Johannes Nikolaus Tetens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johannes Nikolaus Tetens

Philosophe, mathématicien

Époque moderne

Johan Nicolai Tetens (1736-1807).jpg
Naissance
Décès
17 août 1807 (à 70 ans)
Influencé par
A influencé

Johannes Nikolaus Tetens, né le 16 septembre 1736 à Tetenbüll (Holstein) et mort le 17 août 1807 à Copenhague, est un philosophe allemand, un statisticien et plus généralement un scientifique.

Biographie[modifier | modifier le code]

À partir de 1760, Johannes Nikolaus Tetens enseigne la philosophie et la physique (qu'on appelait "philosophie naturelle" à cette époque) à l'Académie de Bützow (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale). Pendant ces dix années, il a écrit un grand nombre de traités sur des sujets divers, de la couleur du ciel à l'existence de Dieu en passant par les origines des langues (voir la liste impressionnante de références dans Johann Christian Poggendorff[1]). Après cette période de formation littéralement polygraphe, Tetens revient aux recherches fondamentales. Il lit l'œuvre de David Hume et la diffuse dans le monde germanophone. Tetens est donc crédité d'avoir fait connaître à Immanuel Kant la phénoménologie et le dualisme empirisme / transcendance. Il serait d'ailleurs à l'origine de l'emploi de l'adjectif transcendant que Kant dépasse avec sa philosophie transcendantale. On l'appelle 'le Locke allemand', à cause de la parenté intellectuelle entre son grand œuvre, les Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung (1777) et l' Essai philosophique concernant l'entendement humain.

En 1776, Tetens devient professeur de philosophie à l'Université de Kiel, où il aurait pu terminer sa carrière. Cependant, dans les années qui ont suivi 1789, Tetens a entamé une nouvelle carrière de haut fonctionnaire danois : membre du Finanzcollegium in Copenhague, puis (1791) conseiller d'État, et (1803) codirecteur de Den Dansk-Norske Speciesbank et directeur de la caisse des veuves. Lorsque la caisse des veuves du duché de Calenberg fit faillite en 1779, il dut convaincre des principes actuariels sur lesquels le calcul des cotisations devait s'appuyer, en s'adressant aux les 3 700 souscripteurs, aux 723 veuves et aux autorités. Tetens assurait que la Caisse n'aurait pas connu de déficit si elle avait fait usage de la table.

À cette époque, il contribue aux mathématiques pures et appliquées. Son intérêt pour l'algèbre des polynômes le rattache à l'école combinatoire allemande de Carl Friederich Hindenburg, Christian Kramp et d'autres. Ses travaux appliqués ressortissent des sciences actuarielles.

Le livre Einleitung zur Berechnung der Leibrenten und Anwartschaften, publié à Leipzig en 1785 (erster teil) - 1786 (zweiter teil) est un monument de la science actuarielle. Outre une synthèse remarquable des travaux précédents, de la table de mortalité de Halley aux Observations on reversionary payments de Richard Price. Les actuaires y reconnaissent la première mesure de risque (le Risico der Casse)[2]. De plus, il offre des développements en statistique mathématique : grâce à l'approximation moivrienne de la loi binomiale, Tetens a essayé de calculer le niveau de confiance d'une estimation[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Über die allgemeine speculativische Philosophie (1775)
  • Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung, vol. 1 and vol. 2 (1777)
  • Einleitung zur Berechnung der Leibrenten und Anwarschaften die vom Leben oder Tode einer oder mehrerer Personen abhangen mit Tabellen zum praktischen Gebrauch, vol. 1 and vol. 2

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  1. J. C. Poggendorff, Biographisch-literarisches Handwörterbuch der exakten Naturwissenschaften, 1863
  2. Texte de la “Versuch über das Risico der Casse bey Versorgungsanstalten”, in Risques, n° 81-82, pp. 114-120
  3. Pierre-Charles Pradier, "L'actuariat au siècle des Lumières: risque et décisions économiques et statistiques", Revue économique 54 (2003): 139-156.

Liens externes[modifier | modifier le code]