Jim Flaherty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flaherty.
Jim Flaherty
Jim Flaherty, le 21 juin 2007
Jim Flaherty, le 21 juin 2007
Fonctions
37e Ministre des Finances
6 février 2006 – 18 mars 2014
(&&&&&&&&&&&029628 ans, 1 mois et 12 jours)
Premier ministre Stephen Harper
Prédécesseur Ralph Goodale
Successeur Joe Oliver
Biographie
Nom de naissance James Michael Flaherty
Date de naissance
Lieu de naissance Lachine, Québec, Canada
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Ottawa, Ontario, Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Parti politique Parti conservateur
Conjoint Christine Elliott
Enfant(s) 3
Profession Avocat

L'honorable James Michael Flaherty dit Jim Flaherty, C.P. (né le et mort le ) est un homme politique canadien, ministre des Finances au sein du gouvernement de Stephen Harper de 2006 à 2014.

De 1995 à 2005 il est député à l'Assemblée législative de l'Ontario pour la circonscription de Whitby-Ajax sous la bannière du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario. Il est un ministre sénior du cabinet au sein du gouvernement de Mike Harris, et il est candidat à deux reprises à la direction du Parti progressiste-conservateur, sans succès.

Flaherty remporte la circonscription fédérale de Whitby-Oshawa lors des élections fédérales du 23 janvier 2006 en tant que membre du Parti conservateur du Canada. Il remporta une victoire serrée contre la députée libérale sortante Judi Longfield, et représenta la circonscription en tant que ministre des Finances après la rentrée parlementaire. Le 3 mai 2006, il dépose le premier budget du Parti conservateur du Canada, depuis l'ère de Brian Mulroney. Lors de son budget déposé en février 2008, il annonce la création du CELI disponible pour tous les Canadiens dès janvier 2009. Il démissionne le 18 mars 2014, pour retourner au secteur privé[1].

Le , il succombe à une crise cardiaque[2].

Éducation[modifier | modifier le code]

Flaherty est né à Lachine, Québec. Il a fréquenté l'École secondaire Bishop Whelan et l'École secondaire Loyola à Montréal. Il possède un baccalauréat ès arts de l'Université de Princeton et il est diplômé en droit de l'Université York à Toronto.

Il pratique le droit, avant de commencer une longue carrière en politique, et fonde le cabinet d'avocats Flaherty Dow Elliott, devenu Flaherty Dow Elliott & McCarthy LLP, spécialisé en litiges d'accidents automobiles et de blessures personnelles.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1991, son épouse, Christine Elliott, donne naissance à des triplés (John, Galen et Quinn). Une méningite a rendu handicapé l'un des fils, ce qui a porté les deux parents à agir publiquement en faveur du soutien aux citoyens handicapés.

Carrière politique en Ontario[modifier | modifier le code]

Il s’est d’abord présenté pour un siège à la législature de l’Ontario dans l’élection provincial de 1990, finissant en troisième place contre le néo-démocrate Drummond White et le libéral Allan Furlong dans la circonscription de Durham Centre. Il s’est encore présenté et est élu à l’élection de 1995.

Il est nommé Ministre du Travail dans le cabinet de Mike Harris le 10 octobre 1997 et conserve ce poste jusqu’après l’élection de 1999. Il avait servi comme Solliciteur Général et Ministre des Services correctionnels par intérim du 27 avril au 27 juillet 1998.

Flaherty est réélu en 1999 dans la circonscription redistribué de Whitby-Ajax, et devient Procureur Général avec la responsabilité des Affaires autochtones le 17 juin 1999. Le 8 février 2001, il est assermenté comme Ministre des Finances et Vice-premier ministre de l’Ontario.

Campagne à la direction du Parti PC ontarien en 2002[modifier | modifier le code]

Flaherty s’est présenté pour succéder à Mike Harris dans la campagne à la chefferie du Parti Progressiste-Conservateur de l’Ontario en 2002. Cependant, Flaherty a perdu devant Ernie Eves, son prédécesseur comme Ministre des Finances.

Durant sa campagne, Flaherty a promu des mesures pour réduire les taxes et pour privatiser la Liquor Control Board of Ontario, parmi d’autres. Flaherty est resté dans le Cabinet de Eves, mais il est devenu Ministre de l’Entreprise, de l’Opportunité et de l’Innovation. Il a gardé ce poste jusqu’à la défaite électorale de Progressiste-Conservateur en 2003. Flaherty est réélu dans sa circonscription.

Carrière provinciale subséquente et deuxième campagne à la direction[modifier | modifier le code]

Suite à la défaite des Progressistes-Conservateurs, Eves a annoncé qu’il démissionnerait comme chef en 2004. Flaherty s’est déclaré candidat, mais a été défait par John Tory. Jusqu’en 2005, Flaherty a servi comme critique des finances dans le Cabinet fantôme de John Tory.

Il est alors très lié avec la famille de Rob Ford, son ami et maire de Toronto. Cela l'amènera à défendre ce dernier lorsque éclatera le scandale entourant la consommation de crack et de cocaïne de ce dernier, en 2013, provoquant des dissensions au sein du parti conservateur du Canada[3].

Ministre canadien des Finances[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

En décembre 2005, une élection générale est annoncée. Flaherty démissionne de son poste de député provincial en Ontario pour se présenter comme candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Whitby-Oshawa. Lors de l’élection de 2006, il remporte la circonscription contre Judi Longfield, députée libérale titulaire de l’époque.

La femme de Flaherty, Christine Elliott, se fait élire dans son ancienne circonscription provinciale lors d'une élection-partielle, remportant elle aussi la victoire sur Judi Longfield, qui s’était présentée comme candidate au niveau provincial après avoir perdu l’élection fédérale. Ceci marquait la première fois dans l’histoire canadienne que mari et femme remportaient simultanément la même circonscription au niveau fédéral et provincial[4].

Le 6 février 2006, Flaherty est assermenté en tant que ministre des Finances du Cabinet Conservateur de Stephen Harper. Il devient aussi ministre responsable pour la région de Toronto étant député de Whitby-Oshawa. En tant que ministre des Finances, il est aussi membre du bureau des gouverneurs de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international[5].

Taxes et dette fédérale[modifier | modifier le code]

En 2006, après avoir reçu son nouveau mandat comme Ministre des Finances du Canada, Flaherty était prêt à réduire la dette fédérale. Il se concentre aussi sur la réduction des taxes sur les contribuables. En effet, on estime que ses mesures ont réduit le fardeau fiscal d’une famille typique, en 2013, par 3 200 dollars par année. Ces mesures incluent :

  • Réduction de la TPS de 7% à 5%, mettant un montant de 1 000 dollars dans les poches d’une famille typique[6]. Cette mesure est toutefois critiquée comme une « mauvaise politique économique[7]»
  • Fractionnement des pensions pour les aînés[8]
  • Réduction du taux d’imposition des plus bas revenus de 15,5% à 15%[6]
  • Réduction du taux d’imposition des sociétés, qui devrait passer graduellement de 21% à 15% en 2015
  • Réduction du taux d’imposition des petites entreprises de 12% à 11%[9]
  • Introduction et amélioration de la Prestation fiscale pour le revenu de travail[10]

Les critiques signalent que, au lieu de simplifier le système d'imposition et de réduire le taux d'imposition pour tous les contribuables, il a introduit des mesures de réduction d'impôt ciblant des groupes de contribuables à des fins électorales[7].

Régime enregistré d'épargne-invalidité[modifier | modifier le code]

Dans le budget 2007, Flaherty annonce la création d’un Régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI). Le REEI est un régime d'épargne à long terme destiné à aider les Canadiens handicapés et leur famille à économiser pour l'avenir[11]. Le REEI ressemble énormément aux autres régimes d’épargnes, le REER et le REEE, et est destiné à assurer la sécurité pour les gens souffrant d’une invalidité. Le gouvernement aide ces familles en contribuant à travers des subventions et des bons qui viennent compléter les contributions[12].

Compte d'épargne libre d'impôt[modifier | modifier le code]

Dans le budget de 2008, Flaherty introduit le Compte d’épargne libre d’impôt (CELI), un instrument d’épargne enregistré, souple et d’usage général, qui permet aux Canadiennes et aux Canadiens de gagner un revenu de placement libre d’impôt afin de combler plus facilement leurs besoins d’épargne tout au long de leur vie. Chaque année depuis 2009, tout Canadien âgé de 18 ans et plus accumule un droit de cotisation au compte d’épargne de 5 500 $ par année[13].

Le CELI, qui prend effet le 2 janvier 2009, est très différent du Régime enregistrée d’épargne-retraite (REER). Les cotisations à un REER sont déductibles d’impôt, mais les retraits s’ajoutent au revenu et sont imposés au taux en vigueur. Les cotisations versées dans un CELI ne donnent droit à aucune déduction d’impôt, mais les cotisations et le revenu de placement ne sont pas imposés au moment du retrait. Contrairement à un REER, qui doit être converti en revenu de retraite au plus tard à 71 ans, il n’y a aucune exigence de retrait minimum d’un CELI[14].

En créant le CELI, Jim Flaherty déclare « Le compte d’épargne libre d’impôt est l’instrument d’épargne personnelle le plus important depuis l’introduction du régime enregistré d’épargne-retraite »[15]. Selon un sondage de la Banque CIBC réalisé par Harris/Decima, près d'un Canadien sur deux affirme détenir un compte d'épargne libre d'impôt (CELI)[16].

Toutefois, ces mesures fiscales profitent surtout aux contribuables les plus fortunés. La pensée sous-jacente étant que le fait de diminuer les impôts et les taxes pour les grandes entreprises et les plus riches leur permettra d'investir dans l'économie. Or, ces derniers, au Canada comme dans les autres économies qui ont utilisé les mêmes outils fiscaux, plutôt que d'investir, spéculent. Ainsi, les organismes de statistiques nationales indiquent que les grandes entreprises n'ont jamais, dans l'histoire documentée, détenu autant de capitaux. Il en résulte qu'au Canada, depuis que Jim Flaherty est ministre des finances, le taux de pauvreté infantile a augmenté de 12% .

Position sur le fractionnement du revenu[modifier | modifier le code]

Une des promesses des Conservateurs est d'introduire le principe du fractionnement du revenu qui permettrait aux contribuables de payer l'impôt sur le revenu combiné du foyer. Cette mesure devait être annoncée lors de l'atteinte de l'équilibre budgétaire. Or, lors de la présentation du budget de 2014, Flaherty signale que cela n'est qu'une option parmi d'autres, ce qui crée un malaise et des tensions dans les rangs conservateurs[17]

Récession de 2008[modifier | modifier le code]

En 2008, le monde entrait dans une des plus grandes crises économiques depuis la Grande Dépression. Heureusement, le Canada était le dernier pays à entrer dans la récession. Ceci était largement dû au fait que le Canada a un système bancaire fort et n’était pas affecté par un haut niveau de dette de l'État, comme c’était le cas aux États-Unis. Donc, le Canada n’était pas affecté par l’intérieur, mais plutôt par ses échanges transfrontaliers avec les États-Unis. De plus, le Canada avait des prix élevés de produits de base, ce qui a poussé l’économie jusqu’en juin 2008[18]. En décembre 2008, la Banque du Canada annonce officiellement que le Canada est entré en récession[19].

Après un premier budget, en décembre 2008, qui ignorait complètement la récession imminente, et qui provoqua une motion de censure de la part de l'Opposition, Flaherty réajuste son orientation et dépose en février 2009 un Plan d’action économique de type keynésien qui prévoit 40 milliards de dollars en stimulus et 20 milliards de dollars en réduction d’impôt sur le revenu[7]. Ce stimulus incluait des investissements majeurs en infrastructures, dans le but de renforcer l’économie canadienne. Ces mesures étaient essentielles pour réduire les effets de la Grande Récession[20]. Le Canada est ainsi sorti de la récession, comme le confirme la Banque du Canada le 23 juin 2009[21]. Depuis la sortie de la Grande Récession, les mesures de Flaherty ont créé « plus d’un million d’emplois net. »[22]

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

En 2009, Flaherty est nommé « ministre des Finances de l'année » par un influent magazine économique européen, EUROMoney, pour avoir agi rapidement face à la récession[23]. Selon les analystes, Flaherty a « rehaussé la réputation de son pays en matière de politique fiscale prudente, qui prend en compte la justice sociale, en maintenant un régime régulatoire fort qui a gardé le secteur financier hors du chaos de la récession[24]. » Depuis la création du prix en 1981, Flaherty est le seul ministre des Finances du Canada à avoir reçu cet honneur.

Pièce d'un cent[modifier | modifier le code]

Avec le Plan d’action économique de 2012, Flaherty annonce que, en février 2013, le gouvernement procèdera à l’élimination graduelle de la pièce monétaire d’un cent. Le coût de production pour chaque pièce était de 1,6 cent, ce qui excédait la valeur nominale de la pièce par 0,6 cent. Cette élimination représente une épargne de 11 million de dollars par année. Même si Flaherty a permis d'éliminer la circulation de la pièce d’un cent, cette pièce peut toujours être utilisée dans les transactions avec les entreprises qui l'acceptent[25],[26].

Héritage[modifier | modifier le code]

Jim Flaherty se situe présentement en 5e position pour la longueur de mandat comme Ministre des Finance du Canada. Il est en 3e position lorsqu’on le compare aux Ministres des Finances qui étaient Conservateurs, derrière George Foster et Thomas White. Il est le seul Ministre des Finances Conservateur à avoir passé un budget dans un gouvernement minoritaire. Les autres gouvernements Conservateurs ont soit passé un budget en situation majoritaire, soit ont été défaits sur un budget minoritaire[27].

Il est aussi le seul Ministre des Finances qui soit resté en poste aussi longtemps dans un gouvernement en situation minoritaire dans l’histoire du Canada. Il est le seul ministre qui est maintenu son portefeuille jusqu'en 2014, depuis que les Conservateurs ont pris le pouvoir en 2006[28],[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jim Flaherty démissionne », sur actualites.ca.msn.com le 13 mars 2014.
  2. « Jim Flaherty est mort », sur Radio-Canada le 10 avril 2014.
  3. « Querelle chez les ministres conservateurs à propos de Rob Ford », sur Radio-Canada le 14 décembre 2013.
  4. (en) « Former MPP's wife wins seat for conservatives », sur Canada.com le 31 mars 2006.
  5. « About Jim », sur www.jimflahertymp.ca
  6. a et b http://www.theglobeandmail.com/news/national/tories-offer-gst-income-tax-cuts/article791453/email/?service=mobile
  7. a, b et c (en) THe Globe and Mail, 19 mars 2014, A mixed legacy for the Conservatives’ only finance minister
  8. http://www.financialpost.com/scripts/story.html?id=b5d42a47-1f57-45b3-ad25-fcefb9ac0d0e&k=73649
  9. http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/rob-commentary/proof-is-in-the-numbers-for-flahertys-corporate-tax-cuts/article621524/
  10. http://www.cbc.ca/news/business/story/2006/11/23/econupdate.html
  11. http://www.servicecanada.gc.ca/fra/gdc/reei.shtml
  12. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2008/12/23/003-regime-epargne-invalidite.shtml
  13. http://www.celi.gc.ca/
  14. http://princearthurherald.com/fr/affaires-2/reer-celi-quel-est-le-bon-vehicule-pour-votre-epargne
  15. http://www.celi.ca/bye-bye-nuage-welcome-celi/
  16. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/08/27/010-celi-sondage-canada.shtml
  17. (en) The Globe and Mail, 14 février 2014, Tories having second thoughts on income-splitting pledge
  18. http://www.rbc.com/investorrelations/pdf/presentation04292008.pdf
  19. http://web.archive.org/web/20081217012645/http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5ia5C99Ii_uqnHOU7Jladal5X55qA
  20. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/budget/federal2009/apres/faitsSaillants.shtml
  21. http://www.thestar.com/business/2009/07/23/bank_declares_recession_over.html
  22. http://www.fin.gc.ca/n13/13-090-fra.asp
  23. http://www.ledevoir.com/politique/canada/270511/jim-flaherty-ministre-des-finances-de-l-annee
  24. http://www.euromoney.com/Article/2297318/Finance-minister-of-the-year-Jim-Flaherty-Canada.html
  25. http://www.fin.gc.ca/1cent/toolkit-boite-a-outils-fra.asp
  26. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/07/31/001-fin-cenne-noire-date-fixee-4-fevrier-2013.shtml
  27. http://www.hilltimes.com/news/news/2013/07/29/flaherty-gains-more-power-influence-as-vice-chair-of-priorities-and-planning/35451?page_requested=2
  28. http://www.theglobeandmail.com/news/national/flaherty-spurns-retirement-rumours/article12404297
  29. http://www.fin.gc.ca/comment/minfin-eng.asp

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Jim Flaherty Suivi par
Parti liberal du Canada

Judi Longfield

Député de Whitby-Oshawa
2006-2014
-