Jo Gérard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérard.

Jo Gérard

Naissance
Anvers
Décès (à 86 ans)
Bruxelles
Nationalité Belge
Pays de résidence Belgique
Profession Historien

Jo Gérard était un historien et journaliste belge né à Anvers le et décédé à Bruxelles le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jo Gérard fit ses humanités au collège des jésuites à Anvers et obtint le diplôme de licencié en histoire à l'Université catholique de Louvain. Il exerça les professions de journaliste et d'historien vulgarisateur. Grand partisan de l'unité de la Belgique, il est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire de Belgique et sur la monarchie.

Jo Gérard avait, dans son adolescence, adhéré un temps au mouvement rexiste. Dès 1937, alors qu'il n'avait que 18 ans, il s'était cependant distancé du mouvement fondé par Léon Degrelle. Il signa d'ailleurs des articles dans La Libre Belgique clandestine sous l'Occupation, et effectua des missions pour le réseau Socrate.

Europe Magazine[modifier | modifier le code]

Fervent royaliste, issu d'un milieu conservateur, foncièrement anticommuniste, il fut un membre des plus actifs dans la rédaction d’Europe Magazine, un périodique regroupant plusieurs collaborateurs intellectuels de l'occupation[1]. Il s'en est cependant également distancié au début des années 1970, lorsque le magazine prit, sous le titre de Nouvel Europe Magazine, une coloration de plus en plus extrémiste, après l'arrivée à sa tête d'Emile Lecerf.

Opposé à Jo Gérard, Emile Lecerf était connu pour avoir été l'un des rédacteurs d'une revue collaborationniste durant l'occupation nazie de la Belgique [2] et ensuite dirigeant de plusieurs organisations d'extrême droite belge [3].

Jo Gérard fut également adhérant de l'Association Louis XVI-Belgique, section belge de l'association française du même nom, d'obédience maurrassienne, antilaïque et antiparlementaire, adepte de la célébration des contre-révolutionnaires vendéens[1]. Comme d'autres de ses membres, la présidente belge de cette association royaliste rejoindra le Front national belge [1] .

En 1964, dans Europe Magazine, Jo Gérard dressa un portrait élogieux du livre du négationniste français Paul Rassinier « Le drame des juifs européens », la conclusion de son article étant : « Qu’un million de Juifs aient péri de 1940 à 1945, voilà qui est assez abominable. Qu’il faille encore en rajouter à pareille hécatombe au moyen de faux documents, de témoignages d’une fragilité extrême, de statistiques outrageusement gonflées, que l’Etat d’Israël prétende être indemnisé de six millions de morts et qu’on se serve de ce chiffre totalement inexact à des fins politiques en Europe et platement financières à Tel-Aviv, voilà qui dépasse les limites. »[4].

Vulgarisateur historique[modifier | modifier le code]

Jo Gérard fut également chroniqueur sur Télé Bruxelles, et présentait des émissions de vulgarisation historique à la RTBF et sur RTL. Il écrivait également des articles historiques à destination des enfants dans le journal "Tremplin", largement diffusé dans les écoles du réseau libre catholique belge dans les années 1970. Certaines de ses publications sont signées Clio. Pendant quinze ans, il a écrit un édito très lu en première page de l'hebdomadaire gratuit "Belgique no 1" en signant Le Râleur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ces 2.000 ans qui firent l'Église, Promolivre
  • Le livre secret des Templiers, Promolivre
  • Ces 2.000 ans qui firent l'Europe, Promolivre
  • Les dames de Laeken, Gand, 1978
  • Télé-Bruxelles raconte Bruxelles
  • Les grands commis de Léopold II, Dessart, Bruxelles, 1942
  • Le prince de Ligne, Goemaere, Bruxelles, 1943
  • Une famille belge en Arabie saoudite, Arts et Voyages, Bruxelles, 1966
  • Charlemagne, un fameux gaillard, Bruxelles, 1967
  • Notre voisine allemande, Arts et Voyages, Bruxelles, 1968
  • Cette Chine, pilote de L'Asie, Reflets, Bruxelles, 1971
  • Vivre en Rhodésie, Reflets, Bruxelles, 1973
  • Quand la Belgique était bourguignonne, Paul Legrain, Bruxelles, 1974
  • Quand la Belgique était espagnole, Paul Legrain, Bruxelles, 1975
  • La Belgique sous l'occupation, Meddens, Bruxelles, 1975
  • La Belgique en 1900, Meddens, Bruxelles, 1975
  • La Belgique d'Albert Ier, Paul Legrain, Bruxelles, 1975
  • Quand la Belgique était autrichienne, Paul Legrain, Bruxelles, 1976
  • Quand la Belgique était française, Paul Legrain, Bruxelles, 1977
  • Rubens et son époque, Paul Legrain, Bruxelles, 1977
  • Europa 1900, Heideland-Orbis, Hasselt, 1977
  • Brueghel et son époque, Paul Legrain, Bruxelles, 1978
  • La mode 1830-1920, Meddens, Bruxelles, 1978
  • De mode 1830-1920, Heideland-Orbis,Hasselt, 1978
  • L'armée belge 1830-1980, Meddens, Bruxelles, 1978
  • Het Belgisch leger 1830-1960, Heideland-Orbis, Hasselt, 1978
  • Bruxelles 979-1979, Meddens, Bruxelles, 1978
  • Brussel 979-1979, Heidelberg-Orbis, Hasselt, 1978
  • Quand la Belgique était hollandaise, Paul Legrain, Bruxelles, 1978
  • Le transport 1830-1930, Meddens, Bruxelles, 1979
  • 150 ans de peinture, Paul Legrain, coll. 1830-1980, Bruxelles, 1979
  • Pourquoi pas toute l'histoire de Belgique ?, Vokaer, Bruxelles, 1980
  • Histoire des médecins belges, Wesmael-Charlier, Namur, 1981
  • Les éminences grises de Laeken, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1982
  • Cinq reines pour la Belgique, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1982
  • La grande aventure chinoise des Belges, Wesmael-Charlier, Namur, 1982
  • Ces belges qui firent 1830, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1982
  • Léopold III se tait, nous parlons, J.M. Collet, Bruxelles, 1983
  • La prodigieuse révolution belge de 1789, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1983
  • Chronique de la Régence, 1944-1950, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1983
  • La grande aventure militaire des Belges, Paul Legrain, Bruxelles, 1983
  • La libération, 1944-1945, Meddens, Bruxelles, 1984
  • Histoire amoureuse des Belges. 1. Des Gaulois aux Bourguignons. 2. Du XVe au XVIIIe siècle. 3. Du XIXe siècle à nos jours, Paul Legrain, Bruxelles, 1984
  • Histoire de la peinture belge des origines à nos jours, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1984
  • Le pharaon des Belges, Léopold II, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1984
  • Astrid en toute simplicité, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1985
  • La guerre des paysans : 1797-1798, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1985
  • Histoire de l'Église : du Christ à Jean-Paul II, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1985
  • Napoléon, empereur des Belges, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1985
  • Marie-Henriette, la lionne blessée, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1986
  • Belgique : années 60, Meddens, Bruxelles, 1986
  • Belgique : années 50, Meddens, Bruxelles, 1986
  • La sorcellerie et ses mystères en Belgique, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1986
  • Grands Wallons, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1986
  • Les Belges dans le monde, Meddens, Bruxelles, 1987
  • Marie-Thérèse, impératrice des Belges, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1987
  • L'épopée des Flamandes et des Flamands,SYNEDI, 1998 Préface de Jos Chabert
  • La franc-maçonnerie en Belgique, J.M. Collet, Bruxelles, 1988
  • Ces juifs qui firent la Belgique, J.M. Collet, Bruxelles, 1990
  • Les sociétés secrètes et leurs mystères, Bruxelles, 1991
  • La Belgique, martyre du Duc d'Albe, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1993
  • Isabelle, l'Infante qui sauva la Belgique, Jean-Marie Collet, Bruxelles, 1995
  • L'étrange histoire des animaux en Belgique, Jean-Marie Collet, Braine L'Alleud

2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Manuel Abramowicz, Les rats noirs : l'extrême droite en Belgique francophone, Bruxelles, L. Pire IWERF, coll. « Politique »,‎ 1996 (ISBN 2930088257, LCCN 97104115), p. 168
  2. Op. Cit. Manuel Abramowicz, Les rats noirs - L'extrême droite en Belgiquep. 225
  3. « Emile Lecerf, un chef de l’orchestre noir ? », article publié dans le mensuel belge Avancées, en mars 1999. Réédité ensuite sur le site belge RésistanceS.be http://www.resistances.be/tueurs4.html
  4. Jo Gérard, Le drame des Juifs européens, article publié dans Europe Magazine, no 1003, daté du 23-6 août au 1er septembre 1964, p. 6, cité par Manuel Abramowicz, in Extrême droite et antisémitisme en Belgique de 1945 à nos jours, éditions EVO, Bruxelles, 1993, page 64

Liens externes[modifier | modifier le code]