Johann Wilhelm Wilms

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wilms.

Johann Wilhelm Wilms

Description de l'image  Johann_Wilhelm_Wilms_1.jpg.
Naissance 30 mars 1772
Witzhelden, Saint-Empire romain germanique (962 — 1806) Saint-Empire romain germanique
Décès 19 juillet 1847 (à 75 ans)
Amsterdam, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Activité principale Compositeur, pianiste
Maîtres Georg Caspar Hodermann

Œuvres principales

Hymne néerlandais Wien Neêrlandsch bloed

Johann Wilhelm Wilms est un pianiste et compositeur néerlandais d'origine allemande, né à Witzhelden (près de Solingen) le 30 mars 1772 et mort à Amsterdam le 19 juillet 1847. Il est connu comme le compositeur de l'hymne néerlandais Wien Neêrlandsch bloed en 1813.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilms étudia le piano, la flûte et la composition avec son père puis avec son frère aîné.

En 1791, il se rendit à Amsterdam où il se produit comme pianiste de concert et commença à donner des cours de musique.

Il fut aussi flûtiste dans trois orchestres – l'orchestre Felix Meritis [1], et l'orchestre Eruditio musica qu’il aida à fonder en 1796 – et organiste de l’Église baptiste unifiée à Amsterdam de 1823 à 1846[2].

Il fut également soliste lors des premières néerlandaises des concertos pour piano de Mozart et Beethoven. Après avoir pris des leçons de composition auprès de Georg Caspar Hodermann (1740-1802), musicien saxon installé à Amsterdam, Wilms se consacra de plus en plus à cette discipline. En 1808, Louis Napoléon, premier roi des Pays-Bas, le nomma membre de l’Institut royal des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts (Koninklijk Instituut van Wetenschappen, Letterkunde en Schoone Kunsten) afin d'enseigner le piano. Parmi ses multiples activités, il sélectionnait les organistes d'église et rédigeait des critiques musicales pour la revue Allgemeine musikalische Zeitung.

Wilms fut l’un des principaux musiciens des Pays-Bas de la première moitié du XIXe siècle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Musique de chambre
    • Trio en ut majeur, op. 4, pour clavecin (ou pianoforte) avec accompagnement de violon & violoncelle (éd. vers 1799)
    • Trio en ré majeur, op. 6, pour clavecin (ou pianoforte) avec flûte & violoncelle (éd. vers 1799)
    • 3 Rondeaux (en fa majeur, ré majeur et si bémol majeur) op. 19, pour pianoforte, violon, alto & violoncelle
    • Quatuor en ut majeur, op. 22, pour pianoforte, violon, alto & violoncelle (éd. 1812)
    • 2 Quatuors à cordes (en sol mineur et la majeur), op. 25
    • Quatuor en fa majeur, op. 30, pour pianoforte, violon, alto & violoncelle (éd. 1812)
  • Œuvres pour orchestre
    • Symphonies
      • Symphonie nº 1 en ut majeur, op. 9
      • Symphonie nº 2 en fa majeur, op. 10
      • Symphonie nº 3 en mi bémol majeur, op. 14
      • Symphonie nº 4 en ut mineur, op. 23
      • Symphonie nº 5 en ré majeur, op. 52
      • Symphonie nº 6 en ré mineur, op. 58 (cette œuvre a reçu le 1er prix de la Société Royale des Beaux-Arts et de Littérature de Gand en 1820)
      • Symphonie nº 7 en ut mineur
    • Concertos
      • Concerto pour le clavecin ou le pianoforte en mi majeur, op. 3
      • Concerto pour pianoforte en ut majeur, op. 12
      • Concerto pour flûte en ré majeur, op. 24
      • Concerto pour pianoforte en ré majeur op. 26
      • Concerto pour pianoforte en fa majeur, op. 32
      • Concerto pour clarinette en si bémol majeur op. 40
      • Concerto pour pianoforte en mi bémol majeur, op. 55
      • Concerto pour flûte en sol mineur
    • Symphonies concertantes
      • Symphonie concertante en fa majeur, pour flûte, hautbois (ou clarinette), basson et cor, op. 35 (éd. 1814)
      • Symphonie concertante en fa majeur, pour flûte, clarinette, basson violon & violoncelle (composée en 1814)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ernst A. Klusen, Johann Wilhelm Wilms und das Amsterdamer Musikleben (1772-1847), Buren, 1975 (OCLC 2519599).

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Symphonies nº 6 (durée : 31 minutes) & nº 7 (durée : 27 minutes) (Concerto Köln, dir. Werner Ehrhardt — CDs Archive — 2004 & Brilliant Classics CD BRIL93778 — 2009)
  • Concerto op. 3 (Arthur Schoonderwoerd, pianoforte, & Ensemble Cristofori; durée : 26 minutes — CD Alpha 052 — 2004)
  • Sonates op. 31 & op. 41 pour piano à 4 mains (Hans-Peter & Volker Stenzl — CD Carus 83.434 — 2009)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D’après Arthur Schoonderwoerd, notice du CD Alpha 052, 2002.
  2. D’après The New Grove Dictionary of Music and Musicians, ed. St. Sadie, 1991, vol. 20, p. 443.

Liens externes[modifier | modifier le code]