John Akii-Bua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Akii-Bua Portail athlétisme
John Akii-Bua 1972.jpg
John Akii-Bua en 1972
Informations
Disciplines 400 m haies
Période d'activité Années 1970
Nationalité Drapeau : Ouganda Ougandais
Naissance 3 décembre 1949
Lieu Lira
Décès 20 juin 1997 (à 47 ans)
Lieu Kampala
Taille 1,88 m
Records
Détenteur du record du monde du 400 m haies de 1972 à 1976
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0
Jeux africains 2 0 0

John Akii-Bua (né le 3 décembre 1949 à Lira et mort le 20 juin 1997 à Kampala) est un athlète ougandais, spécialiste du 400 mètres haies. Premier champion olympique de son pays en 1972 à l'occasion des Jeux de Munich, il détient le record du monde de la discipline de 1972 à 1976.

Il fut le premier athlète à effectuer un tour d'honneur suite à sa victoire de 1972. Il s'empara du drapeau ougandais d'un spectateur pour ce faire[1] [2].

« Emporté par l’euphorie de sa victoire, John Akii-Bua continue sa course en trottinant et en sautant quelques haies. Il se retourne ensuite pour regarder l’écran géant annonçant les résultats. Une immense ovation accompagne l’Ougandais. John Akii-Bua entame alors un improbable tour d’honneur pour remercier le public munichois, une première ! Quelques mètres plus loin, il s’approche d’un groupe de suporters qui agite un drapeau ougandais. Il s’en empare et continue son tour d’honneur en le brandissant. Jusque là, personne n’avait manifesté sa joie sur un tour entier : « Je n’ai pas réfléchi à ce que je faisais. J’avais gagné, je n’avais pas envie que ça s’arrête. Je voulais remercier tout le monde. »

Depuis cette fameuse finale des Jeux Olympiques, le tour d’honneur est devenu une vraie tradition ! Même les sauteurs et les lanceurs se le sont appropriés, au plus grand bonheur des spectateurs et des photographes prêts à immortaliser les exploits des champions ! »[3]

Biographie[modifier | modifier le code]

John Akii-Bua commence sa carrière en athlétisme sur 110 m haies, mais son entraîneur Malcolm Arnold le pousse à monter sur le 400 m haies. En 1970, il finit 4e aux Jeux du Commonwealth.

En 1971 il améliore encore ses performances.

Son manque d'expérience ne lui permet pas d'envisager les Jeux olympiques d'été de 1972 à Munich comme un des grands favoris. Pourtant il remporte la finale en battant le record du monde dans un temps de 47 s 82. Il fut alors le premier à effectuer un tour d'honneur de stade avec un drapeau.

Malgré son appartenance à l'ethnie langi, persécutée par le gouvernement, Akii-Bua est dès lors une célébrité nationale, ce qui lui confère un degré de protection[4].

Le boycott des Jeux olympiques d'été de 1976 par les pays africains l'empêche de participer à cette manifestation.

Akii-Bua fuit le pays, et vit dans un camp de réfugiés au Kenya. Il est secouru grâce à son équipementier, Puma et s'installe en Allemagne jusqu'à la chute du régime d'Idi Amin Dada en 1979[4].

Akii-Bua revient dans son pays et meurt en 1997 d'une longue maladie. Il laisse dans une certaine misère onze enfants. Il eut droit à des funérailles nationales.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Profil olympique de John Akii-Bua sur sports-reference.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://culture-athle.com/decouverte/folie-athletique/213-tour-honneur-john-akii-bua%7C "Le tour d’honneur de John Akii-Bua" - Écrit par Guillaume Adam
  2. http://books.google.be/books?id=UT8k-Mw7wi0C&pg=PA137&lpg=PA137&dq=john+akii-bua+tour+d%27honneur+1972&source=bl&ots=W0ZpEPobdp&sig=7rW0uYa0FcGpCcd8h5egC4linYk&hl=fr&sa=X&ei=9pEIVImgOsX6PI3_gPAC&ved=0CC8Q6AEwAg#v=onepage&q=john%20akii-bua%20tour%20d'honneur%201972&f=false%7C "Ces petites légendes olympiques oubliées" - Par Vincent DI SERIO
  3. http://culture-athle.com/decouverte/folie-athletique/213-tour-honneur-john-akii-bua%7C "Le tour d’honneur de John Akii-Bua" - Écrit par Guillaume Adam
  4. a et b (en) "The John Akii-Bua Story: An African Tragedy", BBC