Jimmy Piersall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Jimmy Piersall Baseball pictogram.svg
Jimmy Piersall 1953.jpg
Champ centre
Frappeur droitier  Lanceur droitier
Premier match
7 septembre 1950
Dernier match
1er mai 1967
Statistiques de joueur (1950-1967)
Matchs 1734
Coups sûrs 1604
Coups de circuit 104
Points 811
Points produits 591
Moyenne au bâton 0,272
Équipes

James Anthony Piersall dit Jimmy Piersall, né le 14 novembre 1929 à Waterbury (Connecticut), est un ancien joueur américain de baseball qui évolua en Ligue majeure de baseball de 1950 à 1967.

Carrière[modifier | modifier le code]

Recruté en 1948 par les Boston Red Sox, Piersall effectue ses débuts en Ligue majeure le 7 septembre 1950.

Jimmy Piersall souffre de trouble bipolaire lui faisant commettre des actes étranges. Il discute ainsi avec le fantôme de Babe Ruth au Yankee Stadium lors d'un match joué sous l'uniforme des Red Sox. Il devient parfois violent contre ses adversaires, ses coéquipiers ou des supporters. Ses ennuis de santé sont chroniqués dans le livre coécrit avec Al Hirshberg, Fear Strikes Out qui est porté à l'écran en 1957. Anthony Perkins tient son rôle.

Malgré ces troubles qui apparaissent en 1952, Piersall est sélectionné deux fois en All Star (1954 et 1956) et termine 9e du vote du MVP de la saison en 1953.

Il passe des Red Sox aux Indians le 2 décembre 1958 et joue trois belles saisons à Cleveland. Il nécessite toutefois une attention continue de la part de l'encadrement et est échangé le 5 octobre 1961 aux Washington Senators. Il achève sa carrière de joueur chez les Mets puis les Angels.

Sa carrière de joueur achevée, Piersall devient manager en ligue mineure puis commentateur des matches des Chicago White Sox (1977-1981). Il est licencié car il reste incontrolable et certains de ses propos sont jugés choquants.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Russell Schneider, The Cleveland Indians Encyclopedia, Champaign (IL), Sports Publishing, 2004, notice biographique de Jimy Piersall, p.236-237

Lien externe[modifier | modifier le code]