Johann Peter Wagner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wagner.
Treizième station du chemin de croix de la Käpelle
Descente de croix, station du chemin de croix de la Käppele de Wurtzbourg
Sculpture du jardin de la Résidence de Wurtzbourg
Enlèvement d'Europe, jardin de la Résidence de Wurtzbourg.

Johann Peter Alexander Wagner (né le 26 février 1730 à Theres, mort le 7 janvier 1809 à Wurtzbourg) est un sculpteur allemand du rococo et du néoclassicisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le quatrième enfant, le premier fils, du sculpteur Johann Thomas Wagner (de) qui lui apprend son métier.

À 17 ans, il quiite le foyer familial après une dispute et voyage. Il va à Vienne chez son oncle, Johann Wagner, et travaille dans des ateliers comme celui de ce parent ou de Balthasar Ferdinand Moll (de). Après avoir été à Salzbourg, Munich, en Suisse et aux Pays-Bas, il arrive à Mannheim dans les ateliers de Paul Egell (de) ou d'Augustin Egell (de).

Après la mort de sa mère en 1753, il revient en Franconie puis à Würzburg en 1756 à l'appel du prince-évêque Adam Friedrich von Seinsheim. Il devient compagnon de Johann Wolfgang von der Auwera, mais celui-ci meurt la même année. Wagner reprend l'atelier trois ans plus tard (avec Lukas van der Auwera jusqu'à sa mort en 1766) et se marie avec sa veuve, Maria Cordula Curé, fille du sculpteur Claude Curé. Après la mort de sa première femme, il se remarie avec Margaretha Rössinger, les témoins sont le commissaire Johann Adam Schirmer et l'architecte Johann Philipp Geigel (de). Son fils Martin, après avoir voulu apprendre la sculpture, se consacrera à la peinture.

Malgré sa renommée, Adam Friedrich von Seinsheim ne le nomme sculpteur de la cour qu'en 1771. Wagner acquiert grâce à son grand nombre de commandes une fortune considérable. En plus des sculptures, il construit des chaires et des autels.

Lors de la sécularisation et du Recès d'Empire en 1803, de nombreuses œuvres dans les églises et les monastères disparaissent et sont dispersées dans le district de Basse-Franconie. Beaucoup d'entre elles sont aujourd'hui au Mainfränkisches Museum (de) et au Martin-von-Wagner-Museum, consacré à son fils.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :