John Bull (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Bull.

John Bull

Description de cette image, également commentée ci-après

John Bull
Naissance 1562 ou 1563
Décès
Anvers
Activité principale Compositeur
Activités annexes facteur d'orgue

John Bull (1562 ou 1563; ) était un compositeur anglo flamand, également musicien et facteur d'orgue. Il était un interprète renommé au clavier et la majeure partie de ses œuvres ont été écrites pour les instruments à clavier (orgue, clavecin...).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est probablement né à Radnorshire au Pays de Galles. En 1573, il devient membre du chœur de la cathédrale d'Hereford et l'année suivante chante avec les « Children of the Chapel Royal » à Londres, où il étudie avec William Blitheman et William Hunnis; il apprend également à jouer de l'orgue à cette même époque.

En 1586, il est diplômé de l'université d'Oxford, et devient gentleman de la chapelle royale la même année. Il devient organiste de la chapelle royale en 1591 ; en 1592, il obtient un doctorat d'Oxford, et devient professeur de musique au Gresham College sur la recommandation de la reine Élisabeth. À la mort de cette dernière, il entre au service du roi Jacques Ier. C'est pendant cette période qu'il va établir sa réputation de compositeur, d'organiste et d'improvisateur.

Néanmoins, et malgré la reconnaissance de ses talents, sa vie privée lui cause quelques déboires. Il sera obligé de quitter son poste au Gresham College après avoir rendu enceinte une femme avant de s'être marié; bien qu'ayant contracté mariage deux jours après son renvoi, il ne put jamais réintégrer le collège.

Bull quitta l'Angleterre secrètement en toute hâte en 1613, fuyant la colère de l'archevêque de Canterbury et du roi Jacques Ier lui-même. L'envoyé d'Angleterre aux Pays-Bas, après avoir tenté de le couvrir (mais y renonçant finalement par crainte pour sa propre position s’il persistait) écrivit au roi au début de 1614 :

:...Bull did not leave your Majesties service for any wrong done to him ... but did in that dishonest matter steal out of England through the guilt of a corrupt conscience, to escape the punishment, which notoriously he had deserved, and was designed to have been inflicted on him by the hand of justice, for his incontinence, fornication, adultery, and other grievous crimes.
(... Bull n'a pas quitté le service de Votre Majesté en raison d'un tort qui lui aurait été causé ... mais a fui l'Angleterre de cette manière malhonnête en raison de la culpabilité de sa conscience corrompue, pour échapper à la punition, qu'il a notoirement méritée, et qui devait lui être infligée par la main de la justice, pour son incontinence, fornication, adultère, et autres crimes.)

L'archevêque de Canterbury disait de lui l'année précédente : « l'homme a plus de talents musicaux que d'honnêteté et est aussi célèbre pour déflorer les vierges qu'il l'est pour son doigté sur les orgues et les virginaux. »

Bull resta aux Pays-Bas, où il ne sembla plus rencontrer de nouvelles mésaventures. En 1615 la cathédrale d'Anvers le rémunérait comme organiste assistant, puis comme titulaire en 1617. Il écrivit une série de lettres lors de son séjour aux Pays-Bas, dont une au maire d'Anvers, clamant que la raison de son départ d'Angleterre était la volonté d'échapper à une persécution religieuse, étant catholique romain; il semble que l'on ait donné du crédit à ces affirmations car il ne fut jamais renvoyé vers l'Angleterre. Pendant qu'il se trouvait à Anvers, il rencontra Jan Pieterszoon Sweelinck, le compositeur le plus influent dans le domaine des instruments à clavier à cette époque.

Au cours des années 1620, il poursuivit sa carrière comme organiste et facteur d'orgue. Il mourut à Anvers.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bull était l'un des plus célèbres compositeurs pour instruments à clavier du début du XVIIe siècle, seulement surpassé par Sweelinck aux Pays-Bas et Frescobaldi en Italie. Il a laissé de nombreuses œuvres pour virginal dont certaines furent réunies dans le Fitzwilliam virginal book.

Sa première publication, en 1612 ou 1613, était un recueil de musique pour virginal intitulé Parthenia, or the Maydenhead, dédié à la princesse Élisabeth alors âgée de 15 ans et qui était son élève. Il écrivit aussi un anthem, God the father, God the son, pour le mariage en 1613 de la princesse avec le prince Friedrich, l'électeur palatin.

Ses trois séries de variations sur la chanson de Noël Een kindeken is ons gheboren[1] témoignent de l’influence qu'il subit de son entourage flamand à Bruxelles et Anvers, et nous sont parvenues par les copies qu’en fit Guilielmus Messaus, maître de chant à l’église Sainte-Walburge d’Anvers et lui-même compositeur d’un grand nombre de Cantiones natalitiæ, dont une Een kindeken is ons geboren[2].

Outre ses compositions pour clavier, il écrivit des anthems, des canons et d'autres ouvrages. La plupart de sa musique fut perdue lors de sa fuite hors d'Angleterre ; une partie fut détruite et certaines œuvres furent volées par d'autres compositeurs, les recherches sur le style entreprises au XXe siècle permettant de corriger parfois ces attributions erronées. Un des recueils les plus originaux de cette période est un livre contenant cent-vingt canons destinés à l'orgue, un étonnant étalage de virtuosité contrapunctique digne de Ockeghem ou Bach. Cent-seize de ces cent-vingt canons sont basés sur le Miserere. Les techniques pour transformer ce simple thème sont la diminution, l'augmentation, le canon rétrograde et des mesures de temps différents mêlées. Une partie de sa musique, contenue dans le Fitzwilliam Virginal Book est d'un caractère plus léger et utilise des titres fantaisistes : A Battle and No Battle, Bonny Peg of Ramsey, The King's Hunt, Bull's Good-Night.

Sources et lectures pour approfondir[modifier | modifier le code]

[En anglais]

  • Article « John Bull, » dans The New Grove Dictionary of Music and Musicians, ed. Stanley Sadie. 20 vol. London, Macmillan Publishers Ltd., 1980. ISBN 1-56159-174-2
  • The Concise Edition of Baker's Biographical Dictionary of Musicians, 8th ed. Revision pr Nicolas Slonimsky. New York, Schirmer Books, 1993. ISBN 0-02-872416-X
  • Gustave Reese, Music in the Renaissance. New York, W.W. Norton & Co., 1954. ISBN 0-393-09530-4
  • Manfred Bukofzer, Music in the Baroque Era. New York, W.W. Norton & Co., 1947. ISBN 0-393-09745-5

Références[modifier | modifier le code]

  1. S. J. Noorda & Christien Oele (réd.) Er is een kindeke--: de geboorte van Jezus in de Nederlandse en Vlaamse cultuur, Éd. Amsterdam University Press, 2004, ISBN 90-5356-706-2, 9789053567067, p. 110
  2. Rudolf Rasch, The Messaus-Bull Codex London, British Library, Additional Manuscript 23.623, dans : Revue belge de Musicologie/Belgisch Tijdschrift voor Muziekwetenschap, Vol. 50, Manuscrits de musique polyphonique originaires des anciens Pays-Bas. Manuscrits de musique polyphonique conservés en Belgique (1996), p. 93-127

Voir aussi[modifier | modifier le code]