Johanna van der Gheynst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Art académique : Charles-Quint et sa fille naturelle Marguerite, par Théodore-Joseph Canneel (1817 - 1892) ; tableau du musée des Beaux-Arts de Gand ).

Johanna Maria van der Gheynst était la fille de Gilles Johan van der Gheynst, d'ascendance paysanne, et de son épouse Johanna van der Caye van Cocambi qui était servante.

Elle était servante dans la maison du gouverneur d'Audenarde, Charles de Lalaing (†1525) lorsque celui-ci reçut et hébergea l'empereur Charles Quint. Pendant son séjour, ce dernier la remarqua et - suite à un stratagème de son entourage qui drogua la jeune femme - la mit enceinte. Johanna quitta la maison de Lalaing et fut hébergée dans la famille de sa mère, au-dehors d'Audenarde.

En juillet 1522 naquit une fille qui fut baptisée à l'église de Pamele(nl) (de nos jours fusionnée avec Audenarde) et reçut le prénom de Margaretha (Marguerite) comme la tante paternelle et mère adoptive de l'empereur, sœur de Philippe le Beau et gouvernante des Pays-Bas.

Deux ans plus tard, Johanna fut mariée à Jehan van den Dijcke, seigneur de Santvliet. Ils eurent ensemble huit enfants. Quant à sa fille, l'enfant de Charles-Quint, elle fut élevée chez André Douvrin et fut connue par la suite sous le nom de Marguerite de Parme.