Jill Johnston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jill Johnston

alt=Description de l'image Silhouette-personne.svg.
Nom de naissance Jill Crowe
Activités Journaliste, critique d'art et auteure
Naissance 17 mai 1929
Londres
Décès 18 septembre 2010 (à 81 ans)
Langue d'écriture Anglais

Jill Johnston (17 mai 1929 – 18 septembre 2010) était une journaliste, critique d'art et auteure américaine. Elle est notamment connue pour avoir énergiquement soutenu l'émergence du Judson Dance Theater et, plus largement, de la postmodern dance américaine dans les pages du journal The Village Voice, pour lequel elle écrivit des années durant. Plus tard engagée dans le mouvement séparatiste lesbien des années 1970, elle a gagné une notorité international en publiant Lesbian Nation en 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jill Crowe, de son nom de naissance, est née en Angleterre, à Londres en 1929. Les parents, Olive Marjorie Crowe, infirmière, et Cyril F. Johnston, fondeur de cloches, ne se sont jamais mariés et se sont séparés peu de temps après la naissance de Jill. Elle a été élevée par sa mère à Long Island, près de New York.

Jill Johnston est diplômée de l'University of North Carolina. Elle envisage d'abord de devenir danseuse et se familiarise avec l'univers de la danse moderne en prenant des cours avec le chorégraphe José Limón.

En 1958, à l'âge de 29 ans, elle épouse Richard Lanham, avec lequel elle a eu deux enfants, avant de divorcer en 1964. En tant que critique de danse pour le Village Voice et pour Art News (entre 1960 et 1966), elle accompagne l'ébullition sociale et artistique new-yorkaise des années 1960. Très tôt, elle s'enthousiasme pour le renouvellement de la danse qu'elle voit poindre dans le travail de Merce Cunningham. Supportrice de la première heure, elle assiste à l'émergence de la danse postmoderne au sein du Judson Dance Theater, collectif informel de chorégraphes, de danseurs et d'artistes. Ses articles, au style très libre, font connaître le travail d'Yvonne Rainer, Steve Paxton, Trisha Brown, Deborah Hay ou Lucinda Childs. Alors que la plupart des critiques refusent de reconnaître cela comme de la danse, elle s'enthousiasme pour ce nouveau courant chorégraphique rejettant la théâtralité, la narration et l'émotion en danse pour privilégier un retour au mouvement "pur", au mouvement naturel et quotidien. Pour Johnston, le Judson Dance Theater célèbre "l'héroïsme de l'ordinaire"[1]. Son analyse, fine et précise, a permis de garder trace de danses par essence éphémères qui, pour la plupart, n'ont pas été filmées. Selon l'historienne de la danse Sally Banes, "Jill Johnston est importante pour l'histoire de la danse moderne non seulement parce que ses écrits nous offrent un aperçu extrêmement vivant de la danse d'avant-garde new-yorkaise durant les années 1960 [...], mais aussi en raison de son type d'écriture. Championne de l'avant-garde - non seulement en danse mais dans tous les domaines artistiques, [...] Johnston a opté pour des sujets, un langage, et une structure qui ont profondément influencés toute une génération de critiques et de chorégraphes ayant affiné leur connaissance de la danse à travers ses écrits[2]". En effet, prenant acte que désormais vie et art ne font qu'un, elle adopte un style d'écriture très oralisé, décontracté, direct. Elle n'hésite pas à raconter des bribes de sa propre vie dans une critique de spectacle, en vue d'avoir une approche la plus honnête et authentique possible. Ses critiques ont été rassemblées dans l'ouvrage Marmalade Me, publié en 1971[3].

Au contact des artistes du Village et de leur style de vie très libre, elle s'émancipe peu à peu de son éducation protestante[4]. Elle se découvre lesbienne, et, après son divorce, s'installe avec Lucinda Childs[5].

En proie à des crises de dépression extrêmement violentes, en 1969 elle choisit de suivre une thérapie avec Ronald Laing, psychiatre alternatif. Suite à cela, elle organise une table-ronde intitulée "La désintégration de la critique". Puis, elle arrête d'écrire sur l'art et la danse pendant de nombreuses années. Elle rebaptise sa chronique dans le Village Voice "Jill Johnston" et adopte une écriture plus intimiste et politique.

Au début des années 1970, elle commence à se revendiquer lesbienne et féministe radicale. Son radicalisme effraye parfois des féministes plus modérées car elle n'hésite pas à utiliser le happening politique pour dénoncer la bien-pensance. Elle fait son véritable coming out de lesbienne et de féministe radicale en publiant Lesbian Nation en 1973. Son ouvrage sans concessions déclenche une controverse tant dans le grand public que parmi les féministes. En effet, Johnston voit le lesbianisme comme un acte politique. Selon elle, la sexualité étant un espace où se jouent nombre des oppressions subies par les femmes, coucher avec des hommes c'est pactiser avec l'oppresseur.

En 1980, elle rencontre Ingrid Nyeboe qu'elle épousera au Danemark en 1993.

Performances[modifier | modifier le code]

Jill Johnston a dit: "En tant que critique je n'ai jamais adopté un regard froid et détaché. Je ne voyais pas pourquoi ce rôle devait m'interdire des activités qui impliquaient ceux que je critiquais[6]".

  • Le 4 mars 1963, elle réalise une "Dance-Lecture-Event" à la Judson Memorial Church, fief du Judson Dance Theater. Elle performe avec Henry Geldzahler et Red Grooms.
  • En 1963, elle apparaît dans un court-métrage d'Andy Warhol, intitulé Jill and Freddy Dancing, qui la montre dansant avec le danseur et chorégraphe Freddy Herko, membre du Judson Dance Theater, sur le toit de l'immeuble de l'artiste Wynn Chamberlain, devant le paysage constitué par la Manhattan skyline.
  • En 1964, elle improvise une performance avec Yvonne Rainer à la Washington Square Gallery de New York[7]. Il ne reste de cet évènement que quelques photographies de Peter Moore.
  • En 1966 au Buffalo Festival of the Arts elle réalise une conférence-performance avec le sculpteur minimaliste Robert Morris.

Activisme féministe et lesbien[modifier | modifier le code]

Dans ses mémoires, Betty Friedan raconte qu'en 1970, alors qu'elle délivre une conférence féministe sur l'histoire des femmes (destinée à lever des fonds pour le mouvement des femmes) dans le jardin d'une maison chic, à côté d'une piscine, Johnston a sauté torse nu dans l'eau et s'est mise à nager[8].

Plus tard, en 1971, Johnston est conviée à une assemblée publique sur le féminisme à New York, en compagnie de Germaine Greer, Jacqueline Ceballos, Diana Trilling et du très contesté Norman Mailer, qui vient de publier un livre critiqué pour son anti-féminisme, Prisonnier du sexe. Johnston choisit de faire une sorte de happening, lançant à l'assemblée: "Toutes les femmes sont des lesbiennes sauf celles qui ne le savent pas encore". Alors que Mailer demande à l'assistance si on devrait la laisser continuer, une amie de Johnston surgit sur l'estrade et les deux femmes commencent à s'embrasser, au grand dam de Mailer. Puis une troisième femme les rejoint, et elles roulent sur le sol pour mimer un rapport sexuel[9]. Filmé, le happening est inclus dans le documentaire de Chris Hegedus et D.A. Pennebaker, intitulé Town Bloody Hall (1979)[10]. Sans concession et stimulante, cette performance politique, qui fait penser aux modes d'intervention adoptés plus tard par Act Up, a fortement marqué les esprits.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Jill Johnston:

  • Marmalade Me (1971; republié en 1998) anthologie des critiques de danse publiées dans leVillage Voice
  • Lesbian Nation: The Feminist Solution (1973)
  • Gullible's Travels (1974)
  • Mother Bound (1983) - autobiographique
  • Paper Daughter (1985) - autobiographique
  • Secret Lives in Art (1994) - essais sur la littérature, la performance et les arts visuels
  • Jasper Johns (1996) - biographie critique de l'artiste
  • Admission Accomplished: the Lesbian Nation years (1970–75) (1998) - anthologie de textes
  • At Sea On Land: Extreme Politics (2005)
  • England's Child: The Carillon and the Casting of Big Bells (2008) Biographie de son père, Cyril F. Johnston, principal fondeur de cloches d'Angleterre durant la première moité du XXe siècle.

Sur Jill Johnston:

  • Sally Banes, "Jill Johnston: Signaling Through the Flames", in Writing Dancing in the Age of Postmodernism, Hanover, Wesleyan University Press.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jill Johnston, "Judson Concerts #3, #4", Village Voice, 28 février 1963, p. 9.
  2. Sally Banes, "Jill Johnston: Signaling Through the Flames", in Writing Dancing in the Age of Postmodernism, Hanover, Wesleyan University Press, p. 3
  3. Jill Johnston, Marmalade Me, E.P. Dutton, New York, NY, 1971.
  4. Sally Banes, Greenwich Village 1963. Avant-Garde, Performance, and the Effervescent Body, Duke University Press, 1993, pp. 71-72.
  5. Susan Manning, Modern Dance Negro Dance: Race in Motion, University of Minnesota Press, 2004, p. 201
  6. Johnston, Jill, "A Criticism of Outrage", in Wendy Perron (dir.), Judson Dance Theater: 1962-1966, Bennington, Bennington College, 1981, p. 12.
  7. Yvonne Rainer, Feelings are Facts. A Life, Cambridge Mass., MIT Press, 2006, pp. 292-293.
  8. Betty Friedan, Life So Far: A Memoir, Simon & Schuster, 2000, p. 236.
  9. http://articles.latimes.com/2010/sep/26/local/la-me-jill-johnston-20100926
  10. http://www.rottentomatoes.com/m/town-bloody-hall/

Liens[modifier | modifier le code]