Joachim Patinir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patinir.

Joachim Patenier

alt=Description de l'image Patenier_A_Durer_1521.JPG.
Naissance 1485
Dinant, Belgique (Wallonie)
Décès 5 octobre 1524
Anvers, Belgique (Flandre)
Activités Peintre

Joachim Patinir ou Patenier, né en 1485 à Dinant (Wallonie) et mort le 5 octobre 1524 à Anvers, également connu sous le nom de de Patinier et de Patiner est un peintre et dessinateur de style flamand de la Haute Renaissance. Il est membre de la guilde des peintres d'Anvers. On pense qu'il était l'oncle de Henri Blès, maître des paysages mosans.

Œuvre peint[modifier | modifier le code]

Spécialisé dans les paysages et fortement influencé par Jérôme Bosch, Patinir réalisa des œuvres où se mêlaient des éléments fantastiques, des bois, des contrées imaginaires, des villes et des cours d'eau. Patinir collabora avec Quentin Metsys. On attribue à Patinir certains des paysages présents dans les toiles de ce dernier. À la mort de Patinir, Metsys s'occupa de ses enfants.

Jacques Stiennon estime que tous les auteurs anciens pensent que Patinier est né en terre wallonne[précision nécessaire]. Dans le Paysage de Saint Jérôme,

« Les rochers par lesquels l'art gothique suggère conventionnellement un site sauvage et désertique, sont présents. Comme d'aucuns l'ont remarqué, ces pics rocheux qui vont devenir, chez Patinier, indissociables de l'évocation d'un paysage ressemblent à ceux qu'il a pu voir dans la région dinantaise […] Mais il va de soi que les paysages représentés ne sont jamais dans leur ensemble la transposition de sites existants. L'espace tel que le conçoit Patinier est d'un autre ordre que celui qui s'offre au spectateur dans la réalité. »

— Stiennon, Duchesne et Randaxhe 1988, p. 67-72

Son portrait se trouve dans Les Effigies des peintres célèbres des Pays-Bas de Dominique Lampson.

De par l'intensité de ses ciels, on parle parfois de « bleu Patinir »[1],[2].

Catalogue raisonné[modifier | modifier le code]

Traversée du monde souterrain (entre 1515-1524), huile sur bois, 103 × 64 cm (Musée du Prado, Madrid).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jorge Semprún, Le Mort qu'il faut, Paris, Folio,‎ 2001, 248 p. (ISBN 2-07-042454-5), p. 100
  2. cathygornik, « Le bleu de Patinir », sur culturedepochedotcom.wordpress.com,‎ 13 mai 2013 (consulté le 26 février 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]