Johann Rosenmüller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann RosenmüllerGiovanni Rosenmiller

Naissance 24 août 1617
Oelsnitz, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès 12 septembre 1684 (à 67 ans)
Wolfenbüttel, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur
Maîtres Tobias Michael

Johann Rosenmüller est un compositeur allemand, né à Oelsnitz le 24 août 1617 et mort à Wolfenbüttel le 12 septembre 1684.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait probablement ses études musicales auprès du compositeur allemand Tobias Michael (1592-1657), qu'il rencontre à Leipzig en 1640.

Il enseigne ensuite durant une dizaine d'années à l'école Saint-Thomas de cette ville, avant d'être nommé organiste à l'église Saint-Nicolas. En 1653, le conseil municipal de Leipzig lui promet la succession au poste de cantor de Saint-Thomas, mais sa carrière s'achève brutalement au printemps 1655 lorsqu'il se voit arrêter et incarcérer ainsi que plusieurs petits chanteurs avec lesquels il était soupçonné d'avoir eu des relations sexuelles.

Il réussit à s'échapper de prison et à gagner Hambourg, avant de s'établir comme musicien et compositeur à Venise en 1658. De 1678 à 1682, il est compositeur à l'Hospice de la Pietà, le célèbre orphelinat pour jeunes filles, où Antonio Vivaldi sera Maître de Concerts durant la première moitié du XVIIIe siècle.

En 1674, Rosenmüller revint en Allemagne en tant que maître de chapelle de la cour du prince de Braunschweig-Wolfenbüttel. Il retourne en Italie en 1682 à l'occasion d'un voyage à Venise du duc Anton Ulrich von Wolfenbüttel.

Œuvre[modifier | modifier le code]

On doit à Rosenmüller plusieurs centaines d'œuvres, vocales ou instrumentales, très influencées par la musique italienne, notamment par celle de Giovanni Legrenzi (1626 - 1690). Ses œuvres vocales sont en grande partie d'inspiration sacrée, et montrent l'influence de Heinrich Schütz. Les inventaires des collections de manuscrits de l'époque témoignent de la popularité dont il jouissait de son vivant.

À côté de nombreuses pièces d'église, Rosenmüller composa suites et sonates, contribuant de manière significative au développement et à l'évolution de ces deux formes.

  • Kernsprüche mehrenteils aus Heiliger Schrift (Sentences tirées des Saintes Écritures) (1648-52)
  • Andere Kernsprüche (1652) (Autres Sentences)
  • Studentenmusik (1654) – Suites de danses instrumentales pour plusieurs instruments
  • Vespro della beata Vergine (Vêpres à la Vierge) (1670-80)
  • nombreuses pièces religieuses durant le séjour italien
  • Sonatae et Sinfonie (Venise, 1670)
  • Sonatae à 2,3,4 è 5 stromenti da arco et altri (1682) – dédiées au Comte Ulrich von Braunschweig, selon toute vraisemblance composées à Venise, bien que publiées à Nuremberg
  • Weihnachtshistorie (Histoire de la Nativité)
  • Lamentationes Jeremiae (Lamentations de Jérémie)

C'est durant les années 1980 que fut redécouverte la grande qualité de ses compositions.

Liens externes[modifier | modifier le code]