Joannes de Latre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean De LatreJoannes Delatre
Joannes Delattre
Petit Jean De Latre
Jean Petit De Latre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Partition de Al hadde wy vijfenueertich beddê, une chanson néerlandaise de Petit Jean De Latre, publiée dans le recueil de chansons néerlandaises Dat ierste boeck vanden Niewe Duytsche Liedekens, imprimé par Jacob Baethen à Maastricht en 1551.

Naissance vers 1505
drapeau de Flandre Comté de Flandre ?
Flag - Low Countries - XVth Century.png  Pays-Bas des Habsbourg ?
LuikVlag.gif  Principauté de Liège ?
Décès 31 août 1569
Utrecht
Archidiocèse d'Utrecht
Flag - Low Countries - XVth Century.png  Pays-Bas espagnols
Lieux de résidence Liège
Amersfoort
Utrecht
Activité principale Compositeur
Maître de chapelle
Style Polyphonie franco-flamande
Chanson
Lamentation
Motet
Éditeurs Jacob Baethen
Albertus Buysius
Johannes Oridryus

Jean De Latre, également Joannes et nom de famille Delatre ou Delattre (aussi surnommé Petit Jean ou Jean Petit), né en Flandre ou à Liège vers 1505, décédé à Utrecht le 31 août 1569, était un maître de chapelle et compositeur de l'école dite franco-flamande.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1544, De Latre devint maître de chapelle de l'église Saint-Martin à Liège. La même année, il fut nommé succentor à la chapelle du prince-évêque de Liège, Georges d'Autriche, poste qu’il occupera jusqu'en 1557. En 1563, il prit un emploi à Amersfoort. Un an plus tard, il reprit son poste à l’église Saint-Martin de Liège, où il fut licencié en 1565. Ensuite, De Latre demeura à Utrecht, où il remplissait l'office de chanoine des églises de Saint-Jean et Buur, et où il exerçait la profession de musicien. Il y resta jusqu'à sa mort.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Parmi les œuvres vocales conservées, on compte 25 lamentations polyphoniques et 30 chansons profanes à quatre voix.

Un recueil de chansons assez singulier est paru en 1563 à Düsseldorf chez Johannes Oridryus (l'ancien recteur de l'École latine d'Amersfoort) et Albertus Buysius, sous le titre Cantionum musicarum quae diversis vocibus diversoque diomate gallico et teutonico ombnibus instrumentis musicis attemperatae sunt, liber unus nunc primum in lucem editus. L'ouvrage, dont le titre indique qu'il s'agit d'un premier opus (dont on ne connaît par ailleurs qu'un exemplaire incomplet), comprend des chansons profanes en français et en néerlandais, des chants de Noël dans cette dernière langue et une chanson à boire dans un mélange de néerlandais et de latin. Le recueil est dédié à Guillaume d'Orange.

Voici un exemple d'une chanson macaronique, en néerlandais et en français, du Latre sur un texte de Conradius Sylvius :

Prenez plaisir ghij gheesten amoreus

(paroles de Conradius Sylvius)

Prenez plaisir ghij gheesten amoreus,
En zouckt den keest [=le noyau] d'amyable  [sic] musicque.
Touchez la bien weest ock coragieus,
Is teerste swaer s'amendra par praticque,
Joye chercez want die verhuecht den man.
Amersfort plaisant ne sois melancholique,
Ne vous fauldra te dienen Petit Jan.
Doulceur cherchant in al sijn fantasie,
Een melodie faisant a six a quatre.
Laissant le dur gheesst goede harmonije,
Als wel geleert de soy en chant esbatre.
Tousiours dehait geheel van herten blije,
Rustich int werck & non opiniastre.
Es recht den gheest de Petit Jan de Latre.

Source[modifier | modifier le code]

  • (nl) BONDA, Jan Willem. De meerstemmige Nederlandse liederen van de vijftiende en zestiende eeuw, Éd. Verloren, Hilversum, 1996 (ISBN 90-6550-545-8).