Johann Franz Buddeus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Franz Buddeus

Johann Franz Buddeus, Jean-François Buddaeus en français ou Johannes Franciscus Buddaeus en latin, né à Anklam le 25 juin 1667 et mort à Iéna le 19 novembre 1729, est un théologien luthérien allemand.

Buddeus fut professeur de grec et de latin à Cobourg, de morale et de politique à Halle, et enfin de théologie à Iéna. Penseur éclairé, modeste et plein de mesure dans ses écrits, Buddaeus est auteur d’un grand nombre d’ouvrages très estimables, surtout sur la philosophie morale.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • de Peregrinationibus Pythagoræ ; Iéna, 1692, in-4° ;
  • Historia juris naturæ, et synopsis juris naturæ et gentium, juxta disciplinam Hebræorum ; léna, 1695  ;
  • Dissertationes academiæ de præcipuis stoicorum in philosophia morali erroribus ; léna, 1696  ;
  • Elementa philosophisæ practicæ ; Halle, 1697  ;
    La plupart des professeurs des universités protestantes d’Allemagne ont pris, durant quelque temps, ce texte pour leurs leçons.
  • Introductio ad historiam philosophiæ Hebræorum ; ibid., 1702, 1720, in-8°  ;
  • Quæstio política : An alchemistæ sint in republica tolerandi, 1702, in-4°, avec fig.  ;
  • Elementa philosophiæ instrumentalis, 3 vol. in-8° ; ibid., 1704, 1727  ;
  • Selecta juris naturæ et gentium ; ibid., 1704, in-8°  ;
  • Institutiones theologicæ moralis; Leipzig, 1711, in-4°  ;
  • Historia ecclesiastica Veteris Testamenti ; Halle, 1709, 4 vol. in-4° ; et 1729, 2 vol. in-4° ;
  • Theses theologicæ de atheismo et superstitione ; Iéna, 1718, in-8°  ;
  • Institutiones theologicæ dogmaticæ: ; Leipzig, 1723, 1724, 1726, in-4°  ;
  • Historia crilicatheologiæ dogmaticæ et moralis ; Francfort, 1725, in-4°  ;
  • Compendium historiæ philosophicæ ; Halle, 1731, in-8°.

Buddaeus a contribué aux Acta Eruditorum de Leipzig, et au grand Dictionnaire historique allemand imprimé plusieurs fois à Leipzig, 1709, in-fol. et à Bâle, en 2 vol. in-fol. Les dissertations qu’il a publiées pour défendre les prétentions de la maison d’Autriche sur le royaume d’Espagne, contre le testament de Charles II, ont été réunies sous le titre de Jus Austriacum.

Source[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 7, Paris, Firmin-Didot, 1857, p. 717-8.