Jobst de Moravie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jobst de Moravie
Image illustrative de l'article Jobst de Moravie
Titre
Margrave de Moravie
13751411
Prédécesseur Jean-Henri de Moravie
Successeur Sigismond Ier du Saint-Empire
Margrave de Brandebourg
13881411
Prédécesseur Sigismond Ier du Saint-Empire
Successeur Sigismond Ier du Saint-Empire
Duc engagé du Luxembourg
13881402
Prédécesseur Venceslas Ier du Saint-Empire
Successeur Louis Ier d'Orléans
Duc engagé du Luxembourg
14071411
Prédécesseur Louis Ier d'Orléans
Successeur Élisabeth de Goerlitz
Roi de Germanie
(en compétition avec Sigismond)
14101411
Prédécesseur Robert Ier du Saint-Empire
Successeur Sigismond Ier du Saint-Empire
Biographie
Dynastie Maison de Luxembourg
Date de naissance décembre 1351
Date de décès 18 janvier 1411
Père Jean-Henri de Moravie
Mère Marguerite de Troppau
Conjoint (1) Élisabeth d'Opole
(2) Agnès d'Opole

Jobst de Moravie (ou Josse), né en décembre 1351, mort le 18 janvier 1411, fut margrave de Moravie de 1375 à 1411, margrave de Brandebourg de 1388 à 1411, duc engagé du Luxembourg de 1388 à 1402 et de 1407 à 1411, et roi de Germanie de 1410 à 1411. Il était fils de Jean-Henri de Luxembourg, Margrave de Moravie, et de Marguerite de Troppau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jobst hérite conjointement avec ses frères Jean Sobeslav et Procope de la Moravie après la mort de leur père en 1375. Il est toutefois le principal margrave (en latin : marchio et dominus Moravie). Il obtient en 1388, moyennant finances, le duché de Luxembourg de son cousin l'empereur germanique Wenceslas et en gage le margraviat de Brandebourg, du frère du précédent Sigismond roi de Hongrie, pour 20.000 florins de Bohême.

Le meurtre de Jean de Nepomuk vicaire général de l'archevêque de Prague provoque une fronde l' « Union seigneuriale » groupée autour de Henri de Rosemberg qui arrête le roi Venceslas le 8 mai 1394 et nomme Jobst de Moravie « Administrateur du Royaume » . Le roi est emprisonné au château de Wilberg en Autriche et est libéré le 1er août grâce à l'intervention de Jean de Goerlitz et de l'électeur Robert II du Palatinat. Venceslas ne respecte pas les conditions prévues pour sa libération et en avril 1395 il fait un temps emprisonner Jobst. Ce dernier ayant des besoins financiers, cède en 1402 ses droits sur le Luxembourg à Louis d'Orléans, contre la somme de 100 000 ducats d'or et une rente viagère de 10 000 ducats. À la mort de Louis d'Orléans en 1407, Jobst récupère le Luxembourg.

Roi de Germanie[modifier | modifier le code]

Après la mort de l'anti-roi Robert Ier de Wittelsbach, Il est élu roi de Germanie le 1er octobre, en compétition avec son cousin Sigismond déjà élu le 20 septembre de la même année. Ils sont sur le point de s'affronter, quand Jobst meurt le 18 janvier 1411.

Succession[modifier | modifier le code]

A sa mort la Moravie fait retour au royaume de Bohême mais le margraviat de Brandebourg revient à Sigismond qui toujours impécunieux l'engage immédiatement aux Hohenzollerns avant de leur céder définitivement en 1415. le duché de Luxembourg quant à lui est engagé à Élisabeth de Goerlitz.

Unions[modifier | modifier le code]

Jobst avait épousé en 1372 Élisabeth d'Opole (1360 † 1411), fille de Ladislas Piast, duc d'Opole, et d'Élisabeth Bassaraba. Ils n'ont pas d'enfant. Il épouse ensuite Agnès, tante de sa première épouse et fille de Bolko II d'Opole. Ce mariage reste également sans descendance.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Joseph Calmette Le Reich allemand au Moyen Âge Éditions Payot Paris (1951).
  • Francis Dvornik Les Slaves histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine Éditions Du Seuil Paris (1970)
  • Jörg K.Hoensch Histoire de la Bohême Éditions Payot Paris (1995) (ISBN 2228889229)
  • Pavel Bělina, Petr Čornej et Jiří Pokorný Histoire des Pays tchèques Points Histoire U 191 Éditions Du Seuil Paris (1995) (ISBN 2020208105)
  • Alfred Lefort, La Maison souveraine de Luxembourg, Reims, Imprimerie Lucien Monge,‎ 1902, 262 p. [détail de l’édition]