John Beddington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Beddington

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

John Beddington

Nom de naissance John Beddington
Naissance 13 juillet 1946 (68 ans)
Royaume-Uni
Nationalité United Kingdom anglais
Profession écologue
Conseiller scientifique de nombreux ministères et de plusieurs gouvernements, et de l'Union européenne
Autres activités
Conseiller scientifique en chef du gouvernement du royaume-Uni
Formation
Universitaire, scientifique
Distinctions
Prix de l'excellence environnementale (2001)
Membre de la Royal Society (2001)
Compagnon de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-George (2004)

Sir John Beddington, né le 13 juillet 1946 au Royaume-Uni, est un scientifique anglais, connu et reconnu comme spécialiste de la gestion soutenable des ressources naturelles et comme « conseiller scientifique en chef » du gouvernement du Royaume-Uni (Government Chief Scientific Adviser ou GCSA) depuis le 1er janvier 2008, à la suite de Sir David A. King[1].

Beddington prospectiviste[modifier | modifier le code]

Il a annoncé[2] en mars 2009, dans un discours officiel devant des ONG environnementales et des responsables politiques, qu'il estimait prospectivement que le monde, sans de profonds et rapides changements de comportements individuels et collectifs, allait vers un collapsus écologique et économique global (« Ecological Collaps » ou « Ecological Collapse » pour les anglosaxons) qu'il compare à un ouragan parfait (économique, social et environnemental), qui se concrétisera selon lui vers 2030. Ce scénario associe conjointement une crise alimentaire, sanitaire et sociale, une crise énergétique et une crise écologique majeure caractérisé par un effondrement brutal des écosystèmes, à l'échelle de la biosphère, c'est-à-dire de la planète tout entière, et dépassant les capacités de résilience écologique de la biosphère (à court, moyen ou long-terme).

Dans ce scénario, dans le pire des cas, la capacité de la biosphère à s'auto-entretenir est détruite pour un temps plus ou moins long, voire définitivement ; c'est la réalisation à grande échelle de phénomènes qui selon le biogéographe américain Jared Diamond ce sont déjà déroulés dans le passé, mais à très petite échelle, avec néanmoins la disparition brutale de civilisations entière (les pascuans de l'Île de Pâques, les incas des cités perdues, et peut-être la Mésopotamie antique).

Un tel scénario-catastrophe était encore considéré comme très improbable par les gouvernants anglais et leurs conseillers en 2007. Début 2009, il ne l'était plus : avec la crise financière puis économique de 2008, puis les très mauvais résultats des indicateurs environnementaux mondiaux collectés pour préparer la conférence de Copenhague ; C'est la fourchette haute des prévisions antérieurs des experts du GIEC et des experts en biodiversité qui décrit le mieux la réalité. Le « Big collapse » n'est plus considéré comme improbable ni lointain par un certain nombre d'experts, dont par le prospectiviste anglais Jonathon Porritt qui, peu après le discours de J Beddington, a pour sa part estimé que Beddington était trop optimiste et que la date du collapsus général serait plutôt proche de 2020 que de 2030, mais il partage son analyse sur les causes et conditions de ce collapsus[3].

Principaux thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Ils sont surtout liés à l'application de l'analyse économique et de la diversité biologique aux problèmes de gestion des ressources naturelles ; en particulier dans les domaines :

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études à l'Université d'Édimbourg (PhD en 1973), il a commencé sa carrière universitaire à l'Université d'York et a passé trois ans comme détaché d'York en tant que Senior Fellow à l' International Institute of Environment and Development.

Il a dès 1984 dirigé l'une des principales chaires de l'Imperial College s'occupant des sciences et technologies 'environnementles et à partir de 1991[4] de biologie appliquée des populations, jusqu'à sa nomination comme GCSA.

Il a été conseiller scientifique pour plusieurs ministères anglais :

Il a été six ans membre du Natural Environment Research Council

Hors du Royaume-Uni, il a aussi été conseiller principal auprès de plusieurs gouvernements et organismes internationaux, dont auprès des gouvernements d'Australie, de Nouvelle-Zélande et des États-Unis. Il a été conseiller de la Commission européenne et de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Entre autres[6], il a été honorés :

  • En juin 1997 il a reçu le Prix de Heidelberg
  • En 2001 il a reçu le prix de l'excellence environnementale et il est devenu membre de la Royal Society (FRS)
  • En 2004, il a été honoré du titre de Compagnon de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges par la Reine, pour services rendus à la science et gestion des pêcheries

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. New Government Chief Scientific Adviser announced 10 Downing Street (consulté 2007-10-01)
  2. Article du 18 mars 2009, écrit par Ian Sample (correspondent scientifique du [http:/:guardian.co.uk Gardian]) intitulé World faces 'perfect storm' of problems by 2030, chief scientist to warn Food, water and energy shortages will unleash public unrest and international conflict, publié la veille d'une grande conférence gouvernementale sur le développement durable, intitulée « Il est temps de changer » Lire l'article en ligne (en anglais) (consulté 2009 03 28
  3. Article « Perfect storm of environmental and economic collapse closer than you think  ; Green measures have to be at the heart of any financial rescue packages if we are to avoid catastrophe» ; the Guardian ; 2009 03 23. (Article en ligne, en anglais, consulté 2009 03 23)
  4. [1] New Government Chief Scientific Adviser announced - 10 Downing Street website] (consulté 13 janvier 2008)
  5. Honours and awards J Beddington imperial.ac.uk
  6. page de l'Imperial College sur les honneurs ou prix reçus par J Beddington

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]