Johann Baptist Franzelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Baptist Georg Franzelin (né à Aldein ou Aldino, dans le Sud Tyrol, le 15 avril 1816, décédé à Rome le 11 décembre 1886) fut l’un des principaux représentants de l’école théologique romaine au XIXe siècle. Il fut l’un des théologiens du concile Vatican I et a été créé cardinal par le pape Pie IX le 3 avril 1876.

Vie[1][modifier | modifier le code]

Malgré leur pauvreté, ses parents l'avaient envoyé à un âge précoce au collège franciscain voisin de Bolzano. En 1834, il entre dans la Compagnie de Jésus à Graz, et après quelques années passées dans les études et l'enseignement, il commence en 1845 ses études de théologie au Collège romain, où il devient assistant en hébreu et y révèle ses compétences. Chassé de Rome par la révolution de 1848, il se rend successivement en Angleterre, en Belgique et en France, où il est ordonné prêtre en 1849.

En 1850, il revient au Collège romain comme professeur adjoint de dogme, et comme enseignant en arabe, syriaque et chaldéen, puis en 1853, il devient préfet des études au Collège germanique de Rome. En 1857, il est nommé professeur de théologie dogmatique au Collège romain, où il reste durant dix-neuf ans, et où il acquiert par ses cours et ses publications une place privilégiée parmi les théologiens de l’époque. Durant cette même période, il a la charge de consulteur au sein de plusieurs Congrégations du Saint-Siège, et il aide à la préparation du Concile Vatican I, où il sera théologien du pape.

En 1876, en dépit de ses protestations sincères et vigoureuses, il est élevé au cardinalat par le pape Pie IX. Cette dignité ne change rien à sa vie scrupuleusement simple, austère et laborieuse. Malgré une santé fragile, il reste un travailleur acharné, refuse même l’aide d’un secrétaire, et il distribue l’ensemble de ses revenus de cardinal aux pauvres et aux missions.

Il est l’un des théologiens catholiques marquants du XIXe siècle et ses œuvres aidèrent beaucoup de prêtres de l’époque dans leur tâche de prédication. La Constitution Dei Filius du Concile Vatican I (24 avril 1870) s’est inspirée de ses conceptions concernant la foi catholique et les articulations entre foi et raison.

Œuvres[modifier | modifier le code]

De ses œuvres, qui ont connu de nombreuses éditions, le "De Divina Traditione et Scriptura" (Rome, 1870) est considéré comme un classique. Les autres sont "De SS. Eucharistiæ Sacramento et Sacrificio" (1868) ; "De Sacramentis in Genere" (1868) ; "De Deo Trino" (1869) ; "De Deo Uno" (1870) ; "De Verbo Incarnato" (1870) ; certains petits traités ; et le posthume "De Ecclesia Christi".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Catholic Encyclopedia : Johann Baptist Franzelin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cardinal Jean-Baptiste Franzelin, La Tradition, éd. Courrier de Rome, 2009 (traduction de De traditione divina)
  • Walter, Peter : Johann Baptist Franzelin (1816-1886) ; Jesuit, Theologe, Kardinal. - Bozen: Athesia, 1987
  • Bonavenia, Raccolta di Memorie intorno alla vita dell' Em. Cardinale Giovanni Battista Franzelin (Rome, 1887)
  • Walsh, John Baptist Franzelin, A Sketch and a Study (Dublin 1895)
  • « Commentarius de Vita Eminentissimi Auctoris » in de Ecclesia Christi (ouvrage posthume de Franzelin) (Rome, 1887)
  • The Catholic Encyclopedia, Volume VI. Published 1909. New York: Robert Appleton Company.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]