John Elliotson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Elliotson

John Elliotson, né le 29 octobre 1791 à Southwark en Londres et mort le 29 juillet 1868 à Londres, est un médecin anglais connu pour sa pratique du magnétisme animal et de la phrénologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elliotson étudie la médecine à l'université d'Édimbourg de 1805 à 1810. Lors de ses études, il est influencé par le philosophe Thomas Brown. De 1810 à 1821, il poursuit ses études de médecine à l'université de Cambridge. En 1831 il devient professeur à l'université de Londres et, en 1834, il devient médecin au sein de l'hôpital universitaire de Londres.

En raison de sa pratique du magnétisme animal, Elliotson est amené à démissionner de son poste à l'université en 1838, sous la pression du journal médical The Lancet, dont le directeur, Thomas Wakley avait été originairement favorable au magnétisme[1]. Elliotson continue néanmoins à pratiquer le magnétisme animal. De 1843 à 1856, il publie une revue, The Zoist, consacrée exclusivement à ce sujet[2]. En 1849, il fonde un hôpital dédié à la pratique du magnétisme animal.

Elliotson est un des premiers médecins britanniques à encourager l'usage du stéthoscope.

Il était membre de la Royal Society (élu le 19 mars 1829)[3] et du Collège royal de médecine (Royal College of Physicians of London).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) Cases of the Hydrocyanic or Prussic Acid, 1820
  • (en) Lectures on Diseases of the Heart, 1830
  • (en) Principles and Practice of Medicine, 1839
  • (en) Human Physiology, 1840
  • (en) Surgical Operations in the Mesmeric State without Pain, 1843

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alison Winter, Mesmerized: Powers of Mind in Victorian Britain, Chicago, University of Chicago Press, 1998
  2. (en) J. Rosen, Mesmerism and Surgery : A strange chapter in the history of anesthesia, 1946
  3. (en) [PDF]List of Fellows of the Royal Society, 1660 – 2007, p. 111