Jimmy Hogan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jimmy Hogan
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nom James Hogan
Nationalité Drapeau : Angleterre Anglais
Naissance 16 octobre 1882
Lieu Nelson (Angleterre)
Décès 30 janvier 1974 (à 91 ans)
Lieu Burnley (Angleterre)
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1900-1901 Drapeau de l'Angleterre Nelson  ? (?)
1901-1902 Drapeau de l'Angleterre Rochdale Town  ? (?)
1902-1905 Drapeau de l'Angleterre Burnley 50 (12)
1905-1908 Drapeau de l'Angleterre Fulham 4 (0)
1908 Drapeau de l'Angleterre Swindon Town 9 (9)
1908-1910
1911-1913
Drapeau de l'Angleterre Bolton Wanderers 54 (18)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1910-1911 Drapeau des Pays-Bas FC Dordrecht
1910 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
1912
1913-1914
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Austria Vienne
1914-1918 Drapeau de l'Autriche-Hongrie MTK Budapest
ca. 1920 Drapeau de la Suisse Young Boys
1924 Drapeau : Suisse Suisse
1924-1925 Drapeau de la Suisse Lausanne Sports
1925-1927 Drapeau de la Hongrie MTK Budapest
1928 Drapeau de l'Allemagne Dresdner SC
1931-1932 Drapeau de l'Autriche Austria Vienne
1932-1933 Drapeau de la France RC Paris
1933-1934 Drapeau de la Suisse Lausanne Sports
1934-1935 Drapeau de l'Angleterre Fulham
1936-1939 Drapeau de l'Angleterre Aston Villa
1948-1950 Drapeau : Écosse Celtic (adj.)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

James « Jimmy » Hongan, né le 16 octobre 1882 à Nelson (Angleterre) et mort le 30 janvier 1974 à Burnley, est un footballeur et entraîneur anglais d'origine irlandaise[1].

Il est considéré comme un entraîneur visionnaire pour son œuvre en Autriche, Hongrie et Suisse, inspirateur du jeu du onze d'or hongrois et du « football total » de Rinus Michels.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jimmy Hogan réalise une carrière de footballeur modeste, au poste d'attaquant, essentiellement en deuxième division anglaise, à Burnley, Fulham, avec lequel il atteint les demi-finales de la FA Cup en 1908, Swindon Town et Bolton Wanderers, avec lequel il accède à la première division en 1909.

En 1910, suite à une tournée réalisée aux Pays-Bas avec son club l'année passée et la relégation de son club en D2, il suspend son contrat de joueur pour travailler comme entraîneur au FC Dordrecht, un club néerlandais qui cherchait un entraîneur anglais. Ses méthodes et principes de jeu originaux interpellent, et lui valent d'être invité à diriger la sélection néerlandaise pendant un match en octobre 1910 contre l'Allemagne[2]. Il rentre ensuite à Londres où il reprend sa carrière de footballeur, d'autant que son club a retrouvé la première division.

En 1912, il est appelé par Hugo Meisl, le sélectionneur de l'Autriche, à le seconder dans la préparation de son équipe pour les Jeux olympiques de Stockholm, notamment en dirigeant l'équipe du FK Austria Vienne où évoluent nombre d'internationaux. Vainqueurs de l'Allemagne au premier tour, les Autrichiens sont éliminés en quart de finale par les Pays-Bas, futurs troisièmes. Reversés en tournoi de consolation, ils en atteignent la finale mais sont battus en finale par les Hongrois[3].

En 1913, alors qu'il a achevé sa carrière sportive, il déménage à Vienne, en Autriche, où il poursuit son travail auprès des clubs locaux et de la fédération autrichienne. Il s'y trouve toujours lorsque la Première Guerre mondiale éclate, ce qui lui vaut d'être retenu dans la ville en tant qu'Anglais, tandis que sa famille rentre en Grande-Bretagne. En 1916 il est transféré à Budapest, où les dirigeants du MTK Budapest FC souhaitent faire appel à ses services. Il y reconstruit une équipe décimée par la guerre, qui remporte le championnat en 1917 et 1918 en ne concédant qu'une seule défaite, et y découvre des talents tels que György Orth et József Braun (en). Suite à son passage, le MTK restera fidèle aux principes de jeu d'Hogan et conservera son titre chaque année jusqu'en 1925.

À la fin de la guerre il rejoint son pays. Sans poste et en difficulté financière, il sollicite la fédération anglaise de football -qui propose son assistance aux anciens joueurs de football- qui l'éconduit, arguant qu'il a passé la guerre en pays étranger. Il quitte alors le pays pour la Suisse et les Young Boys de Berne, où il semble être en responsabilité en 1920, quand le club remporte le championnat. Il reste dans le pays jusqu'en 1924, préparant l'équipe nationale suisse pour les Jeux olympiques de 1924 à Paris aux côtés de son compatriote Edward Duckworth, entraîneur du Servette de Genève, et d'Izidor Kürschner. Cette dernière réalise une grande compétition, éliminant la Tchécoslovaquie en huitième de finale, l'Italie en quart et la Suède en demi-finale, avant de s'incliner en finale face à l'Uruguay, la meilleure équipe du monde à l'époque.

Après la compétition, il dirige quelques mois Lausanne-Sport avant de retrouver le MTK Budapest en Hongrie, où il remporte le doublé coupe-championnat à son arrivée. En 1927, il accepte une proposition de la fédération de football d'Allemagne centrale et prend la direction du Dresdner SC, où il fait signer le buteur allemand Richard Hofmann. Son équipe atteint les demi-finales du championnat d'Allemagne en 1930.

Au début des années 1930, il assiste son ami Hugo Meisl dans sa charge de sélectionneur autrichien, quand l'équipe nationale autrichienne devient la fameuse Wunderteam. La sélection, qui déploie un jeu de passe d'une grande efficacité, remporte la Coupe internationale en 1932, avant d'atteindre les demi-finales de la Coupe du monde de football de 1934, où elle est battue par les hôtes italiens sur le plus petit des scores[4]. En 1932, Hogan rejoint la France et le Racing Club de Paris, qu'il dirige pour la première édition du championnat et où il fait venir les Autrichiens Rodolphe Hiden et Auguste Jordan. Puis il retourne la saison suivante à Lausanne-Sport.

En 1934, il fait son retour en Angleterre, d'abord à Fulham puis à Aston Villa, où ses méthodes originales - pour l'Angleterre - rencontrent un certain scepticisme, et finalement, peu de succès. Il décide alors de mettre un terme à sa carrière d'entraîneur, et se concentre par la suite sur la formation des plus jeunes joueurs. Il réalise de 1948 à 1950 une pige au Celtic FC, alors à la dérive, en tant qu'adjoint de Jimmy McGrory[5].

En 1953, le « Onze d'or hongrois » remporte un succès retentissant, en devenant la première nation du continent à battre la sélection anglaise sur son sol, sur le score de 6-3. À ce propos, le sélectionneur hongrois Gusztáv Sebes déclare : « Nous avons joué au football comme Jimmy Hogan nous l'a appris. Quand l'histoire de notre football sera racontée, son nom devra être écrit en lettres dorées. »[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jonathon Wilson, Inverting the Pyramid, Orion,‎ 2009 (ISBN 9781409102045), p. 27
  2. (en) MATCH: 16.10.1910 Netherlands - Germany 2:1, eu-football.info
  3. a et b (en) Football’s Greatest Managers: #1 Jimmy Hogan, The Equaliser
  4. (en) Hall of Fame Finalist: Jimmy Hogan – Austria, Hungary – and Fulham, Aston Villa and Celtic, lesrosbifs.net
  5. (en) Hogan, Jimmy - Right Man, Wrong Time, thecelticwiki.com

Liens externes[modifier | modifier le code]