Johanne Morasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johanne Morasse (12 mars 1957 à Duparquet - ) est une femme politique québécoise. Elle a été député péquiste de Rouyn-Noranda—Témiscamingue à l'Assemblée nationale du Québec de 2007 à 2008. Elle est mère de six enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Morasse a étudié la dans le domaine de la foresterie. Elle est titulaire d'un baccalauréat en sciences appliqués de l'Université Laval et d'une maîtrise à l'Université de la Colombie-Britannique (1982) de même qu'un doctorat de l'Université d'Helsinki en Finlande (1998), tous deux en foresterie.

Après avoir travaillé dans son domaine d'étude en Colombie-Britannique, elle revient au Québec pour effectuer dans la recherche à l'Université Laval pendant une dizaine d'années. Elle revient dans sa région natale à la fin des années 1990. Depuis ce temps jusqu'à son arrivée en politique, elle s'implique dans de nombreux organismes de développement de la région.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Elle décide en 2007 de se présenter à l'élection générale pour le compte du Parti québécois. Elle défait de justesse (par 129 voix) le député libéral sortant Daniel Bernard. Il s'agissait de la circonscription ayant eu les résultats les plus serrés lors de cette élection[1]

Lors de la démission du chef du Parti québécois André Boisclair en 2007, elle n'avait pas hésité à appuyer la candidature de Pauline Marois.

« C'est elle qui m'a inspiré mon saut en politique. Elle a changé positivement les conditions de vie de toutes les familles québécoises en instaurant les garderies à 5 $[2] »

Lors de la 38e légisature, elle a été porte-parole du Parti québécois à l'Assemblée nationale en matière de ressources naturelles et de condition féminine.

Elle n'a pas été défaite lors de l'élection générale québécoise de 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Duschene, « La victoire la plus mince », La Presse,‎ 28 mars 2007
  2. Simon Boivin et Martin Pelchat, « Pas de couronnement au PQ », Le Soleil,‎ 12 mai 2007, p. 5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]