John Arthur Thomas Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis John AT Robinson)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Robinson et Robinson.

John A. T. Robinson (1919-1983) est un évêque anglican de Woolwich, Angleterre et doyen émérite de Trinity College, à Cambridge, élément majeur dans le courant libéral et le mouvement pour un Christianisme d'ouverture et de progrès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ces idées traînaient depuis des années chez les penseurs et dans les auditoires des facultés de théologie de Tübingen, Berne ou même Paris. Les développements les plus intéressants de la théologie continentale provenaient des milieux germanophones chez les catholiques comme chez les protestants avec des personnalités comme Jürgen Moltmann, Hans Küng, Karl Barth, Emil Brunner, Rudolf Bultmann et Paul Tillich.

Honest to God (1963)[modifier | modifier le code]

Ce livre a fait descendre le débat théologique dans les salons et dans la rue. 1 million d'exemplaires furent vendus en 4 ans. Le retard à la traduction peut être une cause du retentissement de l'ouvrage de Robinson. Le débat fit les manchettes des journaux quoique Shaking the foundations (Secouer les fondations) de Tillich ait été traduit sous ce titre dès 1949 et New testament and Mythology[1] de Bultmann dès 1953[2]. On fait semblant de croire que le christianisme va exploser parce que Robinson expose une nouvelle théologie, une nouvelle éthique situationnelle et existentielle.

Redating the New Testament (1976)[modifier | modifier le code]

Dans cet ouvrage , "il remet en question le consensus sur une datation tardive. Il propose des dates bien antérieures : 45-60 pour Marc, 40-60 pour Matthieu, 57-60 pour Luc, 40-65 pour Jean et 57-62 pour les Actes. Il situe l'Épître de Jacques en 47-48, en en faisant ainsi le plus ancien de tous les écrits, et en le situant un siècle plus tôt que d'aucuns ne le pensent[3]."

Autres livres[modifier | modifier le code]

  • The New Reformation? (1965)
  • In The End God (1969)
  • Christian freedom in a permissive society (1970)
  • Human Face of God (1973)
  • Redating the New Testament (1976)
  • Can we trust the New Testament? (1977)
  • The Priority of John (?)
  • God's Truth: Essays to Commemorate the Twenty-Fifth Anniversary of the Publication of Honest to God avec Eric James
  • The Body: A Study in Pauline Theology (1988)
  • Where three ways meet (1988)
  • Twelve New Testament Studies
  • The roots of a radical
  • posthume Thou Who Art: The Concept of the Personality of God (mars 2006)

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. original en allemand Neues Testament und Mythologie (1941)
  2. par comparaison, une traduction paraît en France sous la plume d'André Mallet en 1962
  3. Frank Kermode, Introduction au Nouveau Testament, dans Robert Bernard Alter et Frank Kermode, The Literary Guide to the Bible, Harvard University Press, 1987, trad. fr. Bayard, 2003, p. 471.