Joëlle Garriaud-Maylam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joëlle Garriaud-Maylam
Image illustrative de l'article Joëlle Garriaud-Maylam
Fonctions
Sénatrice des
Français établis hors de France
En fonction depuis le 1er octobre 2004
Élection 26 septembre 2004
Réélection 25 septembre 2011
Groupe politique UMP
Biographie
Date de naissance 20 mars 1955 (59 ans)
Lieu de naissance Maghnia (Drapeau de l'Algérie Algérie)
Diplômé de Université Charles de Prague
Université Yale

Joëlle Garriaud-Maylam est une femme politique française, sénatrice représentant les Français de l’étranger depuis 2004 et vice-présidente du groupe UMP au Sénat.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle est née le 20 mars 1955 à Marnia en Algérie. Après des études de lettres, langues et droit international elle part enseigner le français et la littérature française à 20 ans dans une université américaine (Antioch, Ohio) , repart un an avec une bourse du Ministère des Affaires étrangères étudier à l'Université Charles de Prague et retourne aux Etats-Unis à l'université de Yale avec une bourse de la Fondation Rotary.

De retour en France, elle commence une carrière de juriste international en banque, mais quitte son poste pour s'investir en 80-81 la campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing où elle est responsable de deux comités de soutien nationaux, Rapatriés d'Algérie et Anciens Combattants.

Ayant complété ses études (DEAs de Droit international et Etudes Anglo-Américaines) par une formation de 3e cycle en commerce international, elle travaille pour l'orfèvrerie Christofle avant de s'installer au Royaume-Uni à la suite de son mariage en 1985 avec Anthony F. Maylam, réalisateur et producteur de films.

Au Royaume-Uni, elle aidera son mari dans sa société de production et travaillera comme expert-consultant dans le domaine européen et responsable des affaires internationales auprès de différents organismes (London Business School, Conseil de l'Europe par exemple).

Elle a été auditeur de l'Institut des Hautes études de Défense nationale (IHEDN -50e session nationale) et des Etudes européennes de l'ENA (1re session).

Elle est Colonel de réserve (réserve citoyenne) et chevalière de la Légion d'honneur - insignes remises par le Président Jacques Chirac à l'Elysée en juillet 2002.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elle est élue en 1988 au Conseil supérieur des Français de l'étranger (CSFE[1]) où elle représente les Français du Royaume-Uni et de la République d'Irlande et réélue sans discontinuer jusqu'à son entrée au Sénat en septembre 2004. Elle est première vice-présidente du Conseil (la présidence revenant de droit au Ministre des Affaires étrangères) de 2000 à 2003.

Membre du Centre des Démocrates Sociaux et de l'UDF depuis 1979, elle rejoint l'UMP dès sa création en 2002.

En 1995 elle est élue par le groupe UDF pour être suivante de liste du sénateur sortant Xavier de Villepin. Elle cèdera cette 2e place au Sénateur sortant indépendant Hubert Durand-Chastel afin de constituer une liste d'union qui remportera 2 sièges.

Le 26 septembre 2004, elle est à la tête d'une liste UMP qui remporte 3 sièges sur les 4 réservés aux Français de l'étranger (les autres élus sur cette liste étant le sénateur sortant Christian Cointat et Christiane Kammermann). Elle est réélue le 25 septembre 2011, sur une liste d’union de la droite et du centre, avec Jean-Pierre Cantegrit, Christiane Kammermann et Louis Duvernois [2].

Au Sénat, elle est Secrétaire de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces Armées, membre de la Commission des Affaires européennes et Vice-présidente de la Délégation aux Droits des Femmes et à l'Égalité des chances entre les Hommes et les Femmes[3].

Elle est également Présidente déléguée des groupes sénatoriaux France-Afrique de l'Ouest (Sénégal) et France-Asie du Sud-Est (Birmanie).

Elle représente le Sénat à la Commission nationale pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), à la Commission pour l'élimination des mines anti-personnel (CNEMA). Elle est également membre du HCEFH (Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes depuis sa création en 2913? ) et du Conseil franco-britannique. Elle appartient au Bureau de la section française de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie et à l'Union interparlementaire.

Membre de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, (commission sur la dimension civile de la sécurité) elle en est rapporteur et a été chargée d'un rapport sur la Géorgie (adopté à l'unanimité en juin 2014) et d'un rapport sur le terrorisme qu'elle présentera à l'Assemblée générale de la Haye en novembre 2014.

Vice-Présidente du groupe UMP du Sénat, elle est membre du Bureau politique de l'UMP depuis 2005 et Conseillère politique de l’UMP depuis 2012.

Elle intervient régulièrement dans les médias, notamment anglophones (BBC, CNN ou France 24 anglais.)

Domaines de spécialisation[modifier | modifier le code]

Outre les dossiers spécifiques aux Français de l’étranger (scolarisation, protection sociale, fiscalité, sécurité, représentation institutionnelle et politique), elle s’investit particulièrement dans les domaines suivants :

Egalité des chances et défense des droits des femmes[modifier | modifier le code]

  • En 2005 elle dépose une proposition de loi visant à porter à 18 ans l'âge légal du mariage pour les jeunes filles afin de les protéger des mariages forcés, qui aboutira à la modification de l’article 144 du Code civil par la Loi n°2006-399 du 4 avril 2006[4]
  • En 2010, elle est rapporteur de la délégation des femmes du Sénat sur le projet de loi Copé/Zimmermann visant à une meilleure parité au sein des conseils d'administration des entreprises[5].
  • Elle œuvre également en faveur d’une meilleure gestion des divorces internationaux. A ce titre elle déposé en juillet 2011 une proposition de loi en faveur d’une agence pour le recouvrement des pensions alimentaires[6] – idée reprise par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2012. Elle a également été rapporteur de la Commission des Affaires étrangères sur l’accord franco-allemand instituant un régime matrimonial optionnel commun[7].
  • Pour la commission des affaires étrangères elle a rédigé en 2010 un rapport en vue de l’approbation de l’accord entre la France et la Roumanie relatif à une coopération en vue de la protection des mineurs roumains isolés sur le territoire français. Tout en estimant, qu’il ne fallait pas retarder encore l’entrée en vigueur de l’accord, elle émettait deux réserves quant à la suppression de l’intervention du juge pour enfants et l’importance de recueillir le consentement du mineur[8] . Le Conseil constitutionnel valida ses craintes en censurant cette loi[9].
  • La sénatrice Garriaud-Maylam a été rapporteur pour la ratification de la convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre les violences à l’égard des femmes et la violence domestique, dite Convention d'Istanbul[10].
  • Impliquée de longue date sur les questions d’adoption internationale, elle a notamment été rapporteur pour la ratification du traité franco-russe en matière d'adoption[11] et s’est engagé en soutien des familles adoptantes françaises au Mali[12].

Développement international[modifier | modifier le code]

De par son appartenance à la commission des affaires étrangères et son mandat d’élue des Français de l’étranger, la sénatrice Garriaud-Maylam est particulièrement impliquée sur les questions d’aide publique au développement.

Elle se bat notamment en faveur d’une meilleure prise en compte du rôle des femmes dans le développement, notamment par l’intégration d’une budgétisation sensible au genre au sein de l’APD[13].

Elle est ainsi intervenue au nom de la France au premier conseil d’administration d’ONU Femmes, l'organisme créé pour regrouper toutes les agences de l'ONU[14]. Elle rencontre régulièrement des organisations de femmes à l'étranger, de l'Afghanistan à l'Afrique, et y donne des conférences sur le rôle des femmes dans le développement de leurs pays et la bonne gouvernance.

Elle a toujours aussi beaucoup insisté sur l’importance de l’éducation des filles dans les pays en développement[15].

Défense[modifier | modifier le code]

Membre de la CNEMA, elle a milité pour l'élimination des armes à sous-munitions. Suite à un de ses articles sur le sujet, elle est chargée par la commission des affaires étrangères d'un rapport sur le désarmement[16]. Malgré les réticences de la commission à procéder à une recommandation d'interdiction de ses armes, elle continue à militer pour l'interdiction de ces armes aux côtés de Handicap International et participe à de nombreux débats internationaux sur le sujet. Elle se rend à Oslo pour la 1ère réunion qui lancera le processus d'interdiction et y retourne avec le ministre Bernard Kouchner en 2007 pour la signature de la Convention[17].

Elle est le co-auteur avec Michel Boutant d'un rapport sur réserves civiles et militaires[18], qui aboutira à la loi ° 2011-892 du 28 juillet 2011 tendant à faciliter l'utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise majeure (dont les décrets d'application sont toujours en attente de publication)[19]. Elle est par ailleurs Colonel de la réserve Citoyenne.

Lutte contre la corruption et éthique en politique[modifier | modifier le code]

Favorable au non-cumul des mandats électifs et à une limitation du cumul des mandats dans le temps, elle a déposé à plusieurs reprises des amendements en ce sens, notamment à l’occasion du débat sur la réforme de la représentation des Français de l’étranger[20].

Elle participe à des réunions internationales à ce sujet et est à l’origine d’une initiative parlementaire visant à créer une section française du GOPAC, l’organisation mondiale des parlementaires contre la corruption.

Rayonnement de la France et audiovisuel extérieur[modifier | modifier le code]

Rapporteur de la commission des affaires étrangères du Sénat pour le budget de l’audiovisuel extérieur (avec Yves Rome puis André Vallini), elle milite pour une meilleure prise en compte de l’apport de ces médias à notre diplomatie d’influence.

Elle a aussi été la première parlementaire a soulever le problème de l’accès à l’étranger, par Internet, aux programmes de la télévision publique française, ceux-ci étant largement bloqués[21].

En 2009, elle a créé le Prix du Rayonnement français, qui récompense chaque année des personnalités et initiatives françaises ou étrangères s’inscrivant dans un souci de préservation de notre patrimoine matériel ou immatériel à l’étranger, d’amélioration des connaissances sur notre présence outre-frontière, de développement de la francophonie ou de promotion des valeurs de démocratie, d’humanisme, d’entraide[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le CSFE est devenu AFE (Assemblée des Français de l’étranger) en 2004 : http://www.assemblee-afe.fr/
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_s%C3%A9natoriales_de_2011_repr%C3%A9sentant_les_Fran%C3%A7ais_%C3%A9tablis_hors_de_France
  3. http://www.senat.fr/senateur/garriaud_maylam_joelle04035d.html
  4. http://www.lemonde.fr/cgibin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=894643&xtmc=garriaud&xtcr=12 et http://www.lemonde.fr/cgibin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=894668&xtmc=garriaud&xtcr=13
  5. http://www.senat.fr/rap/r10-045/r10-0451.pdf
  6. http://www.atlantico.fr/decryptage/pensions-alimentaires-avec-creation-agence-recouvrement-3-milliards-euros-pourraient-etre-economises-etat-joelle-garriaud-maylam-961503.html
  7. http://www.senat.fr/rap/l11-650/l11-650.html
  8. http://www.senat.fr/rap/l09-315/l09-3151.pdf
  9. http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2010/2010-614-dc/decision-n-2010-614-dc-du-04-novembre-2010.50069.html
  10. http://www.senat.fr/rap/l13-436/l13-436.html
  11. http://www.senat.fr/rap/l13-176/l13-1761.pdf
  12. http://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140210581.html
  13. http://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120700217.html
  14. http://www.franceonu.org/la-france-a-l-onu/espace-presse/interventions-en-seance-publique/autres-instances/article/24-janvier-2011-premiere-reunion
  15. http://www.planfrance.org/actualites/news/rdv-le-11-octobre-a-paris-pour-effacer-les-obstacles-a-leducation-des-filles/
  16. http://www.senat.fr/notice-rapport/2006/r06-118-notice.html
  17. http://www.lemonde.fr/international/article/2007/02/24/paris-et-londres-se-prononcent-contre-les-bombes-a-sous-munitions_875829_3210.html
  18. http://www.senat.fr/notice-rapport/2010/r10-174-notice.html
  19. http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl10-194.html
  20. http://www.joellegarriaud.com/wp-content/uploads/2013/09/Amendement_NonCumul_Adopt%C3%A9.htm
  21. http://www.senat.fr/questions/base/2011/qSEQ110919993.html
  22. http://www.racinesfrance.com

Liens externes[modifier | modifier le code]