John Burnside

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Burnside

John Burnside, né le à Dunfermline, est un écrivain écossais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Burnside a étudié l'anglais et les langues européennes à l'université d'Anglia Ruskin. Après avoir travaillé en tant que programmeur de logiciels informatiques, il s'est entièrement consacré à l'écriture à partir de 1996. Il est membre honoraire de l'université de Dundee et reader en écriture créative à l'université de St Andrews.

Son premier recueil de poèmes, The Hoop (le cerceau), publié en 1988, a été récompensé par le Scottish Arts Council. Ses autres recueils comprennent Common Knowledge (1991), Feast Days (1992), qui a reçu le Geoffrey Faber Memorial Prize, et The Asylum Dance (2000), lauréat du Prix Whitbread et sélectionné pour le Prix T.S. Eliot.

John Burnside écrit également des nouvelles - recueil Burning Elvis (2000) - et a également publié plusieurs romans, dont The Dumb House (1997), The Mercy Boys (1999, lauréat du Encore Award), et The Locust Room (2001). Il tient également, de manière occasionnelle, une chronique dans le quotidien The Guardian. Black Cat Bone (2011) a obtenu le Prix Forward.

Son œuvre est encore peu traduite en français. Un premier recueil de poèmes (Chasse nocturne) est paru en 2009 aux éditions Meet[Lesquels ?] (Saint-Nazaire) dans une collection bilingue.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The Broon Hoop (Carcanet, 1988)
  • Common Knowledge (Secker and Warburg, London, 1991)
  • Feast Days (Secker and Warburg, London, 1992)
  • The Myth of the Twin (Jonathan Cape, London, 1995)
  • Swimming in the Flood (Jonathan Cape, London, 1995)
  • Penguin Modern Poets (Penguin, 1996)
  • A Normal Skin (Jonathan Cape, London, 1997)
  • The Asylum Dance (Jonathan Cape, London, 2000)
  • The Light Trap (Jonathan Cape, London, 2002)
  • The Good Neighbour (Jonathan Cape, 2005)
  • Selected Poems (2006)
  • Gift Songs (Jonathan Cape, 2007)
  • The Hunt in the Forest (Jonathan Cape, 2009)/Chasse nocturne  : The Hunt by Night (Meet, 2009)
  • Black Cat Bone (Jonathan Cape, 2011)

Nouvelles et romans[modifier | modifier le code]

  • The Dumb House (Jonathan Cape, London, 1997)/ La maison muette (Métailié, 2003)
  • The Mercy Boys (Jonathan Cape, London, 1999)
  • Burning Elvis (Jonathan Cape, London, 2000)
  • The Locust Room (Jonathan Cape, London, 2001)
  • Living Nowhere (Jonathan Cape, London, 2003) / Une vie de nulle part (Métailié, 2005)
  • The Devil's Footprints (Jonathan Cape, 2007)/ Les empreintes du diable (Métailié, 2008)
  • Glister (Jonathan Cape, 2008)/ Scintillation (Métailié, 2011)
- Prix Lire & Virgin Megatore 2011[1]
  • A Summer of Drowning (Jonathan Cape, 2011)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • A Lie About My Father (2006)/ Un mensonge sur mon père (Métailié, 2009)

Scénarios[modifier | modifier le code]

Textes engagés[modifier | modifier le code]

  • Wild Reckoning (Gulbenkian, 2004), en collaboration avec Maurice Riordan : anthologie de poèmes portant sur l'écologie.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Le Matricule des Anges, n°127 (Octobre 2011) : "John Burnside, La révélation"
  • La Femelle du Requin, n°37 (mars 2012) : Dossier critique, entretien et inédits de John Burnside

Liens externes[modifier | modifier le code]