Jimmy Knepper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Knepper.

Jimmy Knepper

Description de l'image  Jimmy Knepper.jpg.
Informations générales
Nom de naissance James M. Knepper
Naissance 22 novembre 1927
Los Angeles (Californie)
Décès 14 juin 2003
Triadelphia (Virginie de l'Ouest)
Genre musical Jazz
Instruments trombone
Années actives 1947-2003

Jimmy (James M.) Knepper était un tromboniste de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jimmy Knepper commence sa carrière en jouant dans les big bands de Freddie Slack (1947), Roy Porter (1948-1949), Charlie Spivak (1950-1951), Charlie Barnet (1951), Woody Herman et Claude Thornhill.

Entre 1957 et 1962, il est membre de plusieurs formations du contrebassiste Charles Mingus. La collaboration est particulièrement fructueuse... Même si le tromboniste doit parfois souffrir du caractère pour le moins excessif du leader. On peut entendre Knepper sur les albums The Clown, Tijuana Moods East Coasting, A Modern Jazz Symposium of Music and Poetry (1957), Blues & Roots, Mingus Ah Um, Mingus Dynasty (1959), Pre-Bird, Reincarnation of A Love Bird (1960), Tonight at noon (1961).

En 1962, alors qu'il se préparait pour un concert à New York, Knepper, frappé par le contrebassiste, perd un fragment de dent[1]. Cette blessure empêchera Knepper de jouer dans le registre supérieur de son instrument pendant plusieurs années. Mingus écope d'une peine avec sursis pour "Third-degree assault". Cette incident cèle la fin de la collaboration entre les deux hommes. Knepper jouera cependant de nouveau avec Mingus dans les années 1970[2]

Durant la même période 57-62, Knepper travaille aussi chez Stan Kenton (1959), Herbie Mann (en 1960, pour une tournée en Afrique), Gil Evans, Benny Goodman (en 1962, pour la fameuse tournée en URSS organisée par le Ministère des Affaires Étrangères). Il enregistre par ailleurs quelques albums sous son nom.

Fin des années 1960, il est essentiellement musicien "free lance". Il joue, entre autres, dans des orchestres accompagnant des comédies musicales de Broadway. De 1968 à 1974, il est membre du big band de Thad Jones et Mel Lewis. Durant la même période, il joue avec le Lee Konitz Nonet et le groupe Mingus Dynasty.

Dans les années 1980/90s, Knepper, de nouveau musicien "free lance", se produit essentiellement en Europe. Il est par ailleurs membre "régulier" de Mingus Dynasty.

Début 2000, il est atteint de la maladie de Parkinson. Il décède en 2003.

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

  • Jazz Workshop Presents: "Jimmy Knepper" - Debut (1957)
  • A Swinging Introduction to Jimmy Knepper (avec Bill Evans) - Bethlehem (1957)
  • Pepper Knepper Quintet (avec Pepper Adams) - Metrojazz (1958)
  • Cunningbird "Jimmy Knepper Quintet"- SteepleChase (1976)
  • Jimmy Knepper in L.A. - Inner City (1977)
  • Tell Me... - Daybreak (1979)
  • Primrose Path - HEP (1980)
  • First Place - Black Hawk (1982)
  • I Dream Too Much - Soul Note (1984)
  • Dream Dancing - Criss Cross (1986)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview donné à Lee Jeske of Down Beat magazine en 1981 : "[Mingus] just kind of slapped me in the mouth, [and the blow] just happened to break off my incisor"
  2. album Let My Children Hear Music (1971), concert au Carnegie Hall (1976), Cumbia And Jazz Fusion (1977), Something Like A Bird (1978) et Me, Myself An Eye (1978)