Johan Hendrik van Dale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buste de Johan Hendrik van Dale, inauguré en 1924.
Dos du monument.

Johan Hendrik van Dale, né à Sluis le 15 février 1828 et mort dans la même ville le 18 ou le 19 mai 1872, était un directeur d'école primaire, un archiviste et un lexicographe néerlandais. Il est célèbre pour avoir été le parrain du Groot woordenboek der Nederlandse taal (« Grand dictionnaire de langue néerlandaise »), plus connu sous le nom de Dikke Van Dale (le « Gros Van Dale »).

Biographie[modifier | modifier le code]

Les parents d'Hendrik van Dale étaient originaires de la ville d'Eeklo, en Flandre-Orientale (aujourd'hui en Belgique). Une épidémie de variole venant juste de survenir dans le Meetjesland, son père quitta la région avec sa femme enceinte et passa la limite avec la Zélande pour s'installer à Sluis.

Van Dale a obtenu à 16 ans son diplôme d'aptitude à exercer dans l'enseignement primaire. Le 23 mai 1854, il a été engagé en tant qu'instituteur primaire principal de l'école publique de sa ville natale. À partir de 1855, il obtient aussi le poste d'archiviste de la ville.

Entre temps, il a écrit des manuels sur la pureté linguistique, la grammaire et l'analyse syntaxique, des articles et des brochures sur l'histoire de Sluis et il ressuscita l'ancienne chambre de rhétorique De Oranjebloem.

En 1867, il a accepté la proposition de réviser la première édition du Nieuw woordenboek der Nederlandsche taal (« Nouveau dictionnaire de la langue néerlandaise ») des frères Isaac Marcus et Nathan Salomon Calisch. Il a accepté la tâche et en est venu à bout en quatre ans. Parce qu'il avait été lui-même souvent contrarié par les imprécisions, les informations trop générales ou confuses qu'il avait trouvées dans les dictionnaires existant, il s'est imposé des règles exigeantes sur la définition exacte des termes : l'instituteur Van Dale avait constamment à l'esprit l'écolier qui devait pouvoir trouver une réponse claire, précise et complète à sa question « Qu'est-ce que cela signifie ? »

Il a écrit dans la préface de l'édition de 1871 :

« (...) Écrire un dictionnaire est un travail ingrat et triste. Il y a beaucoup de choses que l'on a ajoutées ou corrigées, il y en a encore beaucoup plus que l'on a omises. (...) »

L'entreprise se trouvait dans sa phase finale - les premières livraisons étaient déjà parues - lorsque Van Dale est mort de la variole en 1872. L'œuvre a été achevée par son disciple Jan Manhave qui assuma aussi la rédaction de l'édition suivante de ce dictionnaire.

À Sluis, Van Dale est honoré entre autres par un buste, œuvre du sculpteur Pieter Puijpe inaugurée le 4 septembre 1924, et par une colonne commémorative érigée dans le cimetière. Une école et une rue portent également son nom. Un ancien couvent en périphérie de la ville, transformé de nos jours en hôtel quatre étoiles, porte le nom De Dikke Van Dale.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en néerlandais intitulé « Johan Hendrik van Dale » (voir la liste des auteurs)
  • (nl) Ewoud Sanders, Johan Hendrik Van Dale (1828-1872) : Maker van een half woordenboek [lire en ligne]
  • (nl) Dr. P.G.J. van Sterkenburg, Johan Hendrik van Dale en zijn opvolgers, Utrecht/Antwerpen, Van Dale Lexicografie, 1983.
  • (nl) Lo van Driel, Een leven in woorden. J.H. van Dale, schoolmeester, archivaris, taalkundige, Zutphen, Walburg Pers, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]