Johann Kuhnau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Kuhnau

alt=Description de l'image Johann Kuhnau.png.
Naissance 6 avril 1660
Geising, Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Décès 5 juin 1722 (à 62 ans)
Leipzig, Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Activité principale Compositeur, musicien, Thomaskantor

Johann Kuhnau est un musicien allemand, né à Geising le 6 avril 1660 et mort à Leipzig le 5 juin 1722.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la musique à Dresde, alors centre musical important, et devient membre du chœur de la Kreuzschule en 1671. Il retourne à Geising en 1680 pour fuir une épidémie puis fréquente le collège Johanneum à Zittau à l'invitation de son cantor. La mort de ce dernier ainsi que de l'organiste lui permet d'occuper ces deux postes.

Il fait des études de droit à l'université de Leipzig à partir de 1682. Il devient organiste de l'église Saint-Thomas en 1684 et embrasse la carrière d'avocat après l'obtention de ses diplômes de droit en 1688. Il devient aussi Thomaskantor de saint Thomas en 1701. Les années suivantes sont assombries par la baisse de niveau des élèves, la concurrence de l'Opéra de Leipzig et l'ambition de plusieurs autres musiciens, au premier rang desquels Georg Philipp Telemann. Après sa mort, son poste est attribué à Jean-Sébastien Bach.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre musicale est un peu oubliée, pourtant ce musicien eut une vraie influence sur la musique allemande de son temps. Elle comprend :

  • Pour le clavier (orgue ou clavecin) :
    • Neue Clavier-Übung, partie I : Sept suites en majeur (1689)
    • Neue Clavier-Übung, partie II: Sept suites en mineur, Sonate en si bémol majeur (1692)
    • Frische Clavier-Früchte : Sept sonates (1696)
    • Musicalischer Vorstellung einiger Biblischer Historien : Six Sonates bibliques (1700).

Il est le premier à écrire des sonates pour le clavier. Les sonates bibliques sont une des premières musiques à programme. Bach adopte, pour lui-même le titre de son œuvre : Klavierübung. Et Haendel lui emprunte au moins un de ses thèmes pour un concerto grosso. Johann Mattheson le considérait comme un des musiciens majeurs de son époque. Il pourrait bien avoir connu Heinrich Schütz dans sa jeunesse et serait alors le seul à réaliser un lien personnel entre celui-ci et Jean-Sébastien Bach.

Kuhnau est aussi, toutes proportions gardées, un homo universalis. Outre ses compétences musicales, il était expert en droit, connaissait plusieurs langues anciennes (latin, grec, hébreu) et modernes, s'intéressait aux mathématiques en érudit. Il fit aussi œuvre d'écrivain et rédigea une nouvelle satirique, Der musicalische Quack-Salber (Le charlatan musical, 1700).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]