João Cabral de Melo Neto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

João Cabral de
Melo Neto

Description de cette image, également commentée ci-après

Statue de João Cabral de Melo Neto à Recife au Brésil.

Naissance 9 janvier 1920
Recife, Pernambouc, Drapeau du Brésil Brésil
Décès 9 octobre 1999 (à 79 ans)
Rio de Janeiro, État de Rio de Janeiro, Drapeau du Brésil Brésil
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture portugais brésilien
Genres

João Cabral de Melo Neto, né le 9 janvier 1920 à Recife et mort le 9 octobre 1999 à Rio de Janeiro, est un poète et diplomate brésilien. Il est lauréat du Prix Camões est le plus important prix littéraire du monde lusophone et lauréat du Neustadt International Prize for Literature. Il est membre de l'Académie brésilienne des lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère de l'historien Evaldo Cabral de Melo et cousin du poète Manuel Bandeira et du sociologue Gilberto Freyre, il est un ami du peintre Joan Miró et du poète Joan Brossa.

Il se marie deux fois, d'abord avec Maria Stella Barbosa de Oliveira, puis avec l'écrivaine Maria Marly de Oliveira.

Ses œuvres poétiques s'inscrivent dans la tendance surréaliste de la poésie populaire et régionaliste, mais sont caractérisées par leur rigueur esthétique et un lyrisme raffiné. Il décrit notamment la vie misérable des paysans de sa région natale et aride du Pernambouc.

Style[modifier | modifier le code]

Dans la poésie de João Cabral, on se voit quelques dualités antithétiques, forgées sans cesse avec un gôut pour le baroque. Entre espace et temps, entre dedans et dehors, entre massif et non massif, entre masculin et féminin, entre le desértique nord-est brésilien et l'Andalousie fertile ou entre la aussi desértique Caatinga et l'humide Pernambouc, avec ses plages et rivières. C'est une poésie qui cause un éloignement à qui attend une poèsie ému, étant donné que son travail est cérébral et lucide - en bref, marquée par la objectivité.

Bien qu'il y ait une tendance surréaliste dans quelques poémes - surtout dans les premières oeuvres, comme Pedra do Sono - João Cabral n'a pas besoin de la passion pour créer une atmosphère poétique, donc il n'a pas aucune tendance romantique. Cependant, le poéte construit son oeuvre en elaborant très lourdement les paroles. C'est par ce chemin qu'il manipule la perception, en utilisant mots concrets, relatifs au sens tactile.

Quelques mots fréquemment utilisés son: canne, pierre, os, squelette, dent, pointe, rasoir, couteau, faucille, lame. Choses solides et sensations tactiles: c'est la poésie du concret.

Accusé de communiste[modifier | modifier le code]

En 1952, quand le Parti Communist Brésilien était clandestin, João Cabral de Melo Neto fût accusé de créer une "cellule comuniste" dans le Ministère des Affaires Étrangères avec quatre collègues (entre lui, Antônio Houaiss). Ils furent retirés du travail pour le président Getúlio Vargas, mais ils réussirent à retorner après avoir recouru à la Cour suprême (Supremo Tribunal Federal). L'avocat dit que João Cabral n'était pas communiste, mais patriote.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Pedra do Sono (1942)
  • Os Três Mal-Amados (1943)
  • O Engenheiro (1945)
  • Psicologia da Composição com a Fábula de Anfion e Antiode (1947)
  • O Cão sem Plumas (1950)
  • Joan Miró (1950)
  • O Rio ou Relação da Viagem que Faz o Capibaribe de Sua Nascente à Cidade do Recife (1954)
  • Dois Parlamentos (1960)
  • Quaderna (1960)
  • A Educação pela Pedra (1966)
  • Morte e Vida Severina (1966)
  • Museu de Tudo (1975)
  • A Escola das Facas (1980)
  • Auto do Frade (1984)
  • Agrestes (1985)
  • Crime na Calle Relator (1987)
  • Primeiros Poemas (1990)
  • Sevilha Andando (1990)
  • Tecendo a Manha (1999)

Liens externes[modifier | modifier le code]