thomas Jefferson Building.

En 1897, il est élu membre-dirigeant de la commission des artistes invités à l'exposition universelle de 1900 à Paris. Il y présente plusieurs médailles qui sont remarqués par la critique, dont Roger Marx, et reçoit la médaille d'argent dans sa spécialité.

Il est de retour à New York l'année suivante et entame une brillante carrière, très productive, jusqu'au début milieu des années 1930.

Il meurt quasiment oublié de tous en 1952 : le Smithsonian American Art Museum révélait en 2013 que chacun pouvait aujourd'hui posséder une œuvre de Flanagan, en conservant tout simplement une pièce de 25 cents frappées entre 1934 et les années 1990, puisqu'il est l'auteur de l'avers...

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « John Flanagan, American sculptor », in Cosmopolitan, An Illustrated Monthly Magazine, May 1900, p. 25 - Sources : Librairie du Congrès.
  2. a, b et c Bibliothèque nationale de France, « Au creux de la main. La médaille en France aux XIXe siècle & XXe siècle », Skira Flammarion, 2012, p. 91.
  3. Cf. Smithonian, infra
  4. google books American Sculpture in the Metropolitan Museum of Art: A catalogue, Volume 2, New York, Metropolitan Museum of Art, 1999, p. 467-468.
  5. Albert TenEyck Gardner (1965), p. 92.
  6. a, b, c et d Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 5, Gründ, 1976 p. 167.
  7. Journal officiel de la République française. Lois et décrets - 1900/08/19, Année 32, [1], p. 37.
  8. « Florilège de la médaille dans les musées de France » par Alain Weil, in The Medals, novembre 2013, p. 43-44 fig. 2.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 4, Gründ, 1976. p. 38.
  • (en) Albert TenEyck Gardner (dir.), American Sculpture: A Catalogue of the Collection of the Metropolitan Museum of Art, New York, Metropolitan Museum of Art, 1965, p. 91-93 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bibliothèque nationale de France, « Au creux de la main. La médaille en France aux XIXe siècle & XXe siècle », Skira Flammarion, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. 223)