John Coleman Moore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Moore et Moore.

John Coleman Moore, né à Staten Island le 27 mai 1923[3], est un mathématicien américain.

Moore a soutenu en 1952 un Ph. D. à l'université Brown, sous la direction de George W. Whitehead[1]. Son article le plus cité est de loin celui sur les algèbres de Hopf, écrit avec John Milnor[4]. Comme professeur à Princeton, il dirigé plus de vingt thèses et a de nombreux « descendants académiques »[1].

En 1983, une conférence sur la K-théorie a eu lieu à Princeton, en l'honneur de son 60e anniversaire[5]. En 2012, il est devenu membre de l'American Mathematical Society[6].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) John Coleman Moore sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. (en) Dave Rusin, « People whose names are embedded in Math Subject Classification »,‎ 1991
  3. (en) Pamela Kalte et al., American Men and Women of Science (en), 22e éd., Thomson Gale, 2005
  4. (en) John W. Milnor et John C. Moore, « On the structure of Hopf algebras », Ann. Math., vol. 81, no 2,‎ 1965, p. 211–264 (DOI 10.2307/1970615, JSTOR 1970615)
  5. (en) William Browder, Algebraic Topology and Algebraic K-Theory: Proceedings of a Conference, October 24-28, 1983 at Princeton University, Dedicated to John C. Moore on His 60th Birthday, PUP,‎ 1987 (ISBN 978-0-691-08426-8, lire en ligne)
  6. (en) List of Fellows of the American Mathematical Society

Liens externes[modifier | modifier le code]