Jim Abbiss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jim Abbiss

Naissance Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Producteur
Activités annexes Ingénieur du son
Instruments clavier
Années actives Depuis 1986

Jim Abbiss est un producteur britannique, notamment connu pour son travail auprès de Kasabian, Arctic Monkeys (Mercury Music Prize pour Whatever People Say I Am, That's What I'm Not) et Adele (Grammy Award de l'album de l'année avec 21).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jim Abbiss commence sa carrière en jouant du clavier avec le groupe The Pleasure Heads en 1986. Il effectue son premier travail derrière la console aux studios Spaceward, près de Cambridge, sous la direction de l'ingénieur du son et producteur Owen Morris (Oasis, Ash). Il devient assistant ingénieur aux studios Power Plant, à Londres en 1988 et remixe de nombreuses sessions au cours de la vague acid house. Deux plus tard, il se joint à Steve Hillage et participe ainsi au premier album de Björk, à Protection de Massive Attack et la musique de Roméo + Juliette. Ces collaborations lui permettent de travailler ensuite avec James Lavelle et DJ Shadow, sur le remixage de Bitter Sweet Symphony (The Verve), de Psyence Fiction (UNKLE), avant de coproduire Becoming X de Sneaker Pimps et le premier album de Mono.

Il travaille alors avec des artistes tels que Stateless (Stateless), Bombay Bicycle Club (I Had the Blues But I Shook Them Loose), Kasabian (Kasabian et Empire), Editors (The Back Room), Noisettes (Wild Young Hearts), The Temper Trap (Conditions). Grâce à Kasabian, il connaît ses premières nominations avant d'être récompensé du Mercury Music Prize pour Whatever People Say I Am, That's What I'm Not de Arctic Monkeys[1], puis du Grammy Award de l'album de l'année en 2010 pour 21 d'Adele.

Principales productions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


  1. (en) « Growing up in a Glasgow music studio helped hone songwriting skills », Daily Record,‎ 12 février 2010 (lire en ligne)