Johann Franz Xaver Sterkel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Franz Xaver Sterkel

alt=Description de l'image Franz Xaver Sterkel.jpg.
Naissance 3 décembre 1750
Wurtzbourg, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès 12 octobre 1817
Wurtzbourg, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur, pianiste, organiste

Johann Franz Xaver Sterkel est un compositeur, pianiste et organiste allemand, né à Wurtzbourg le 3 décembre 1750 et mort dans la même ville le 12 octobre 1817.

Biographie[modifier | modifier le code]

Doué dès son jeune âge, Sterkel étudia avec A. Kette et avec Weismandel à Wurtzbourg où il étudia à l’université à partir de 1764. Quatre ans plus tard, il devint organiste du chapitre de Neumünster et fut ordonné prêtre en 1774, ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre sa carrière musicale.

Après s’être produit à la cour de Wurtzbourg, il fut invité à celle de électorat de Mayence en passant par Mannheim. À la fin de l’année 1779, il fut envoyé en Italie où sa visite des principales villes, dans lesquelles il se produisit comme pianiste, lui fit gagner en maturité. En 1782, il passa quelques semaines avec le Padre Martini avant de regagner Mayence.

Après l’invasion française en octobre 1792, Sterkel fut chanoine à Sainte-Marie aux Marches et maître de chapelle à Mayence jusqu’en 1797. Il passa ensuite quelques années à Wurtzbourg, puis à Ratisbonne. Sterkel, qui suivit alors Karl Theodor von Dalberg à Aschaffenburg lorsque celui-ci devint Grand-duc de Francfort, devint son directeur musical jusqu’en 1814. Il visita Munich avant de retourner à Wurtzbourg où il demeura jusqu’à son décès[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sterkel, reconnu comme compositeur et comme pianiste, fut également réputé comme professeur. Son œuvre compte une vingtaine de symphonies et six concertos pour piano ; 45 trios à clavier, un quintette à cordes et un quatuor à clavier, 26 sonates pour pianoforte ou clavecin et violon; environ 70 pages pour piano ; ainsi que de la musique vocale, tant sacrée que profane.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Scharnagl, Johann Franz Xaver Sterkel, Wurtzbourg, 1943.
  • Joann Élart, « Circulation des quatre symphonies œuvre VII de Johann Franz Xaver Sterkel de l'Allemagne à Rouen : un itinéraire singulier du goût musical entre 1770 et 1825 », Studien zu den deutsch-französischen Musikbeziehungen im 18. und 19. Jahrhundert, bericht über die erste gemeinsame Jahrestagung der Gesellschaft für Musikforschung und der Société française de musicologie Saarbrücken 1999, Hildesheim : Georg Olms Verlag, 2002, p. 266-281.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D’après The New Grove Dictionary of Music and Musicians, éd. St. Sadie, 1991, vol. 18, p. 126.