Jiaozi (monnaie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jiaozi (homonymie).
Jiaozi datant de l'époque Song sur lequel est mentionné que ce billet « représente l'équivalent de 77 000 wens en métal ».

Jiaozi (chinois : 交子 ; pinyin : jiāozǐ) est le nom d'une forme de billet de banque qui apparaît vers la fin du Xe siècle à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, en Chine.

Certains numismates le considère généralement comme la première forme de monnaie en papier dans l'Histoire[1], développée sous la dynastie Song (960 - 1279).

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première expérience de monnaie-papier fut imprimée plus tôt, sous le règne de l'empereur Wuzong (841-846) de la dynastie Tang, et fut appelée « monnaie volante », mais elle n'eut pas de cours légal. Puis, sous la dynastie Liao, l'armée commence à utiliser pour ses propres besoins des titres fiduciaires en papier. Le mécanisme financier repose sur le principe du billet à ordre.

Les premiers billets sont imprimés à l'encre noire, à partir de matrice en bois ou en bronze, sur du papier coloré (jaune ou rose). Divers sceaux à l'encre rouge sont apposés sur le document afin de le certifier. Les montants pouvaient aller de 1 à 50 kwan et les dimensions de la feuille variaient de 15 x 20 cm à 22 x 33 cm. Les motifs, imprimés sur une seule face, comportent dans des encadrements essentiellement des idéogrammes, ainsi que des représentations d'animaux, de végétaux, et parfois des activités humaines (comme le transport de marchandises) et au centre du billet, le sycee, censé donner l'équivalent en espèces métalliques. Le sens de lecture n'est pas celui du format chéquier des billets modernes, mais bien celui d'une page de livre.

La dynastie Song, au nord de la Chine, autorise vers la fin du Xe siècle, l'utilisation du jiaozi, pour les règlements entre personnes privées. Pour combattre les contrefaçons, le jiaozi est imprimé et recouvert de plusieurs sceaux bancaires. Au cours du XIe siècle et du XIIe siècle, le gouvernement impérial des Song du Sud supprime le jiaozi et décide d'émettre ses propres titres officiel de paiement appelé huizi (chinois : 会子) et de montants plus importants. D'autres régions commencent à imiter ce procédé qui, bientôt, s'étend aux autres provinces sous la dynastie Yuan qui en fait alors un usage intensif.

Les valeurs faciales augmentent et bientôt, le taux d'échange entre la valeur indiquée sur le papier et l'argent ou l'or métal se dégrade. La dynastie Ming hérite de ce système et tente d'en reprendre le contrôle à partir de 1374 en suspendant la convertibilité. Les montants émis vont de 100 à 1 000 cash, soit mille pièce de cuivre (ou 1 kwan), ce qui équivaut à une once d'argent. Vers 1430, il fallait dix fois plus de papier pour une même quantité de cuivre et d'argent : l'implosion du système était inévitable.

Ces tentatives de monnaie fiduciaire prirent fin au début du XVe siècle, entre autres, suite à des émissions excessives et une série de rebellions suite à une grande crise inflationniste, qui poussèrent l'empereur Ming Renzong a en interdire l'usage sous peine de mort. Il faut attendre 1853 pour que la Chine reprenne l'usage du papier-monnaie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] John E. Sandrock, « Ancient Chinese Cash Notes - The World's First Paper Money » [1], en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]