John Barrow (1764-1848)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Barrow.
Sir John Barrow

Sir John Barrow est un explorateur et administrateur britannique, né le 19 juin 1764 et mort le 23 novembre 1848.

Il naît dans le hameau de Dragley Beck, dans la paroisse d’Ulverston dans le Lancashire. Il commence par être clerc (superintending clerk) dans une forge de Liverpool. Vers vingt ans, il commence à enseigner les mathématiques dans une école privée de Greenwich.

Sir George Leonard Staunton (1737-1801), dont le fils suit les cours de Barrow, le remarque : il l’attache à la première ambassade britannique en Chine de 1792 à 1794 comme majordome de Lord George Macartney (1737-1806). Barrow acquiert alors une bonne connaissance de la langue chinoise, sur laquelle il a, plus tard, publié des articles dans Quarterly Review. Le compte rendu de cette mission publié par Sir Staunton mentionne plusieurs bonnes contributions de Barrow consacrées à la littérature et à la science chinoises. Bien que Barrow cesse toute activité officielle avec la Chine après le retour de l’ambassade en 1794, il continue d’être fréquemment consulté par le gouvernement britannique en certaines occasions critiques.

En 1797, il accompagne Lors Macartney, comme secrétaire personnel, dans une importante et délicate mission : établir un gouvernement pour la nouvelle colonie du Cap. Barrow a la charge de réconcilier les Boers et les « Cafres » et de décrire l’intérieur du pays. Après avoir visité toutes les parties de la colonies, il est nommé auditeur-général des comptes publics et décide de s’installe en Afrique du Sud. Il se marie avec Anne Maria Trüteret, en 1800, achète une maison au Cap. Mais la reddition de la colonie suite la signature de la paix d'Amiens (1802) perturbe ce plan. Il revient en Angleterre en 1804, et obtient le poste de deuxième secrétaire de l'Amirauté par le vicomte Melville, un poste qu’il occupe durant quarante ans (en dehors d'une période courte en 1806-1807 où il est whig au sein du gouvernement).

Il sut être estimé des onze lords qui présidèrent successivement l’Amirauté et notamment du roi Guillaume IV (1765-1837), quand il occupait, comme Lord, cette fonction. Grâce à sa position à l’Amirauté, Barrow est un grand promoteur des voyages d’explorations en Arctique dont ceux de John Ross (1777-1856), de Sir William Edward Parry (1790-1855), de Sir James Clark Ross (1800-1862) et de Sir John Franklin (1786-1847). Le Point Barrow lui a été dédié. Il est célèbre pour avoir été le premier à proposer l’Île Sainte-Hélène comme nouveau lieu d’exil de Napoléon Bonaparte après sa défaite à la bataille de Waterloo en 1815. Dans un autre domaine, il remit en cause la véracité du voyage de René Caillé à Tombouctou[1].

John Barrow devient membre de la Royal Society en 1845. Il reçoit un titre de docteur honoris causa en 1821 de l’université d'Édimbourg. Un reçoit un titre de baronnet en 1835 par Sir Robert Peel (1788-1850). Il prend sa retraite en 1845 et se consacre alors à la rédaction de l’histoire des derniers voyages d’exploration de l’Arctique (1846) ainsi que son autobiographie (1847).

Hommage[modifier | modifier le code]

Le Détroit de Barrow fut nommé en son honneur par Parry. L'atoll de Vanavana dans les Tuamotu fut dénommé lors de sa découverte Barrow Island par le navigateur britannique Frederick Beechey en 1826[2] en hommage à John Barrow.

Source[modifier | modifier le code]

  • Traduction de l'article de langue anglaise de Wikipédia (version du 5 février 2007).
Barrow est l’abréviation botanique officielle de John Barrow (1764-1848).
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Préface de J. Berque à "Voyage à Tombouctou", René Caillé (éditions la Découverte).
  2. Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp.275-282.