Johann Heinrich von Bernstorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Heinrich von Bernstorff

Le comte Johann Heinrich von Bernstorff (14 novembre 1862, à Londres6 octobre 1939, à Genève) était un diplomate allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernstorff est né dans une famille influente danoise-allemande d'hommes politiques et de diplomates. Il a passé une grande partie de son enfance à Londres, où son père était ambassadeur sous Bismarck. Bernstorff a parcouru plusieurs missions du service diplomatique de l'empire allemand : Constantinople, Belgrade, Saint-Pétersbourg, Munich et Londres, où il était en fonction de 1902 à 1906 comme conseiller d'ambassade.

En 1906, il tenta de désamorcer la crise de Tanger, sur le statut du Maroc. Il fut ensuite ambassadeur aux États-Unis de 1908 jusqu'à 1917. Après le début de la Première Guerre mondiale, il essaya d'empêcher l'entrée de guerre des États-Unis, en coopérant avec le président américain Woodrow Wilson, malgré plusieurs crises anti-allemandes dans l'opinion publique, dont celle due au torpillage du Lusitania (près de 1200 noyés). Bernstorff s'opposait à la politique allemande de guerre sous-marine totale (sans distinction de la nationalité du navire, et sans faire de différence entre navires civils et militaires).

Après l'entrée en guerre des États-Unis, en 1917, Bernstorff fut nommé ambassadeur auprès de la Turquie, à Constantinople. Il resta à ce poste jusqu'à octobre 1918. Contrairement à son prédécesseur, le comte Paul Metternich, Bernstorff a plutôt essayé d'éviter le sujet délicat du génocide arménien. Sur ce chapitre peu glorieux de sa carrière, il restait silencieux plus tard, dans ses Mémoires. Par contre,[non neutre] l'ambassadeur Bernstorff négocia avec le gouvernement turc allié, l'établissement d'un « habitat » pour les Juifs européens disposés à émigrer en Palestine.

Après la fin de la guerre, Bernstorff refusa le poste de ministre des relations extérieures et quitta le service actif. Entre 1926 et 1931, il représenta l'Allemagne en tant que délégué à la « conférence sur le désarmement pour information internationale ».

Il émigra en Suisse, après l'arrivée au pouvoir du parti national-socialiste, en 1933.

Le comte von Bernstorff était l'oncle du comte Albrecht von Bernstorff (1890-1945), résistant au nazisme.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (de) Johann Heinrich Graf von Bernstorff, Deutschland und Amerika, Erinnerungen aus dem fünfjährigen Kriege, Berlin 1920.
  • (de) Johann Heinrich Graf von Bernstorff, Erinnerungen und Briefe, Zürich 1936.