Johann Philipp Kirnberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Philipp Kirnberger

Description de l'image  Johann Philipp Kirnberger.jpg.
Naissance 24 avril 1721
Saalfeld, Allemagne
Décès 27 juillet 1783
Berlin, Allemagne
Activité principale Compositeur, théoricien de la musique
Maîtres Johann Peter Kellner, Heinrich Nikolaus Gerber
Élèves Anne-Amélie de Prusse

Johann Philipp Kirnberger (né le 24 avril 1721 à Saalfeld et mort le 27 juillet 1783 à Berlin) est un compositeur allemand, théoricien de la musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès son enfance, il apprend à jouer du violon et des instruments à clavier. Après avoir fréquenté l'école de latin de Cobourg il vient compléter son instruction musicale à Gräfenroda auprès de Johann Peter Kellner. Il aura, plus tard, comme professeur, le musicien de cour Heinrich Nikolaus Gerber à Sondershausen. On ne sait déterminer avec certitude s'il a effectivement étudié auprès de Johann Sebastian Bach comme le rapporte la tradition.

Un court séjour de Kirnberger à Leipzig en 1741 est pourtant attesté, et vient en appui de cette dernière hypothèse. Après un court séjour à Dresde, il se fixe pour une plus longue période en Pologne, où il occupa différents postes, notamment en tant que claveciniste et maître de chapelle.

Au milieu de la décennie 1750-1760, Kirnberger retourne en Allemagne pour y reprendre des leçons de violon. Après une collaboration en tant que violoniste à la Chapelle royale du roi de Prusse à Potsdam, il est engagé à la chapelle de Heinrich, margrave de Rheinsberg. En 1758, il quitte ce poste afin d'assurer l'enseignement de la composition auprès de la princesse Anne-Amélie de Prusse et de remplir les fonctions de maître de chapelle et de conseiller musical à la cour de Frédéric le Grand. La plupart de ses compositions qui nous sont parvenues datent de cette époque.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Kirnberger est bien connu de nos jours pour les différents tempéraments inégaux qu'il a élaborés et décrits et qui sont utilisés dans l'interprétation « authentique » des œuvres de son époque.

Compositions[modifier | modifier le code]

  • Sonates pour flûte et basse continue (au moins quatre : si bémol majeur, do majeur, fa majeur, sol majeur)
  • Sonate pour clavecin en ré majeur
  • Concerto pour clavecin en ut mineur
  • Cercle musical
  • Motet An den Flüßen Babylons pour chœur à 4 voix et basse continue

Orgue[modifier | modifier le code]

  • Huit fugues pour le clavecin ou l'orgue
  • Deux Caprices pour clavier
    • Caprice avec des contrepoints doubles
    • Caprice sur le même sujet traité différemment
  • Es ist das Heil uns kommen her (Le salut nous est venu), choral pour orgue
  • Gelobet seist du, Jesu Christ (Loué sois-tu, Seigneur Jésus), prélude de choral pour orgue
  • Was Gott tut, das ist wohlgetan (Ce que fait Dieu est parfait), prélude de choral pour orgue
  • Wer nur den lieben Gott läßt walten (Celui qui s’abandonne au bon Dieu), choral pour orgue

Traités[modifier | modifier le code]

  • Die Kunst des reinen Satzes in der Musik ou L'art de l'intonation pure en musique
  • Die wahren Grundsätze zum Gebrauche der Harmonie ou Les bases véritables de l'utilisation de l'harmonie
  • Gedanken über die verschiedenen Lehrarten in der Komposition als Vorbereitung zur Fugenkenntnis ou Réflexions sur les différentes théories de la composition pour préparer à la connaissance de la fugue
  • Grundsätze des Generalbasses als erste Linien zur Kompostion ou Bases de la basse continue pour aborder la composition.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]