James Bowie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jim Bowie)
Aller à : navigation, rechercher
James Bowie c. 1820

Rezin Bowie dit James (Jim) Bowie (10 avril 17966 mars 1836) est un pionnier américain et soldat, qui a joué un grand rôle au XIXe siècle dans la Révolution du Texas, culminant avec sa mort à la bataille de Fort Alamo. Les histoires innombrables à son sujet font de lui un bagarreur et un homme de la Frontière, à mi-chemin entre la réalité et la fiction ; il est ainsi devenu une figure légendaire dans l'histoire du Texas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Contrebandier et duelliste[modifier | modifier le code]

Un couteau Bowie.

Né dans le Kentucky, Bowie passa la plus grande partie de sa vie en Louisiane, où il fut élevé et se livra plus tard à des spéculations foncières. James Bowie a d'abord fait fortune dans la contrebande d'esclaves, qui s'est développée après 1807 lorsque le Congrès des États-Unis a interdit les traites négrières. Il devint avec son frère John Bowie l'un des principaux clients du pirate Jean Lafitte qui s'était installé dans l'embouchure du Mississippi, profitant du statut encore vague de la Louisiane après son rachat à la France en 1803[1].

Sa réputation commença en 1827 avec le fameux « Combat sur le banc de sable ». Cette affaire, qui avait commencé par un duel entre deux autres hommes, dégénéra en une mêlée au cours de laquelle Bowie, blessé d'une balle et atteint d'un coup de poignard, tua avec son grand couteau le shérif de la paroisse des Rapides. Cet épisode, ainsi que d'autres prouesses réalisées par Bowie avec ce couteau, eurent pour résultat la vaste popularité du couteau Bowie.

Révolution du Texas et Fort Alamo[modifier | modifier le code]

Mort de James Bowie à Fort Alamo. Illustration de Charles Stephens, 1898.

Ce qui scella la réputation de Bowie, ce fut son rôle dans la Révolution du Texas. Après s'y être installé, en 1830, il était devenu citoyen mexicain et avait épousé la fille du vice-gouverneur de la province. Sa gloire au Texas s'accrut à la suite de son expédition manquée pour retrouver une mine perdue légendaire, car le petit groupe qu'il commandait repoussa l'attaque d'une importante troupe d'Indiens. Quand éclata la Révolution du Texas, Bowie rejoignit la milice texane, en commandant des forces à la bataille de Concepcion et la bataille dite de l'Herbe. En janvier 1836, il arriva à Fort Alamo, où il dirigea les troupes d'aventuriers attirés par la promesse d'une distribution de terres équivalente à 19 km² par individu jusqu'à ce qu'une maladie l'eût cloué au lit. Il mourut le 6 mars avec les autres défenseurs d'Alamo. En dépit des récits contradictoires sur sa mort, le plus répandu (et probablement le plus véridique) affirme qu'il fut tué sur son lit, appuyé contre le mur, se défendant avec ses pistolets et son fameux couteau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wallace O. Chariton, Exploring the Alamo Legends, Plano, Republic of Texas Press,‎ 1992 (ISBN 978-1-55622-255-9)
  • (en) J.R. Edmondson, The Alamo Story-From History to Current Conflicts, Plano, Republic of Texas Press,‎ 2000 (ISBN 978-1-55622-678-6, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Clifford Hopewell, James Bowie Texas Fighting Man: A Biography, Austin, TX, Eakin Press,‎ 1994, 1e éd. (ISBN 978-0-89015-881-4, lien LCCN?)
  • (en) Bill Groneman, Alamo Defenders, A Genealogy: The People and Their Words, Austin, Eakin Press,‎ 1990 (ISBN 978-0-89015-757-2, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Bill Groneman, Eyewitness to the Alamo, Plano, TX, Republic of Texas Press,‎ 1996, poche (ISBN 978-1-55622-502-4, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Frank W. Jennings, San Antonio:The Story of an Enchanted City, San Antonio, San Antonio Express-News,‎ 1998, 1e éd. (ISBN 978-1-890346-02-7, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) William Kennedy, Texas: The Rise, Progress, and Prospects of the Republic of Texas, R. Hastings,‎ 1841 (lire en ligne)
  • (en) Albert A. Nofi, The Alamo and the Texas War of Independence, September 30, 1835 to April 21, 1836: Heroes, Myths, and History, Conshohocken, Combined Books, Inc.,‎ 1992, 1e éd. (ISBN 978-0-938289-10-4, lien LCCN?)
  • (en) Joseph Joshua Peatfield et Hubert Howe Bancroft, Henry Lebbeus Oak, William Nemos, History of the North Mexican States, A.L. Bancroft and Company,‎ 1889 (lire en ligne)
  • (en) Edward S. Sears, Mody C. Boatright (éditeur) et Donald Day (éditeur), From Hell to Breakfast, Denton, TX, University of North Texas Press,‎ 2000 (ISBN 1574410997)
  • W. F. Gray, from Virginia to Texas (Houston: 1965),

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. http://www.wtblock.com/wtblockjr/slavetra.htm