Johann de Kalb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Kalb
Image illustrative de l'article Johann de Kalb

Surnom Baron de Kalb
Naissance 19 juin 1721
Hüttendorf (Allemagne)
Décès 19 octobre 1780 (à 59 ans)
Camden (Caroline du Sud)
Mort au combat
Origine Bavarois
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
US flag 13 stars – Betsy Ross.svg États-Unis
Grade Major-general
Conflits Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance des États-Unis
Faits d'armes Bataille de Camden
Distinctions Ordre du mérite militaire

Jean de Kalb dit baron de Kalb (né Johann Kalb) (19 juin 172119 octobre 1780) était un soldat allemand, volontaire qui a servi comme major-général dans l'armée continentale pendant la Guerre d'indépendance des États-Unis.

Kalb est né à Hüttendorf près de Erlangen en Bavière, fils de paysans de Johann Leonhard Kalb et Margarethe Seitz. Il a plus tard appris le français et l'anglais, et arriva à un rang social élevé pour percevoir une pension militaire dans le régiment allemand de Lowendal dans l'armée française (où il sert sous le nom de Jean de Kalb). Il sert avec distinction lors de la guerre de Succession d'Autriche en Flandres. Pendant la guerre de Sept Ans, il est promu lieutenant-colonel et devient assistant général dans l'armée du Haut-Rhin, une division créée par la dissolution du régiment de Lowendal. Il gagne l'Ordre du mérite militaire en 1763.

En 1764, il démissionne de l'armée et se marie avec Anna Elizabeth Emilie van Robais, d'une riche famille qui possède les manufactures de textile d'Abbeville et fait construire le château de Milon-La-Chapelle.

Employé au service de la diplomatie secrète du roi de France, il est envoyé dans les colonies anglaises d'Amérique en 1768 pour une mission de couverture afin de déterminer le niveau de mécontentement des colons envers la Grande-Bretagne. Pendant ce voyage, il gagne le respect des colons et adopte leur "esprit d'indépendance". En 1777, il revient avec son protégé, La Fayette, et rejoint l'armée continentale. Il est déçu et fâché d'apprendre tout d'abord qu'il ne sera pas fait major-général, mais le deviendra de fait le 5 septembre 1777, juste avant de décider de retourner en France.

Le buste de de Kalb à Decatur, Géorgie

Il est à Valley Forge pendant la plus grande partie de l'hiver 177778, et commande une division militaire dans les milices de Patterson. Durant la Campagne du sud, il est déçu d'apprendre que l'on a choisi Horatio Gates à sa place comme commandant. À la Bataille de Camden le 16 octobre 1780, un cheval est tué sous lui, il est mis au sol, et touché trois fois, et attaqué à la baïonnette à plusieurs reprises. Son ami et aide de camp, le chevalier Charles-François du Buysson, bloque avec son corps les coups supplémentaires qui auraient été fatals au baron. Néanmoins, il décède quelques jours plus tard en étant fait prisonnier de guerre à Camden en Caroline du Sud.

D'Anna van Robais, il a eu trois enfants : Frédéric, Hélie et Marie-Anne Caroline de Kalb, femme de Jean-Luc Geymüller; suisse. Frédéric de Kalb fut officier au régiment de Salm-Salm. Il fut plus tard guillotiné sous la Terreur le 21 brumaire an II. Hélie a été officier au régiment royal de Palatinat Deux-Ponts, marié à Marie Elisabeth Charlotte " Elise " Signard d'Ouffières naquit une fille Léonore Nicette De Kalb mariée le 26 juin 1828 à Milon la Chapelle avec Raymond de Vandiere de Vitrac d'Abzac. Leur beau-frère, Jean Luc de Geymüller, a été officier dans le régiment suisse de Salis-Samade (Arch. nat., T 278).

Il meurt pour l'indépendance américaine et sera honoré par ses contemporains. Plusieurs villes et comtés des États-Unis seront nommés DeKalb d'après lui.

En 1886, un monument au baron de Kalb est érigé sur le sol de la maison d'État du Maryland pour honorer sa participation à la révolution américaine[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]