Jhon Frank Pinchao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jhon Frank Pinchao Blanco (1970 - ) est un policier colombien, retenu prisonnier par les FARC entre le 1er novembre 1998 et le 28 avril 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Luis Evelio Pinchao et de Rosa Blanco. Jhon Frank Pinchao Blanco a été pris en otage par les FARC après l'attaque de la ville de Mitú, (département de Vaupés), le 1er novembre 1998.

L'attaque de la ville de Mitú a duré 12 heures, au bout desquelles les policiers épuisèrent leurs munitions. Les FARC occupèrent alors la ville durant 3 jours et prirent environ 60 policiers en otage, parmi lesquels Jhon Frank Pinchao. Durant les négociations de paix entre les FARC et le gouvernement, un accord fut obtenu grâce auquel tous les policiers sauf 6 (dont Jhon Frank Pinchao) ont été relâchés.

Pinchao réussit finalement à s'échapper le 28 avril 2007[1]. Après 17 jours passés dans la jungle, il fut recueilli par des indigènes qui l'emmenèrent à un poste de police. Le 15 mai 2007, Pinchao fut transféré à San José del Guaviare, et de là à Bogota où il put retrouver sa famille, dont son fils né durant sa captivité. Il a affirmé que durant sa détention, il avait côtoyé Clara Rojas et son fils Emmanuel, ainsi que Íngrid Betancourt dont il donna des nouvelles alarmantes[2].

Depuis septembre 2009, Jhon Franck Pinchao est étudiant à l'Institut d'Études Politiques de Lille[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

John Frank Pinchao, Evadé de l'enfer, Florent Massot Eds,‎ mars 2008, 256 p. (ISBN 2916546170)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Raffy, « L'incroyable destin de l'enfant otage », sur hebdo.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ 10 janvier 2008 (consulté le 6 septembre 2009)
  2. « Selon un ex-prisonnier des Farc, Ingrid Betancourt est en vie », sur www.liberation.fr, Libération,‎ 17 mai 2007 (consulté le 6 septembre 2009)
  3. John Pinchao, du bagne avec Ingrid Betancourt aux amphis de l'IEP de Lille, La Voix du Nord, 12 octobre 2009