Joffreville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joffreville
Ambohitra
Place de la mairie
Place de la mairie
Administration
Pays Drapeau de Madagascar Madagascar
Région Diana
Province Antsiranana
District Antsiranana II
Démographie
Population 5 000 hab. (est. 2001)
Géographie
Coordonnées 12° 17′ S 49° 07′ E / -12.29, 49.1212° 17′ Sud 49° 07′ Est / -12.29, 49.12  
Altitude 1 174 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

Voir la carte administrative de Madagascar
City locator 14.svg
Joffreville

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

Voir la carte topographique de Madagascar
City locator 14.svg
Joffreville

Ambohitra ou Joffreville est une ville et une commune malgache, du district d'Antsiranana II, appartenant à la région de Diana, dans la province de Diego-Suarez. Elle tire son nom français de Joseph Joffre, alors colonel chargé de la région de Diego-Suarez, qui la créée en 1903. La population de la ville est estimée à environ 5 000 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est construite sur les contreforts de la montagne de l'Ambre. Elle est principalement un lieu de villégiature, éloignée du climat du port de Diego-Suarez, situé à 32 km au Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Présence militaire[modifier | modifier le code]

Lieu de villégiature, Joffreville est aussi une ville de garnison militaire. Lors du départ des militaires, le camp a été transformé en camp d'aguerrissement de l'armée malgache. Sur la route vers Diego-Suarez, se situait le centre d'entraînement de la Légion étrangère, abandonné depuis 1973 pour le Centre d'entraînement à la forêt équatoriale, en Guyane.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Joffreville est une des portes d'entrée du parc national de la Montagne d'Ambre, sur laquelle était installée au temps colonial une station forestière (fondée en 1937). Aujourd'hui elle est une des aires protégées de Madagascar, gérée par Madagascar National Parks (MNP : ex-ANGAP) .

Présence du monastère bénédictin Saint-Jean-Baptiste, occupée par 14 sœurs, qui possède aussi une hôtellerie, une boutique d'artisanat local et d'un jardin de plantes médicinales.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site Ilo, Université Cornell (2002). 13 février 2008