Johann Jakob Griesbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Griesbach.
Johann Jakob Griesbach

Johann Jakob Griesbach (4 janvier 1745 – 24 mars 1812), exégète biblique allemand, né à Butzbach, une petite ville dans l'État de Hesse, où son père, Konrad Kaspar (1705 -1777), était pasteur. Griesbach est surtout célèbre pour son édition critique du Nouveau Testament et ses recherches sur le problème synoptique. On appelle aujourd'hui hypothèse de Griesbach l'hypothèse selon laquelle l’Évangile selon Matthieu serait le plus ancien des trois évangiles synoptiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johann Jakob Griesbach naît le 4 janvier 1745 dans la ville de Butzbach située dans lÉtat de Hesse en Allemagne[B 1]. Il fait ses études à Francfort, et aux universités de Tübingen, de Leipzig et de Halle, où il devient l'un des plus brillants disciples de Johann Salomon Semler. Semler l'incite à porter attention à la critique textuelle du Nouveau Testament. À l'issue de sa carrière d'étudiant en licence, il entreprend un voyage littéraire en Allemagne, aux Provinces-Unies, en France et en Angleterre.

De retour à Halle, il exerce, à partir de 1771, un certain temps comme répétiteur privé (privat-docent), puis, en 1773 est nommé à une chaire professorale ; en 1775 il déménage à Iéna, où il passe le reste de sa vie (malgré les sollicitations d'autres universités). Il meurt le 24 mars 1812[B 1]. La renommée de Griesbach repose sur son travail dans la critique du Nouveau Testament, dans laquelle il inaugure une nouvelle époque.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son édition critique du Nouveau Testament paraît la première fois à Halle, en trois volumes, dans les années 1774-1775. Le premier volume, édité en 1774 contient les trois premiers Évangiles disposés sous la forme de synopse ; le seconde, les Épîtres et le livre de l'Apocalypse. Une édition est réimprimée en un seul volume en 1777, la disposition en synopse des Évangiles ayant été abandonnée comme incommode[B 2]. De la deuxième édition, considérablement augmentée et améliorée, le premier volume paraît en 1796 et le second en 1806 (Halle et à Londres). D'une troisième édition, édité par David Schulz, ne paraît que le premier volume, contenant les quatre Évangiles (1827).

Pour la construction de son texte critique Griesbach s'est basé sur l'édition Elzevier. Là où il diverge de ce texte de référence, il place la leçon d'Elzevier dans la marge intérieure face aux autres digne de considération mais jugées fautives (celles-ci imprimées en petits caractères). À chacune des leçons dans cette marge sont annexées des marques spéciales indiquant le degré précis de probabilité s'attachant à chacun. Pour évaluer ces probabilités, il procède d'une théorie particulière dont les principaux éléments sont dérivés de J. A. Bengel et J. S. Semler, répartissant les manuscrits en trois groupes principaux – les Alexandrins, les Occidentaux et les Byzantins.

Une leçon supportée par une seule recension est considérée n'ayant qu'un témoin en sa faveur ; les leçons supportée par les trois recensions, ou seulement par deux d'entre elles, particulièrement si ces deux sont l'Alexandrine et les occidentaux, sont acceptées sans aucune hésitation comme originales. Quand chacune des trois recensions donne une leçon différente, il discute la question sur d'autres bases.

Voir ses Symbolae criticae ad supplendas et corrigendas variarum N.T. lectionum collectiones (Halle, 1785, 1793), et son Commentarius criticus in textum Graecum N. T., qui prolonge la discussion sur la finale de Marc, et discute les diverses leçons importantes avec soin et précision (Iéna, 1794). Parmi les autres travaux de Griesbach (qui sont comparativement sans importance) peut être mentionné sa thèse universitaire evangelislarum De codicibus quatuor evangelislarum Origenianis (Halle, 1771) et un travail sur la théologie systématique (Anleitung zur Kenntniss der populären Dogmatik, Iéna, 1779). Son Opuscula, consistant principalement en Programmes de cours universitaires et des adresses, fut édité par Gabler (2 vols., Iéna, 1824).

(en) « Johann Jakob Griesbach », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 129
  2. p.  130

Autres références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Orchard and Thomas R. W. Longstaff (ed.), J. J. Griesbach: Synoptic and Text-Critical Studies 1776-1976, SNTS Monograph Series, Vol. 34 (Cambridge University Press, hardback 1978, paperback 2005 ISBN 0-521-02055-7).


.